Au Musée d'Orsay, l'exposition "Au pays des monstres, Léopold Chauveau (1870-1940)" nous entraîne à la découverte de l'univers original et profond de cet artiste autodidacte. C'est une exposition à visiter en famille jusqu'au 13 septembre.

Jusqu'au 13 septembre, au Musée d'Orsay, "Au pays des monstres, Leopold Chauveau (1870-1940) "
Jusqu'au 13 septembre, au Musée d'Orsay, "Au pays des monstres, Leopold Chauveau (1870-1940) " © Musée d'Orsay/ Léopold Chauveau

Les monstres de Chauveau sont tordus, difformes, étonnés, tristes, un peu effrayants pour certains. Mais ils sont touchants et fascinants. Sculptures, dessins, aquarelles, contes pour enfants, nous plongent dans l'atypique et l'imaginatif. L'exposition est claire, ludique et passionnante. Et le parcours de cet homme, oublié si longtemps de l'histoire de l'art, est lui aussi tout à fait particulier.

Léopold Chauveau était médecin, mais par la volonté de son père. Un métier qu'il n'aimait pas. Il fut cependant un chirurgien aux armées remarqué pendant la guerre de 14-18, proche des blessés. Cette période de la guerre fut d'autant plus une source de douleur que Léopold perdit sa femme et deux de ses quatre enfants de maladie ou d'accident. Les monstres furent en partie son refuge, mais c'est dès sa propre enfance qu'il s'y intéresse.

"Léopold Chauveau raconte qu'il était fasciné par les monstres et ce qui le fascinait c'est qu'ils étaient accolés à la beauté, à l'harmonie, notamment dans les cathédrales et les églises médiévales, explique Leïla Jarbouai, conservatrice des arts graphiques au musée d'Orsay et co-commissaire de l'exposition."Chauveau parle aussi de monstres chinois et japonais. Et il évoque le monde merveilleux de l'enfance et des livres d'enfance, Les fables de La Fontaine, qui l'ont beaucoup marqué, ou les Contes de Perrault". 

Léopold Chauveau, Fables de la Fontaine
Léopold Chauveau, Fables de la Fontaine / musée d’Orsay/ Léopold Chauveau

Chauveau aimait cet univers où les animaux parlent où l'on rencontre des géants et des ogres. "Et il renverse un peu tout cela, il se l'approprie et crée son propre univers. Les petits monstres de Léopold Chauveau sont très naturels, très simples. Ils sont fondés sur la symétrie. Ils ont deux yeux, un nez, une bouche. Il aurait pu créer des monstres à trois têtes, avec cinquante yeux, trois nez, comme certains enfants les dessinent, mais  au contraire il a des monstres qui sont très rationnels, qui ressemblent à des animaux, des plantes, des minéraux, des cellules, des humains, qui se raccrochent à des choses que l'on connait et donc ils sont à la fois étranges et singuliers"          

Léopold Chauveau avait une vraie connivence avec les enfants comme une reconnaissance tacite. Avant même de se mettre à la sculpture de ses personnages, il écrit des histoires pour ses enfants, en particulier pour son fils Renaud qui, même après sa disparition, restera présent dans ses contes tout au long de sa vie.

Ses contes n'édulcorent pas la réalité. La maladie et la mort sont présentes, car Léopold Chauveau considérait les enfants comme des égaux, une conception très moderne pour Leïla Jarbouai : "Ces histoires sont basées sur l'humour noir, la mort est omniprésente, il n'y a pas de censure mais c'est l'univers des enfants, ce n'est pas du tout tabou pour eux. Mais il y a une distance grâce à l'humour et au regard enfantin parce que dans ses livres, il y a toujours l'intervention d'un enfant qui dialogue avec le narrateur. Léopold Chauveau a eu une enfance assez dure et son univers est fondé sur la révolte et la confiance donnée aux enfants et à leur capacité créatrice. Les enfants sont vraiment considérés comme des alter ego, des amis, des complices et pas du tout des personnes inférieures à qui inculquer quelque chose sans réciprocité. Il s'enrichit beaucoup de l'univers des enfants."  

Apprécié par l'artiste nabi Georges Lacombe, qui sera son ami et son mentor, par Cocteau, Gide ou Roger Martin-du-Gard, Léopold Chauveau, anticolonialiste et féministe, a créé des personnages fantastiques. Il a aussi illustré la Bible, le Roman de Renart et les Fables de La Fontaine. Dessins, sculptures, aquarelles sont vraiment des trésors à découvrir. Sans oublier les histoires qui amuseront autant petits et grands.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.