Les médecins généralistes qui reçoivent des “cadeaux” de la part de l’industrie pharmaceutique auraient tendance à prescrire davantage de médicaments, plus longtemps, et pour plus cher. C’est ce que montre une étude publiée ce 6 novembre par des médecins, chercheurs et ingénieurs rennais.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp / Lionel Vadam

Dîners, hôtels, invitations à des conférences, voyages... C'est une pratique peu connue du grand public, mais répandue dans le milieu médical : les "cadeaux", ou avantages, offerts aux praticiens par les groupes de l'industrie pharmaceutique. Quelle influence ces lobbys ont-ils ensuite sur les choix des médecins ? Une étude, publiée ce 6 novembre par des chercheurs bretons, a épluché les bases de données publiques françaises pour le savoir. Elle s'intitule: "Les médecins généralistes français ne recevant pas d'avantages de l'industrie pharmaceutiques sont associés à des prescriptions plus efficaces et moins chères".  

Les médecins qui perçoivent le moins de "cadeaux" prescrivent aussi plus de génériques

Les médecins, chercheurs et ingénieurs rennais expliquent avoir voulu "vérifier s'il existait une association entre, d'une part, les avantages offerts par l'industrie pharmaceutique aux médecins généralistes [...] et, d'autre part, le coût et l'efficacité de leurs prescriptions médicamenteuses au regard des objectifs fixés par l'Assurance maladie". Ils ont passé au crible les données en ligne de 41 257 médecins généralistes français. Résultat : 90 % d'entre eux ont reçu au moins un cadeau entre 2013 et 2016. Et les médecins qui n'ont reçu aucun cadeau ont prescrit en moyenne : 

  • des ordonnances moins coûteuses 
  • davantage de médicaments génériques (sur les antibiotiques et les hypertenseurs notamment)
  • moins de vasodilatateurs (contre l'hypertension notamment) et de benzodiazépines (anxiolytiques et somnifères, type Valium et Lexomil) sur des traitements de longue durée, des médicaments plutôt déconseillés par l'Assurance maladie.

En clair, "il y a en moyenne cinq euros de différence sur chaque ordonnance", explique Pierre Frouard, médecin généraliste co-auteur de l'étude (qui précise au préalable n'avoir "aucun conflit d'intérêt"). 

Les médecins qui ne reçoivent pas de cadeaux des firmes pharmaceutiques prescrivent davantage de génériques, c'est-à-dire des médicaments aussi efficaces, mais moins chers pour la collectivité. Ils prescrivent aussi moins de médicaments perçus comme plus dangereux qu'utiles, c'est-à-dire les benzodiazépines et les vasodilatateurs.

Autrement dit, il semble y avoir corrélation entre les "petits gestes" des groupes pharmaceutiques, et la nature des prescriptions des médecins : plus coûteuses pour la collectivité, mais de par le fait, plus rentables pour ces mêmes groupes pharmaceutiques. 

"En tapant le nom d'un professionnel, on a accès directement au montant des cadeaux qu'il a reçus de l'industrie pharmaceutique"

Comment les chercheurs ont-ils procédé ? Ils ont croisé les informations de deux bases de données nationales : le fichier Transparence Santé et le SNDS, le système national des données de santé, qui permet d'accéder aux données de santé de la quasi-totalité des Français. La base Transparence Santé, elle, a été créée en 2014 après le scandale du Mediator. Elle recense l'ensemble des cadeaux (et leur montant) offerts par les entreprises pharmaceutiques aux praticiens. "La déclaration est obligatoire, elle doit être faite par les firmes directement, pour tout cadeau supérieur à dix euros", précise le docteur Frouard. En tapant le nom de votre médecin, vous pouvez ainsi voir les avantages dont il a éventuellement bénéficié de la part d'entreprises pharmaceutiques. 

Exemple des informations de la base Transparence Santé, accessible à tous
Exemple des informations de la base Transparence Santé, accessible à tous / Capture d'écran Transparence Santé

"Il faut que les citoyens, chercheurs, patients, journalistes, s'emparent de cette base Transparence Santé. En tapant le nom d'un professionnel, on a accès directement au montant des cadeaux qu'il a reçus de l'industrie pharmaceutique", insiste Pierre Frouard. Le test est facile à faire, même si le site reste perfectible - il peut y avoir des erreurs et des imprécisions, comme en atteste cet article publié en 2017 sur un site de médecine spécialisé.

"Si un laboratoire décide de faire un cadeau, c'est qu'il pense qu'il peut en tirer un bénéfice"

Selon le docteur Bruno Goupil, premier auteur de l'étude, "Ces recherches constituent un premier travail d'analyse des données de la base Transparence Santé. Il semble peu probable que l'argent dépensé par l'industrie pharmaceutique pour la promotion des médicaments le soit à perte. Et en effet, les résultats de notre analyse concordent avec les études existantes qui concluent en faveur d'une influence sur les prescriptions." De fait, un manuel pratique de l'OMS, "Comprendre la promotion pharmaceutique et y répondre", alertait déjà en 2013 : 

"Les influences promotionnelles sur la prescription et l'usage des médicaments sont un problème parce qu'elles peuvent conduire à des choix thérapeutiques inappropriés. Ceci peut se produire si un médicament est utilisé alors que le patient n'en a pas besoin, [...] ou s'il est plus cher que les alternatives équivalentes."

Extrait du manuel pratique édité par l'OMS en 2013 pour mettre en garde contre l'influence pharmaceutique
Extrait du manuel pratique édité par l'OMS en 2013 pour mettre en garde contre l'influence pharmaceutique / Capture d'écran HAS/OMS

Doit-on en conclure que les médecins sont "vendus" aux lobbys pharmaceutiques ? Il faut nuancer le propos, estime Pierre Frouard. "L'étude ne montre pas de lien direct de causalité, donc il faut évidemment faire attention à ne pas extrapoler." Le praticien considère surtout qu'une réflexion éthique s'impose désormais du côté des professionnels de santé. "Je pense que les médecins doivent remettre le médicament à sa place. C'est un outil formidable, avec des bénéfices mais aussi des risques. Et cela implique de s'intéresser à l'influence des firmes, parce que cette influence est le plus souvent inconsciente." Même son de cloche du côté de Bruno Goupil. 

Cela ouvre beaucoup de questions sur l'influence des firmes pharmaceutiques, ça pose des questions sur les millions d'euros dépensés pour faire la publicité des médicaments par les firmes pharmaceutiques, et on se pose la question : pourquoi accepte-t-on une partie de ces cadeaux ?

À l'avenir, le médecin estime qu'il faudrait "mieux former les médecins sur les techniques d'influences de ces laboratoires", car les informations à destination des professionnels sont encore trop rares. "Il faudrait déjà prendre conscience que l'on peut être influencé. Autrement dit, la publicité, ça marche : il n'y a pas vraiment de repas gratuits. On peut réfléchir à l'envers : si un laboratoire décide de faire un cadeau, c'est qu'il pense qu'il peut en tirer un bénéfice."

► En savoir plus : le lien vers l'étude complète (en anglais)

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.