Controversé depuis sa sortie, le documentaire "Hold-Up", qui évoque un complot mondial autour de l'épidémie de Covid-19, connait une audience très forte sur les réseaux sociaux et les plateformes de vidéo. La suppression de sa version "officielle" a entraîné un effet de propagation considérable.

Initialement proposé sur Vimeo, le documentaire est depuis posté des dizaines de fois, notamment sur YouTube
Initialement proposé sur Vimeo, le documentaire est depuis posté des dizaines de fois, notamment sur YouTube © AFP / Riccardo Milani / Hans Lucas

C'est, depuis sa publication le 11 novembre dernier, le documentaire qui suscite le plus de commentaires, de réactions et d'opérations de fact-checking : "Hold-Up", un film de près de 3h, attaque les mesures prises contre la crise du Covid-19 pour évoquer la thèse complotiste d'un "gouvernement mondial". Si les articles pointant, une par une, les inexactitudes ou fausses informations avancées par le documentaire, sont nombreux depuis sa publication, par exemple chez Le Monde ou chez Libération, celui-ci ne cesse de faire parler et de cumuler des visionnages supplémentaires.

Près de 400 000 tweets

Sur les réseaux sociaux, les publications autour du documentaire sont de plus en plus nombreuses : selon un décompte de l'outil de veille en ligne Visibrain pour France Inter, sur la semaine passée, on compte plus de 392 000 tweets comportant les mots-clés liés au documentaire (#HoldUp, #HoldUpLeDoc ou #Hold_Up, le plus récurrent). 

La progression des mots-clés liés au documentaire "Hold-up" depuis une semaine
La progression des mots-clés liés au documentaire "Hold-up" depuis une semaine / Visibrain

Et l'on peut constater que leur présence a nettement augmenté en deux temps : à partir de la mi-journée du 11 novembre, lorsque le documentaire a été publié en version payante sur la plate-forme Vimeo VOD (version payante de Vimeo), puis autour du 13 novembre, lorsque la Vimeo a supprimé la vidéo.

Des centaines de versions de la vidéo, et plus de 2 millions et demi de vues

C'est ce qu'on appelle "L'effet Streisand" : essayez de faire disparaître un contenu du web, il reviendra avec d'autant plus de force. C'est ce qui s'est passé avec le documentaire "Hold-Up", publié initialement en tant que contenu payant sur VimeoVOD, version payante du site de partage. Tant que celui-ci était disponible légalement, on le trouve assez peu ailleurs, ou alors sous une forme piratée, facile à identifier (les producteurs ayant ajouté avant le début du film un carton annonçant "si vous êtes en train de visualiser notre documentaire sur une autre plateforme que que le lien lié à notre compte Vimeo, c’est que vous regardez actuellement une copie piratée et illégale"). 

Mais le film a rapidement été supprimé par la plateforme. En réponse, ses producteurs ont décidé de le mettre en ligne sur une plate-forme nommée "Odysee", connue pour abriter beaucoup de contenus extrêmes ou aux accents complotistes. (on y trouve une rubrique "Révélations" symbolisée par une tête d'extraterrestre et une rubrique "Terrier du lapin" accompagnée d'un symbole évoquant les Illuminati). 

La vidéo sur laquelle pointe le site de TProd, hébergée sur le compte d'un certain "Laileastick", compte à l'heure où nous écrivons ces lignes un peu moins de 160 000 vues. Mais ce qui est impressionnant, c'est que cette version du documentaire a été téléchargée et ré-uploadée par des dizaines d'autres comptes. Sur Odyssée, on en trouvait, dimanche à la mi-journée, plus d'une vingtaine d'occurrences. 

Sur Odyssée, le documentaire est visible sur plus d'une vingtaine de comptes différents
Sur Odyssée, le documentaire est visible sur plus d'une vingtaine de comptes différents / Capture d'écran

C'est sur YouTube que le parcours du documentaire s'est poursuivi : celui-ci est posté des dizaines et des dizaines de fois. Sur les 24 heures précédant la rédaction de cet article, nous avons compté que le documentaire a été mis en ligne par 48 comptes différents. Si la plupart de ces vidéos recueillent entre zéro et quelques dizaines de vues, celles qui ont été mises en ligne les 12 et 13 novembre cumulent des dizaines, voire des centaines de milliers de vues : dimanche, l'une des nombreuses versions du documentaire postées a même dépassé, à elle seule, le million de vues. 

Si l'on additionne les visionnages comptés sur YouTube et sur Odysee (nous ne l'avons pas trouvé sur la plateforme Facebook Watch), on atteint un total d'un peu plus de 2 746 000 vues depuis le 13 novembre, selon un décompte réalisé  dimanche soir sur la base des vidéos les plus consultées. Un nombre qui croît à vue d'oeil : dimanche à la mi-journée, il comptait 2 120 000. Il y a peu de doute sur le fait que la barre des trois millions soit dépassée dans la journée de lundi. A titre de comparaison, le documentaire le plus regardé sur la chaîne YouTube d'Arte, consacré à Melania Trump, a cumulé 1,1 million de vues en deux semaines. 

Le tout sans compter les téléchargements directs : dans la description des vidéos, on trouve souvent des liens WeTransfer pour télécharger directement le documentaire. Et plus l'on va avancer dans le temps, plus la dissémination du documentaire sur le web risque de se révéler intraçable.

Plus de 7 000 contributeurs et 140 000 euros récoltés... par mois

Dernier chiffre impressionnant : les soutiens financiers du documentaire. Il y a d'une part la campagne de financement participatif, sur la plate-forme Ulule, qui a permis aux producteurs du documentaire de collecter plus de 180 000 euros pour le financer, jusqu'au 1er octobre dernier. 

Mais son financement se poursuit via une autre plate-forme, Tipeee, qui fonctionne sur le principe du "pourboire récurrent", les abonnés pouvant choisir de verser une petite somme chaque mois. Selon les chiffres affichés dimanche soir sur la page Tipeee du documentaire, plus de 7600 personnes versent plus de 147 000 euros par mois aux producteurs du documentaire pour permettre de produire de nouveaux contenus. La page Tipeee est en libre accès, mais le site mentionne, avant d'y accéder, que la page est sujette à controverses. 

L'avertissement présenté sur la page Tipeee de "Hold Up"
L'avertissement présenté sur la page Tipeee de "Hold Up" / Capture d'écran

Samedi, TProd, qui produit le documentaire, a mis en ligne l'un des premiers "bonus" de son reportage : l'une des interviews visibles dans le documentaire, celle de Christian Perronne, en version longue. La vidéo a déjà été vue plus de 150 000 fois. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.