Alors que les contaminations grimpent et que la France attend les premiers effets du confinement, les lycées ont obtenu des aménagements que, maintenant, les collèges réclament aussi. Pour les obtenir, l'intersyndicale a déposé un préavis de grève pour ce mardi. Reportage sur cette fronde des collèges.

Des collèges s'inquiètent de leurs conditions sanitaires et exigent le même traitement que les lycées.
Des collèges s'inquiètent de leurs conditions sanitaires et exigent le même traitement que les lycées. © Radio France / Emmanuel Claverie

Après des blocages par les élèves, des mouvements de grève des enseignants, les lycées ont obtenu la semaine dernière, la possibilité de passer à un enseignement à distance à hauteur de 50% du temps scolaire. Cela permettra de réduire le brassage des élèves notamment dans les couloirs et à la cantine. 

Mais des collèges s'inquiètent aussi de leurs conditions sanitaires et exigent le même traitement. Professeurs et parents se mobilisent. Après des grèves locales ces derniers jours, une journée nationale est prévue mardi à l'appel d'une intersyndicale. 

Au collège Henri-Barbusse de Saint-Denis, les élèves n'ont pas eu cours pendant deux journées complètes la semaine dernière. Parmi les professeurs grévistes, il y a Ludovic Chapsal, représentant du syndicat SNES. Selon lui, il est impossible de faire respecter les distances. "Les tables ne sont pas des tables individuelles. On a un établissement qui est très labyrinthique. On ne voit pas comment il sera possible de limiter le brassage dans ces conditions"

Un peu plus loin, à quelques centaines de mètres au collège Jean-Lurçat, une majorité d'enseignants a fait grève également. Ils seront encore mobilisés ce mardi. Pour leurs 600 élèves, ils voudraient les mêmes mesures qu'au lycée expliquent ces trois profs : "Ce qu'on demande, tout simplement, c'est d'avoir des demi-groupes, par exemple en alternant des jours de présence et des jours où les élèves auront du travail à faire à la maison." "Notre principale préoccupation, dit cette enseignante, c'est qu'un élève ne soit pas plus de deux jours en dehors du collège." Des solutions pour éviter un confinement encore plus dur, selon ce professeur : "On cherche aussi des aménagements pour pouvoir éviter un nouveau reconfinement total vers lequel, malheureusement, on pense qu'on va tendre si on continue à enseigner dans ces conditions." 

Pour les parents, la priorité c'est que les enfants puissent continuer à aller en classe

Ici, la FCPE a signé un communiqué commun avec les professeurs. Les parents d'élèves, eux, ne veulent surtout pas que le collège ferme, comme l'explique cette mère de famille : "Moi, je suis inquiète. J'ai vu que le niveau de mes enfants a beaucoup baissé, beaucoup. Pourquoi pas des demi-groupes pour la santé et pour protéger les enfants. Une semaine il y a un groupe qui vient et l'autre semaine un autre, comme ça au moins ils n'arrêtent pas l'école."

Il y a urgence, disent ces parents et ces enseignants qui attendent un nouveau geste du ministre. Mais le ministre de l'Éducation nationale exclut pour l'instant que la possibilité d'un enseignement à distance soit élargie aux collèges. 

Mardi, les professeurs du primaire sont appelés à se mettre en grève également contre les conditions sanitaires, notamment le manque de personnels pour la désinfection des locaux.