Le gouvernement change de ton depuis quelques heures et ça n'augure rien de bon sur le front de l'épidémie de Covid. Les indicateurs de l'épidémie deviennent préoccupants dans une dizaine de départements en particulier. L'exécutif mise sur des mesures localisées pour éviter le confinement national.

pour "dramatiser un peu", Jean Castex prendra la parole aux côtés d'Olivier Véran ce jeudi à 18h
pour "dramatiser un peu", Jean Castex prendra la parole aux côtés d'Olivier Véran ce jeudi à 18h © AFP / POOL / Thomas COEX

Après la légère éclaircie qui avait poussé certains (y compris au sein de l'exécutif) à rêver d'un prochain allègement des restrictions, le ciel du Covid s'assombrit à nouveau.

Après Dunkerque et le littoral des Alpes-Maritimes confinés le week-end, d'autres départements sont désormais sous la menace de nouvelles restrictions. "Une dizaine de départements" : en Île-de-France, dans les Hauts-de-France, dans le Sud Est et dans le Grand Est, où la situation épidémique est particulièrement préoccupante, selon le gouvernement.
Ils seront au cœur de la conférence de presse du Premier ministre Jean Castex et du ministre de la Santé Olivier Véran ce jeudi soir.

Des mesures localisées pour éviter le confinement national

Tenir cette politique "territorialisée", c'est la stratégie de l'exécutif. Tenir "le plus longtemps possible", car le spectre de la remise sous-cloche du pays tout entier est bel et bien de retour.

"Voyez ce que nous avons fait à Nice et à Dunkerque... Eh bien faites la même chose, concertez-vous, mettez-vous d'accord sur les mesures à prendre pour freiner l'épidémie".  Voilà, dans les grandes lignes, ce que devrait dire le Premier ministre aux préfets et aux élus de ces départements. "Chaque fois qu'il faudra éteindre un incendie, on le fera", explique un conseiller du ministère de la Santé, "jusqu'à ce que la multiplication des foyers nous oblige à revenir à une logique nationale".  

Envoyer un message fort de vigilance

"On est dans un moment clé", reconnaît un ministre haut placé. La source de toutes ces inquiétudes, c'est ce variant dit "britannique", qui devient majoritaire dans de plus en plus de territoires, et qui se propage bien plus vite que le virus originel.

Certes, le "big bang" des nouvelles restrictions nationales n'est pas pour ce jeudi soir, selon les mots d'un proche de Jean Castex, mais les élus des territoires moins touchés, comme la Bretagne, qui réclament pour certains un allègement des mesures, ceux-là peuvent arrêter de rêver. 

Ce n'est clairement pas l'ambiance du moment.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.