L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a suivi pendant sept ans l’évolution du marché du travail en France. On y apprend que les personnes en CDI sont dans une situation très confortable, tandis que la marginalisation s’accroît pour les plus précaires.

Contrat à durée indéterminée, CDI. Janvier 2019
Contrat à durée indéterminée, CDI. Janvier 2019 © Radio France / Aurélie Lagain

Un marché du travail segmenté. C’est le constat de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) qui a sorti mardi 2 juillet un rapport détaillé sur l’évolution du marché du travail de 2008 à 2015. D’un côté, les CDI sont largement majoritaires en France et se portent bien. De l’autre, les contrats précaires s’accumulent pour une minorité de travailleurs et ils ont de plus en plus de mal à en sortir. 

87% des nouvelles embauches (hors intérim) se font en CDD

L'Insee a choisi de se concentrer sur trois types de salariés : les CDI, les contrats à durée limitée (CDL) qui regroupent les contrats aidés et les CDD, et les intérimaires.

Le résultat est sans appel : quand on possède un CDI, on ne bouge pas : 73% des travailleurs qui possédaient un CDI l’ont toujours sept ans plus tard, la majorité dans la même entreprise.

Mais l'évolution est beaucoup plus compliqué quand on possède un contrat précaire au départ. L'ensemble des différences de parcours entre CDL et CDI révélées par l'Insee accrédite la thèse des trappes à précarité.

L'Insee met en avant que si on n'a pas la chance d'être recruté en CDI, la situation devient de plus en plus compliquée. Aujourd'hui "87% des nouvelles embauches (hors intérim) se font en CDD".

Un cycle de contrats précaires et de chômage

Pire, les contrats sont de plus en plus courts d'après l'Insee. Résultat, moins de la moitié des salariés (47%) avec un CDL en 2008 ont obtenu un CDI sept ans plus tard. Ils sont plus nombreux que les salariés en intérim (41%).

Le chômage est aussi beaucoup plus présent chez les contrats courts : au bout d'un an, 14% des CDL étaient des chômeurs indemnisés, contre 3% des CDI. Mais l’accès à un contrat stable est encore plus inaccessible pour les chômeurs indemnisés. La moitié d’entre eux avaient trouvé un emploi en 2015, mais seulement 28% avaient décroché un CDI.

L’Insee précise que le CDI reste la norme en France : 84.7% des contrats de travail en France sont des CDI, une moyenne qui avait tendance à reculer et qui s’est stabilisée en 2018. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.