Jean Castex a dévoilé jeudi de nouvelles restrictions pour freiner la propagation du coronavirus en France et a annoncé un élargissement de la campagne de vaccination aux personnes souffrant de "maladies particulièrement graves".

Les patients vulnérables à très haut risque pourront, eux aussi, être vaccinés en priorité, à partir de lundi
Les patients vulnérables à très haut risque pourront, eux aussi, être vaccinés en priorité, à partir de lundi © AFP / Hans Lucas / Bastien Doudaine

Plus de 700 centres de vaccination seront ouverts ce lundi et la vaccination possible pour toutes les personnes de plus de 75 ans et également toutes les personnes présentant une des pathologies conduisant à un des formes graves de la maladie, selon l'annonce du Premier ministre.

Quelles sont ces pathologies à haut risque ? 

Il s'agit de personnes atteintes de cancers en cours de traitement par chimiothérapie, de personnes dialysées, ayant eu une transplantation d'organe, souffrant de certaines maladies rares ou encore porteuses de trisomie 21.

La liste exacte est la suivante :

  • personnes atteintes de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;
  • personnes atteintes de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;
  • personnes transplantées d’organes solides ;
  • personnes transplantées par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;
  • personnes atteintes de poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes ;
  • personnes atteintes de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection (liste spécifique établie par le COS et les filières de santé maladies rares) ;
  • personnes atteintes de trisomie 21.

Au total 800 000 personnes sans critère d'âge, mais dont les pathologies peuvent engendrer un risque plus important de développer une forme sévère de la Covid-19. Contrairement aux plus de 75 ans, il leur faudra se rendre, avant leur rendez-vous de vaccination, chez leur médecin traitant pour se faire délivrer une prescription médicale. 

À force d'allonger la liste des personnes à vacciner en priorité, y aura-t-il assez de vaccins pour cette première phase ?

Si l'on cumule les résidents d'EHPAD, les soignants, l'aide à domicile et les pompiers de plus de 50 ans. Les plus de 75 ans et les pathologies à haut risque, cela fait plus de 8 millions de personnes éligibles à la vaccination. Or, à la fin du mois de février la France, ne disposera suffisamment de doses que pour vacciner 2,5 millions de français a précisé jeudi soir Olivier Véran. 4 millions si le vaccin Astra Zeneca obtient son autorisation de mise sur le marché, soit au mieux la moitié de la population ciblée.  

Thèmes associés