Le marché du viager connaît un regain d'intérêt depuis le début de la pandémie de Covid. Les vendeurs, notamment, voient dans cette rente à vie un moyen de financer leur maintien à domicile, et éviter ainsi le déménagement en Ehpad.

Pour éviter d'aller en Ehpad, de plus en plus de personnes âgées se tournent vers le viager pour financer leur maintien à domicile.
Pour éviter d'aller en Ehpad, de plus en plus de personnes âgées se tournent vers le viager pour financer leur maintien à domicile. © Radio France / Eric Chaverou

Pour certains, il est difficile de passer le cap. Joëlle habite les Vosges, et avait pour projet de vendre sa maison en viager depuis plusieurs années. C'est finalement en février dernier qu'elle se décide : la vente se fait en quelques semaines. À 75 ans, elle ne se voyait pas vivre ailleurs, encore moins en temps de crise sanitaire : "Plutôt mourir !", s'exclame-t-elle. "Pour moi, c'est clair, jamais je n'irai en Ehpad. Ma maison, c'est mon œuvre. Je l'ai achetée en ruines, et j'en ai fait quelque chose de magnifique."

Si Joëlle travaille toujours, ce n'est pas le cas de Christine, retraitée de 84 ans dans la région lyonnaise. "Incapable" de faire quoi que ce soit toute seule chez elle. Vendre sa maison en viager lui a permis de financer des aides à domicile, grâce à une rente de près de 700 euros par mois. "Ça m'ouvre des opportunités que je n'aurais pas sans", explique Christine. Elle l'admet : sans le viager, elle aurait probablement dû vendre son appartement de manière traditionnelle, pour déménager ailleurs. 

Un pic des demandes en 2020

Christine s'est rapprochée de la coopérative Viager Solidaire, qui se propose d'acheter les biens en viager et d'accompagner les vendeurs, très majoritairement âgés, dans leur maintien à domicile, leurs besoins technologiques, ou encore le placement de leur argent par exemple. Habitué à recevoir entre 50 et 70 demandes d'achat en viager par mois, Aurélien Paullier, enquêteur social et immobilier, a vu le boom dû au Covid-19 :"Depuis le début de la crise, on reçoit entre 100 et 150 demandes par mois." 

Idem du côté des agences spécialisées. Stanley Nahon, directeur de Renée Costes Viager, constatait déjà une croissance du marché de 5% par an depuis quelques années. Mais 2020 se démarque. "Il y a une hausse de 4 à 5 % en plus de la hausse structurelle. En 2020, on est plus sur 10 % de croissance." Et dans les motivations des vendeurs, des motifs récurrents. 

"La volonté de rester chez eux, de profiter de leur logement, de garder leur environnement aussi, les voisins par exemple. Ça, c'est très important pour les gens", explique Stanley Nahon. 

"La crise sanitaire a mis un coup de projecteur sur les conditions de vie dans les Ehpad, et sur l'isolement que leurs résidents ont vécu pendant cette crise du Covid."

Le réseau d'agences Viagimmo, présent un peu partout en France, compte lui jusqu'à 25 % d'augmentation des demandes ces six derniers mois. Les professionnels du secteur sont confiants : cet essor devrait se maintenir après la crise sanitaire, poussé notamment par le vieillissement de la population.