Ce qu'il faut de terre à l'homme
Ce qu'il faut de terre à l'homme © Dargaud / Martin Veyron

Logo Librairie Dimension Fantastique
Logo Librairie Dimension Fantastique © Radio France
Ce qu’il faut de terre à l'homme par Guilaine de lalibrairie La Dimension Fantastique:

Au cœur du XIXème siècle, le jeune Pacôme cultive son lopin de terre et élève son bétail sans rien demander à personne, tout à fait satisfait de son sort. Dans son village de Sibérie, tout le monde fait de même, et les paysans n’hésitent pas à faire paître leurs chevaux ou brouter leurs vaches sur le terrain du voisin lorsqu’ils sont un peu à l’étroit, avec la bénédiction silencieuse des autres.

Mais lorsque le fils de la riche Barinya se rend compte que les fermiers profitent des terrains de sa mère, les conditions de vie des habitants vont drastiquement se durcir : les amendes et sanctions corporelles pleuvent sur ceux que l’on surprend la main dans le sac, et la tranquillité du village commence à en pâtir.

Lorsque la vieille Barinya décide finalement de vendre son terrain, les villageois se concertent pour le racheter et ne pas le laisser à un autre propriétaire étranger. De son côté, Pacôme y voit enfin l’occasion de s’enrichir et d’améliorer la qualité de vie de sa famille, comme le lui a conseillé son riche beau-frère de la ville, aux dépens de ses amis et voisins.

Martin Veyron adapte cette nouvelle de Tolstoï avec brio. Ce qu’il faut de terre à l’homme est une fable politique et philosophique teintée d’une bonne dose d’humour et d’ironie. Le découpage du scénario par l’auteur en petites saynètes aux chutes savoureuses (et souvent cruelles) apporte beaucoup à l’histoire, le tout servi par un superbe dessin au trait assez classique mais très élégant, et rythmé par la luminosité tantôt froide, tantôt chaleureuse des saisons sibériennes.

Feuilletez quelques pages

►►► Retourner à la sélection BD été 2016 France Inter/Sequencity

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.