En pleine remontée des cas de contaminations, les infectiologues de France ont décidé de maintenir leur congrès annuel en présentiel. Les 21èmes journées nationales d'infectiologie se tiendront donc du 9 au 11 septembre prochain au Palais des congres de Poitiers, avec un amphi rempli de plusieurs centaines de médecins.

Les 21e journées nationales d''infectiologie se tiendront donc du 9 au 11 septembre prochain au Palais des congres de Poitiers
Les 21e journées nationales d''infectiologie se tiendront donc du 9 au 11 septembre prochain au Palais des congres de Poitiers © Palais des congrès Poitiers

Fallait-il maintenir le congrès dans le contexte, sachant qu'il a déjà été reporté de juin à septembre à cause de la pandémie ? La profession reconnait que le sujet a été très débattu depuis 15 jours, preuve que le thème n'est pas si simple, mais le besoin de se voir et de communiquer l'a emporté sur le principe de précaution.

Fallait-il prendre ce risque ? 

Alors que les infectiologues sont déjà très occupés et qu'ils côtoient le virus quotidiennement, sachant aussi qu'en cas de cluster consécutif au congrès, ils feront forcément l'objet de railleries, en termes d'image... "Ça peut nous coûter cher", explique un infectiologue qui préfère rester anonyme mais qui trouve l'événement, dans le contexte, un peu déplacé et même politiquement sensible. 

"C'est effectivement un peu osé" reconnait un collègue. "En même temps, dit-il, on va vivre avec ce virus pendant peut-être deux ou trois ans, on ne peut pas tout arrêter", d'autant que cette année, plus que jamais, la profession a besoin d'échanger, de partager des informations, et les visioconférences qui remplacent certains congrès, "ça ne marche pas" explique le professeur Odile Launay, l'une des organisatrices de l'événement : "Les échanges en visioconférence ne sont pas du tout les mêmes. On peut poser des questions par un système de chat sur les écrans, mais ce n'est pas du tout du même niveau que lorsque l'on peut être présent."

Masque pour tous et fête pour personne

Toutes les précautions seront prises expliquent les organisateurs. Les congressistes auront tous un masque, du gel hydroalcooliques. Dans l'auditorium et les salles annexes, on mettra les distances avec un siège vide entre chaque participant. Par ailleurs toutes les festivités, le dîner de gala, les soirées ont été annulés. Les infectiologues expliquent vouloir montrer qu'en respectant les mesures barrière, dont ils sont en quelque sorte les spécialistes, on peut faire en sorte que la vie continue, socialement et économiquement. 

D'autant que le Covid est loin d'être le seul sujet de leurs préoccupations : la tuberculose, les maladies nosocomiales, l'antibiorésistance, le VIH, les maladies tropicales, ou sexuellement transmissibles occuperont une grande partie du congrès.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.