Alors que l'épidémie de Covid 19 a dopé la demande mondiale, la Malaisie, l'un des deux pays producteurs au monde, peine à suivre et les prix montent pour les Ehpad et les laboratoires médicaux qui ont du mal à s'approvisionner.

La crise de la Covid a dopé la demande en gants. La Malaisie, l'un des principaux producteurs, peine à suivre, et les prix gonflent.
La crise de la Covid a dopé la demande en gants. La Malaisie, l'un des principaux producteurs, peine à suivre, et les prix gonflent. © Getty / Prapass Pulsub

Comme pour les masques et le gel hydroalcoolique, la crise sanitaire a fait flamber la demande de gants, que ce soit en latex, vinyle ou nitrile. La demande est quatre fois plus forte que l'an passé, selon le ministère de l'Economie qui surveille l'évolution de la situation. 

D'habitude, Sébastien Senoble vend des gants jetables haut de gamme aux instituts de recherche comme l'Inserm, mais avec la demande qui explose, le dirigeant de la société Shield Scientifique basée aux Pays Bas, voit arriver de nouveaux clients. "Les centres médico-sociaux, type Ehpad nous contactent quasi quotidiennement car ils n’arrivent pas à trouver les produits. Il y a eu spéculation : de nombreux traders sur le marché s’accaparent des produits difficilement disponibles. Nos tarifs d’approvisionnement ont augmenté jusqu’à 80% !" Des hausses qu’il lui a donc fallu répercuter sur les prix de vente. 

La Malaisie fabrique 70% des gants jetables 

Les usines malaisiennes n'arrivent pas à couvrir la demande mondiale en raison de difficultés d’approvisionnement en matière première et de la main d’œuvre. Résultat : des acheteurs qui attendent et des prix qui grimpent. La ministre déléguée à l’Autonomie Brigitte Bourguignon a promis la semaine dernière, lors du Congrès des Maisons de retraite, que ce "surcoût" serait couvert par la "solidarité nationale". Vrai pour les maisons de retraite, mais pas pour les aides à domicile, rappelle Romain Gizolme, directeur de l'association des directeurs de maisons de retraites AD-PA. "La moitié des personnes âgées qui sont accompagnées le sont également par des aides à domicile, explique-t-il. Ces services sont tout aussi consommateurs de ce type de gants pour correctement accompagner les personnes âgées notamment dans cette période épidémique. Il faut donc que l’État prolonge cet engagement aux service à domicile de la même manière."

Pour les acheteurs, l'enjeu est de sécuriser les stocks au moins pour six mois, car les professionnels et leurs fournisseurs ne voient pas d'amélioration avant le premier semestre 2021. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.