"Le télétravail doit être la règle", martèle le gouvernement, soucieux d'éviter un troisième confinement. En décembre pourtant, seuls un tiers des salariés télétravaillaient, soit la même proportion qu'avant la crise sanitaire, selon le baromètre annuel publié par Malakoff Humanis.

Les salariés qui télétravaillent le font en moyenne 3,6 jours par semaine
Les salariés qui télétravaillent le font en moyenne 3,6 jours par semaine © Getty / Kentaroo Tryman

Un an après le début de la crise de la Covid-19, nombreux sont les salariés, qui, lassés de travailler depuis chez eux ou fortement incités par leur direction, sont retournés au bureau. C'est ce qui transparaît de l'étude que publie ce mardi 9 février Malakoff Humanis, alors que le gouvernement accroît la pression sur les entreprises pour que celles-ci limitent au maximum le travail en présentiel.

Six personnes sur 10 travaillent sur site toute la semaine

Ainsi, en décembre 2020, le télétravail concernait 31% des salariés, soit dix points de moins qu'au début de l'épidémie, d'après le baromètre annuel de l'assureur. Un niveau équivalent à celui d'avant-crise (30%). Dans le même temps, 61% des personnes interrogées déclaraient travailler sur site à temps complet, contre 51% en juin dernier.

Le nombre de jours télétravaillés reste élevé

Si la proportion de travailleurs à distance reste similaire à celle enregistrée avant la pandémie, le nombre de jours télétravaillés est en revanche bien plus important aujourd'hui, avec 3,6 jours par semaine en moyenne, contre 1,6 fin 2019. 

Les personnes interrogées se disent globalement satisfaites du télétravail, lui attribuant une note de 7,2/10 en décembre (contre 6,9 en avril 2020 et 8 en novembre 2019). Si bien que 86% des télétravailleurs souhaitent poursuivre l'expérience, mais pas à 100%. Pour plus de la moitié d'entre eux, l'organisation idéale reposerait sur une à trois journées de travail à distance par semaine.

De là à rendre le télétravail obligatoire en 2021 ? Un tiers des salariés et des manageurs disent le redouter. Et 14% ne veulent plus télétravailler une fois passée la crise sanitaire.

Lien social 

Avantage de la présence sur site, pour une majorité de salariés : un sentiment d'engagement plus fort, de même qu'une meilleure efficacité dans le travail d'équipe. Près de 6 travailleurs sur 10 disent se rendre au bureau d'abord pour partager un moment de convivialité avec leurs collègues et rencontrer les membres de leur équipe. C'est ce lien social qui a manqué aux 26% de salariés qui estiment que le télétravail a eu un impact sur leur santé psychologique.

À l'inverse, travailler chez soi s'avère plus pratique pour certaines tâches qui exigent de la concentration (rédiger, par exemple), et pour s'organiser.

Des difficultés pour les managers

Les managers, eux, sont moins favorables au télétravail qu'avant la crise sanitaire (50% aujourd'hui contre 55% fin 2018). Ils mettent en avant les difficultés à maintenir le lien collectif et faire évoluer les modalités de l'organisation du travail dans l'entreprise. Ils reconnaissent néanmoins au travail à distance certaines vertus, à commencer par une plus grande autonomie, une diminution des absences et une meilleure satisfaction des salariés.