La droite façon puzzle fait sa rentrée politique, ce week-end. Les Républicains, toujours dans l'attente d'un président, font bande à part. Chacun y va de son rassemblement. L'illustration d’une droite qui ne sait plus où elle va.

L'une des dernières photos d'une famille politique réunie, pendant la campagne des élections européennes.
L'une des dernières photos d'une famille politique réunie, pendant la campagne des élections européennes. © AFP / Geoffroy Van Der Hasselt

La rentrée politique, c'est surtout l'occasion pour un parti de définir les grandes lignes de l'année à venir. Mais comment fixer un cap quand on cherche encore sa boussole ? Les Républicains, en crise profonde depuis l'échec des élections européennes, sont encore dans l'attente d'un président pour prendre la succession de Laurent Wauquiez, qui a annoncé sa démission début juin.

Chacun de son côté

Pas de chef, pas de stratégie et, semble-t-il, pas d'unité. La rentrée des poids lourds du parti le prouve. Il faut avoir le don d’ubiquité pour tous les suivre. Paris, La Baule, Brive, Le Touquet, Nice, Epreville-en-Lieuvin, dans l'Eure... Les rassemblements sont nombreux. Chacun de son côté, chacun son courant. 

"On m’a invité absolument partout, et moi, je n'ai envie d'aller nulle part"

Ce vendredi, Christian Estrosi réunit dans sa ville de Nice ses amis de "La France audacieuse". Le lendemain, Valérie Pécresse réunira son mouvement "Libres !" en Corrèze, pendant que les trois candidats à la présidence LR, Christian Jacob, Julien Aubert et Guillaume Larrivé, seront à La Baule pour l'université d'été du parti. Dimanche, François Baroin fera, lui, sa rentrée en Normandie à la fête de la pomme, en présence de Gérard Larcher, le président du Sénat, et d'Hervé Morin, président de la région.

"On m’a invité absolument partout, se désole un député LR. Et moi, je n’ai envie d’aller nulle part". Il faut dire qu’aucun événement ne fait rêver. Chacun réunira péniblement 400 à 500 militants. Le parti, lui-même, n’organise rien, faute d’argent et surtout d'unité. S'il y a bien une université d'été, elle est organisée par la fédération de Loire-Atlantique. Quant au campus du Touquet, le premier week-end de septembre, il est à mettre à l'actif des Jeunes Républicains. Les candidats à la présidence du parti sont censés y discourir, mais un doute subsiste encore sur la présence de Julien Aubert. C'est dire si la campagne ne suscite, pour l’instant, aucun enthousiasme.

Rentrée en retrait pour Laurent Wauquiez

En parallèle, les électrons libres, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, tentent d’entretenir la flamme et de travailler leurs réseaux. Tous deux étaient à l’université d’été du Medef, ce jeudi. Le patron des Hauts-de-France fera sa rentrée sur France 2 dans trois semaines, invité du prime-time politique. La patronne de la région Île-de-France, elle, espérait réunir davantage d’élus en Corrèze, mais au sein-même de son mouvement "Libres !", ses partisans ont du mal à suivre sa stratégie.  

Quant à Laurent Wauquiez, il poursuit sa traversée du désert. Il effectuera une rentrée discrète, hors presse, dimanche, au pied du Mont Mézenc en Haute-Loire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.