Les albums de Tintin, on les connaît par cœur. Vraiment ?

Détail d'une statue à de Tintin présentée en salle des ventes à Drouot
Détail d'une statue à de Tintin présentée en salle des ventes à Drouot © Corbis / Laurent Benhamou

La parution de L’art d’Hergé , un très beau livre sur le dessinateur de Tintin est l’occasion de présenter quelques détails moins connus des aventures du célèbre reporter. Avec Benoît Peeters.

À noter qu'à l'automne 2016, une grande exposition Hergé se tiendra au Grand Palais (Paris).

Quel pays a inspiré la Syldavie ?

Sceptre d'Ottokar d'après le livre d'Hergé dans les collections permanentes du Musée de la BD
Sceptre d'Ottokar d'après le livre d'Hergé dans les collections permanentes du Musée de la BD © AD/France Inter / Musée de la BD de Bruxelles/Centre belge de la bande dessinée

Charrette de foin, habits traditionnels, soldats en tenue de zouave, et hommes moustachus... à première vue, dans Le Sceptre d’Ottokar , le lecteur croit reconnaître un pays d’Europe centrale. Des passionnés ont cherché : Roumanie ? Serbie ? Albanie ? Non, la Syldavie est un pays imaginaire, mais Hergé a surtout pensé à… la Belgique !« Une transposition balkanique de la Belgique » : les explications de Benoît Peeters, écrivain, scénariste, co-auteur avec François Schuiten, des* _Cités Obscures_* , spécialiste de l’univers de Tintin :

Comment s’appelaient Dupond et Dupont à l’origine ?

Les Dupondt - Décor des collections du Musée de la BD de Bruxelles - centre Belge de la BD
Les Dupondt - Décor des collections du Musée de la BD de Bruxelles - centre Belge de la BD © AD/France Inter / Musée de la BD de Bruxelles/Centre belge de la bande dessinée

Lorsqu’ils apparaissent dans Les Cigares du Pharaon , les deux personnages s’appelaient X33 et X33 bis. Et cela pose problème : comment des jumeaux peuvent-ils s’appeler de deux noms différents ? Le père de Hergé avait un frère jumeau, mais c’est aussi du côté du cinéma burlesque qu’il faut chercher l’inspiration :

Qui est l’inventeur de Tintin ?

Abbe Wallez
Abbe Wallez © Collection privée / DR

C’est l'abbé Wallez, qui dirigeait la revue Le vingtième siècle dans lequel paraîtra Le petit vingtième, le supplément hebdomadaire à destination de la jeunesse. Il repère dans les dessins de Hergé, un petit garçon accompagné d’un petit chien. Ce rédacteur en chef truculent et réactionnaire conseille alors au jeune dessinateur de reprendre ce personnage.

Benoît Peeters :

Le capitaine Haddock a-t-il vraiment été inspiré par le dessinateur Jacobs ?

Hergé et Edgar Jacobs dans les années 60
Hergé et Edgar Jacobs dans les années 60 © Collection privée / DR

La plupart des personnages de Tintin ont été créés de toute pièce, mais Hergé disait que son ami, Edgar P. Jacobs (le père de Blake et Mortimer), avait servi de modèle à Haddock. Mais quand le capitaine Haddock apparaît en 1941 dans Le Crabe aux Pinces d’Or , il ne le connaît pas encore :

Quand Hergé commence à fréquenter Jacobs à partir de 1944, il est possible qu’il ait été frappé par la dimension théâtrale de Jacobs, qui avait été chanteur d’opéra, et qu’il ait fait évoluer Haddock pour en faire un personnage composite. Mais pour moi, le Capitaine Haddock, c’est le Hergé de la maturité qui n’arrive plus à se projeter dans Tintin

Quand apparaît la houppe de Tintin ?

C’est Pierre Sterckx qui a repéré qu’à la huitième page de Tintin au Pays des Soviets un coup de vent fait se redresser la mèche assez plate de Tintin. Il faut se souvenir que Tintin, c’est un éloge du dynamisme de la vitesse qui devait fasciner les enfants de 1930. Hergé disait aussi qu’il n’était pas certain d’arriver à le dessiner aussi bien de face de profil, de dos, ou en plan large, la houppe permettait alors de le reconnaître.

Benoît Peeters :

L’art d’Hergé

L'art d'Hergé - Hergé et l'art
L'art d'Hergé - Hergé et l'art © Gallimard BD - Éditions Moulinsart / Pierre Sterckx

Ce très beau livre est écrit par Pierre Sterckx, décédé cette année. Le critique d’art avait connu Hergé. Il l’avait conseillé en matière d'art et avait monté l’exposition Le musée imaginaire de Tintin. C’est une anthologie de Hergé artiste. À l’aide d’archives du Musée Hergé de Louvain-La-Neuve, il a décortiqué l’œuvre du dessinateur.

Après une partie biographique, une étude des 24 albums de Tintin, et des personnages, il met en perspective l’évolution du dessin de Hergé et aussi son goût pour les arts.

Le résultat impressionne par la richesse et la précision des informations. En particulier lorsqu’il démontre que les décors des aventures de Tintin se nourrissaient des propres collections de Hergé.

C'est un livre pour tous ceux qui ont aimé Hergé...

Benoît Peeters :

Quelques images tirées du livre :

L’art d’Hergé - Hergé et l’art de Pierre Sterckx Coedition Gallimard bd - Éditions Moulinsart

Un interview de Hergé de la Télévision Suisse Romande de 1960. À la fin, on le voit dessiner Tintin :

ALLER + LOIN

►►► Et aussi : septembre 2016, Hergé en 7 détails méconnus

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.