La représentation du handicap reste très marginale à la télévision, selon un bilan publié mardi par le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui relève toutefois les efforts des chaînes pour redresser la barre.

Seuls 0,6% des individus apparaissant dans les programmes des principales antennes de la TNT "sont perçus comme étant en situation de handicap", selon le CSA.
Seuls 0,6% des individus apparaissant dans les programmes des principales antennes de la TNT "sont perçus comme étant en situation de handicap", selon le CSA. © AFP / A. NOOR / BSIP

D'après les décomptes effectués par le CSA, seuls 0,6% des personnes apparaissant en 2020 dans les programmes des principales antennes disponibles de la TNT "sont perçus comme étant en situation de handicap". L'enquête a été réalisée à partir du visionnage de 17 chaînes de la TNT gratuite (TF1, France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, M6, W9, BFM TV, C8, Cstar, Gulli, Cnews, NRJ 12, TMC, TFX, RMC Story), ainsi que de Canal , au cours de deux semaines, en juin et septembre 2020, sur les tranches horaires de 17 heures à 23 heures et les programmes d’information de mi-journée des chaînes qui en diffusent.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Une représentation qui stagne

C'est une proportion relativement stable depuis plusieurs années (après avoir atteint 0,8% en 2016, elle était tombée à 0,6% en 2017, puis remontée à 0,7% les deux années suivantes), et qui reste loin de la proportion de personnes en situation de handicap dans la société française, évaluée à 12 millions par l'Insee, soit environ 18% de la population. Bien que cette comparaison présente des limites puisque le baromètre du CSA mesure uniquement le handicap visible ou le handicap invisible s’il fait l’objet d’une mention en cours de programme.

Un niveau qui s'explique en partie par la crise sanitaire, le CSA ayant constaté "une sous-représentation accrue des personnes en situation de handicap lors de la période de confinement du mois d'avril 2020". D'après ses calculs, 0,3% seulement des personnes apparaissant dans les programmes diffusés durant cette période étaient perçues comme en situation de handicap.

Le handicap davantage représenté dans la fiction

En 2020, comme lors des années précédentes, le handicap était essentiellement visible dans les fictions, les personnes en situation de handicap y apparaissant à hauteur de 1%, note le CSA. Elles y occupent un rôle de héros ou de personnage principal dans 44% de ces cas. Le Conseil cite par exemple le feuilleton Demain nous appartient sur TF1, ou encore la mini-série Vestiaires sur France 2.

La représentation est bien plus faible en ce qui concerne les autres genres de programmes. Les personnes en situation de handicap ne sont présentes qu’à 0,6 % dans le sport, à 0,3 % dans l’information et le divertissement et à 0,2 % dans les magazines et documentaires. 

Le CSA salue le "volontarisme" des chaînes

Cependant, le CSA souligne que les chaînes, qui ont pris de multiples engagements annuels dans le cadre d'une charte signée en décembre 2019, font preuve de "volontarisme". Les antennes ont fourni au CSA des éléments précis d’appréciation pour illustrer leur implication. TF1 a ainsi mis en avant le dernier gagnant de son émission Les 12 coups de midi, autiste asperger, ainsi qu'une candidate de The Voice, atteinte de dyspraxie. La chaine Franceinfo a quant à elle fait valoir la diffusion du portrait d'une candidate aux élections municipales atteinte de trisomie 21.

Toutefois, on est encore loin de l'objectif que souhaite atteindre le CSA en 2021 : "La barre symbolique de 1% (...) doit être franchie en 2021 et amorcer ainsi une progression devant enfin rapidement aboutir à un niveau plus satisfaisant", espère le Conseil.

Des efforts d'accessibilité des programmes

Le Conseil relève que la plupart des chaînes diffusent un volume de programmes sous-titrés très supérieur à leurs obligations. Toutes chaînes confondues, Franceinfo propose le volume de programmes sous-titrés le plus élevé, et parmi les chaînes privées d’information, CNews occupe la première place. La part des programmes sous-titrés a toutefois baissé sur cinq chaînes (Paris Première, Planète , RMC Story, Canal Sport et 6 ter).

Cinq nouvelles chaînes ont déclaré avoir diffusé des programmes audiodécrits (Cstar, TFX, Gulli, NRJ 12 et Cnews). Les chaines du groupe France Télévisions sont celles qui ont le plus proposé de programmes audiodécrits (2149, soit plus que son obligation de 1000 par an) et CStar est la chaine qui en a le moins proposé (3, soit l'équivalent de son obligation annuelle). Par ailleurs, le volume horaire des éditions d’information traduites en langue des signes a augmenté sensiblement sur les quatre chaînes d’information en continu.