Huit chanceux, membres du chœur de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, ont retrouvé leur cathédrale, le temps d'un concert de Noël exceptionnel qui sera diffusé sur France 2 le soir du 24 décembre. France Inter a pu assister à la dernière répétition.

Répétion du chœur de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris avant un concert de Noël dans la cathédrale en chantier
Répétion du chœur de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris avant un concert de Noël dans la cathédrale en chantier © Radio France / Rémi Brancato

Dans cette salle de répétition des locaux de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, le chœur adulte ajuste les derniers détails d'un programme "festif", promet Henri Chalet, chef de chœur et directeur de la Maîtrise. Installés chacun sur une chaise à bonne distance, huit membres du chœur adulte retirent leur masque, pour entonner un Ave Maria de Schubert en toute sécurité : ce sont les chanceux sélectionnés pour ce concert unique, au cœur du chantier de la cathédrale Notre-Dame.

"Cela va être très émouvant de la voir en l'état et de pouvoir y rechanter aussi vite" confie Joséphine Geoffray, mezzo-soprano à la Maîtrise depuis 2015, qui a donc eu l'occasion de chanter régulièrement dans la cathédrale. "C'est notre seconde maison car on était à Notre-Dame tous les soirs, on était très présents" confirme Henri Chalet, "la voir brûler a été une épreuve pour nous".

Une "chance absolue" de chanter dans la cathédrale en chantier

Les chanteurs ne pensaient pas y retourner aussi rapidement. "On y passait tout notre temps, il y a une proximité impressionnante, c'est un lieu qui fait partie de l'identité même de la Maîtrise" explique Séléna Hollemaert-Awade, soprane de 22 ans, qui a rejoint la Maîtrise il y a deux ans. "On a rebondi, on s'est adapté en organisant la liturgie et les concerts hors les murs" explique Henri Chalet.

Mais quand le diocèse de Paris a souhaité organiser ce concert pour célébrer Noël, en plein cœur du chantier, la Maîtrise a sauté sur l'occasion. "On est extrêmement reconnaissants, c'est une chance absolue" sourit Hermione Bernard, autre jeune soprane : "On va chanter en sachant que beaucoup de gens nous soutiendront, même sans public face à nous".

Seuls huit chanteurs du chœur ont été sélectionnés
Seuls huit chanteurs du chœur ont été sélectionnés © Radio France / Rémi Brancato

Car, le format du concert est évidemment très réduit, avec "énormément de consignes concernant la sécurité et la présence du plomb" détaille Joséphine. Seuls huit chanteurs seront présents, accompagnés de l'organiste de chœur Yves Castagnet, qui jouera sur un orgue acheminé pour le concert, celui de Notre-Dame ayant été récemment déposé, du violoncelle de Gautier Capuçon et de la soprano Julie Fuchs. Le musicien se dit "très impatient de retrouver la Maîtrise de Notre-Dame pour un moment chargé d'émotion".

Une acoustique inconnue

"Ce sera bouleversant, car on va tous avoir en tête ces images, qu'on a vécues, au moment de l'incendie" ajoute le violoncelliste, "ces émotions vont évidemment revenir pour cette soirée de Noël".

L'enjeu est aussi technique, avec un défi acoustique, pour un chœur qui devra s'adapter en quelques heures. "On arrive dans une cathédrale en chantier, avec des trous dans les voutes, un toit ouvert : ce sera une découverte, on ne sait pas du tout comment cela va sonner" détaille Henri Chalet, qui relativise : "Même quand la cathédrale allait bien, il y avait ce trac".

"L'idée, c'est de ne pas déranger le chantier en cours, donc on doit répéter en un temps record dans la cathédrale et enregistrer le jour-même" ajoute-t-il, conscient de l'opportunité unique qui s'ouvre pour la Maîtrise, entre la dépose de l'échafaudage fondu lors de l'incendie et le début effectif de la restauration intérieure de la cathédrale. Pour le concert, c'est dans le déambulatoire que s'installent les chanteurs. "Bientôt Notre-Dame ne sera qu'une immense forêt d'échafaudage à l'intérieur, donc c'est en quelque sorte maintenant ou jamais pour pouvoir chanter dans la cathédrale", sourit Henri Chalet.

La Maîtrise appelle aux dons

Pour lui, c'est aussi l'occasion de mettre en avant les activités de la Maîtrise, forte de 850 ans d'histoire. Depuis 2019, il faut "apprendre à survivre sans le faste de la cathédrale" dit-il, "mais on a la chance d'être soutenus par nos partenaires publics et la fondation Notre-Dame".

Reste qu'avec la réduction du nombre de concerts, doublée de la crise liée au Covid-19, les recettes de billetterie se sont effondrées et les difficultés financières sont bien là alors la Maîtrise de Notre-Dame appelle aux donc pour poursuivre ses activités.