Connaissez-vous “Abbacadabra” ? Près de 15 ans avant la célèbre comédie musicale Mamma Mia, les chansons d’Abba avaient déjà été adaptées dans un surréaliste conte musical pour enfants, avec un casting étonnant. Et en français.

Le spectacle musical comptait dans ses interprètes Frida, l'une des anciennes d'Abba.
Le spectacle musical comptait dans ses interprètes Frida, l'une des anciennes d'Abba. © AFP / Olle Lindeborg / SCANPIX SWEDEN

Mon nez, mon nez, mon nez, qu’est-ce qu’il a mon nez” : vous avez peut-être déjà entendu cette drôle de parodie de “Money, Money, Money” de Abba, interprétée par Plastic Bertrand — et qui faisait partie de notre sélection d’étonnantes reprises pour la fête de la musique. Mais saviez-vous que cette chanson était en réalité issue… d’une comédie musicale ? Quinze ans avant le succès planétaire de Mamma Mia, les chansons du groupe suédois avaient déjà servi dans un spectacle musical, jouée en France et au Royaume-Uni : Abbacadabra.

Pinocchio parmi les personnages principaux

En 1983, l’éditeur Roland Kruger, qui s’occupe d’Abba en Belgique, propose à deux auteurs, Daniel Boublil, auteur pour Catherine Lara notamment, et Alain Boublil, qui vient d’écrire la comédie musicale Les Misérables à partir du roman de Victor Hugo (aucun lien de parenté entre les deux), de travailler sur un projet d’hommage à Abba pour les dix ans du groupe. 

En commençant à travailler sur les adaptations en français des chansons du groupe, les deux auteurs ont imaginé ce Mon nez, mon nez, mon nez qui ressemblait phonétiquement à l’original d’Abba. Le personnage idéal pour interpréter ce personnage est trouvé : Pinocchio. C’est le début de l’histoire d’Abbacadabra, une histoire d’enfants qui rencontrent les personnages de leurs contes de fées préférés, de Blanche-Neige à Cendrillon en passant par Barbe-Bleue et le Petit Prince.  

Léa Drucker et Clémentine Autain au casting

Les chansons de cette comédie musicale transforment ainsi Dancing Queen en Carabosse Super Show, Thank you for the Music en Envoyez le générique ou encore Waterloo en Gare au loup. Le tout avec des arrangements parfaitement ancrés dans les années 80.

Mais c’est surtout le casting de ce conte, tourné en show télévisé pour TF1 à Noël 1983, qui impressionne : aux côtés de Plastic Bertrand dans le rôle de Pinocchio, on retrouve Fabienne Thibeault et Daniel Balavoine, qui avaient triomphé en 1979 dans Starmania, dans les rôles respectifs de Blanche-Neige et du Prince, et parmi les enfants chanteurs et comédiens, des membres des Poppys, ainsi que Léa Drucker, 10 ans à l’époque, et une certaine… Clémentine Autain, fille du chanteur Yvan Dautin (et depuis devenue députée de la Seine-Saint-Denis).

La troupe compte même dans ses rangs Anni-Frid Lyngstad, plus connue sous son surnom de Frida, l’une des membres d’Abba, qui partage un duo avec Daniel Balavoine, Belle. Les 45 tours issus de ce disque ont un succès certain : Belle est disque d’argent et L’Enfant Do, adaptation de Fernando, est disque d’or avec plus 500 000 exemplaires vendus. 

Spectacle à Londres

Résultat : l’émission télé, présentée sous la forme d’une mini-série, est rediffusée quatre fois en un an sur TF1, mais pas montée en France sur scène. En revanche, un producteur anglais propose aux deux Boublil de faire du conte un spectacle à Londres. La comédie musicale attire 100 000 spectateurs… et s’arrête. Mais cette première collaboration permet à Alain Boublil de rencontrer le producteur qui montera à Londres la version anglaise des Misérables… devenu le spectacle le plus joué à Londres. 

Mais alors pourquoi ce spectacle est-il tombé dans l’oubli, sans rediffusion ni réédition ? “Ça devait être repris (…) mais avec les histoires de droits, c’est fini. Ils ont fait Mamma Mia, ils ont récupéré les chansons, c’était fini”, se souvient Daniel Boublil dans une interview publiée sur le site d’un passionné. Il nous en reste une série de vidéos sur Internet, qui témoignent à merveille du côté à la fois kitsch, musical et futuriste de ce conte musical. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.