Depuis le début de la semaine, Google déploie sur ses terminaux Android une nouvelle norme de messagerie améliorée : le RCS. Considéré comme le successeur du SMS, ce service créé en 2007 a peiné à s'imposer. Son arrivée sur Android va-t-elle remettre les messages "classiques" sur le devant de la scène ?

Le format RCS peut fonctionner sur des téléphones de différentes marques, sur différents systèmes d'exploitation
Le format RCS peut fonctionner sur des téléphones de différentes marques, sur différents systèmes d'exploitation © AFP / Sigrid Olsson / AltoPress / PhotoAlto

Depuis le début de la semaine, vous avez peut-être vu apparaître sur l'écran de votre téléphone Android, si vous utilisez l'application par défaut "Messages" de Google, un écran vous invitant à découvrir "de nouvelles possibilités avec Messages". Samedi, Google a en effet annoncé avoir achevé le déploiement en France et au Royaume-Uni d'un nouveau système de messagerie permettant des fonctions améliorées. Son nom ? Le RCS, pour "Rich Communication System".

Que permet ce service ? En vrac, il permet d'obtenir des confirmations de distribution et de lecture des messages, des signaux de message "en cours d'écriture", mais aussi d'envoyer des pièces jointes volumineuses (jusqu'à 100Mo environ) ou encore de décaler l'envoi d'un message en cas d'absence de réseau. En somme, des fonctionnalités que permettent déjà des applications comme Whatsapp ou Messenger, ou des protocoles comme iMessages sur les appareils Apple. 

Un standard jamais adopté

Mais alors, quelle est la différence entre tous ces concurrents déjà bien implantés ? À la différence de système comme iMessages qui sont des technologies détenues par leur seul créateur, le système utilisé par Google, le RCS, est un standard. Et sa création remonte... à 2007 : à l'époque, un groupement de 750 opérateurs mobiles avait travaillé sur ce format destiné à remplacer le SMS. Mais les fabricants et développeurs préférant développer leurs propres technologies et applications, le RCS n'a jamais été adopté. 

Son développement a pourtant continué, de sorte que le RCS, propulsé aujourd'hui par Google est en réalité la version 5.0 du format. Pour l'heure, celui-ci n'est compatible que dans l'application Messages conçue par le géant américain, mais celui-ci assure que Microsoft est également intéressé, de même que 11 fabricants (dont Samsung, Huawei et HTC) et 55 opérateurs (notamment Orange en France). Si tous ces acteurs se tournent vers le RCS, il pourrait devenir une norme, et prendre petit à petit la place du SMS dans les smartphones. 

Pas de cryptage

Mais pour l'heure, on n'en est pas encore à ce point : pour l'heure, cela ne marche donc qu'au sein de l'appli Google Messages. Par la suite, toutes les applications similaires sur Android le prendront en charge... mais avec seul un opérateur sur trois engagé en France, un message RCS envoyé depuis un mobile Orange vers un mobile SFR ou Bouygues sera transformé en SMS classique

Et surtout, deux critères vont jouer sur la vie ou la mort de ce format. D'une part, sa compétitivité par rapport aux applis existantes, qui pour l'heure est loin d'être garantie : là où Whatsapp, Telegram ou Messenger sont cryptées, ce n'est pas le cas des messages RCS, qui peuvent donc être interceptés. D'autre part, Apple n'a pour l'instant pas fait part de son intention d'intégrer le standard RCS. Avec un système iMessage désormais plus développé, il y a peu de probabilités qu'une telle prise en charge soit d'actualité, ce qui priverait près de 15% des utilisateurs. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.