David Foenkinos
David Foenkinos © Maxppp

David Foenkinos, l’auteur de La délicatesse , change de registre pour raconter la vie d’une jeune allemande morte très jeune à Auschwitz, en 1943.

Charlotte Salomon , enfant d’une mère et d’une tante qui se sont suicidées, dans un milieu bourgeois et cultivé mais austère, n’aura que quelques jours pour faire exploser sa créativité avant de disparaître.

Exilée dans le sud de la France en 1939, à l'âge de 22 ans, elle compose une oeuvre totale et foisonnante, colorée, faite de dessins, d’annotations musicales et de textes.

La découverte de ses dessins a profondément ému David Foenkinos, au point de vouloir, devoir, écrire ce roman. Pour ce roman plus grave que les précédents, il choisit aussi une forme particulière : une ligne, une phrase. C’est un chant qu’il adresse à Charlotte, son livre le plus personnel et assurément le plus touchant.

Foenkinos en vrai, enfin !

Charlotte Salomon dans le jardin de la "Villa L'Ermitage" à Villefranche-sur-Mer en 1939
Charlotte Salomon dans le jardin de la "Villa L'Ermitage" à Villefranche-sur-Mer en 1939 ©
Tableau de Charlotte Salomon
Tableau de Charlotte Salomon ©

David Foenkinos se livre plus personnellement en racontant l'histoire de Charlotte Salomon, c'est une première pour lui ( Itw Christine Siméone ) :

Extrait de Charlotte :

L’année 1938 est aussi celle de la désintégration.

Les derniers espoirs de Charlotte vont voler en éclats.

Une humiliation terrible l’attend.

Chaque printemps, un concours est organisé aux Beaux-Arts.

A partir d’un sujet défini, les élèves produisent une oeuvre.

C’est le moment lumineux de l’année.

Celui où l’on distribue les prix et les honneurs.

Ludwig Bartning est de plus en plus admiratif de Charlotte.

Il est heureux d’avoir lutté pour son intégration.

Depuis quelques mois, ses progrès sont fulgurants.

Il ne s’agit pas d’une amélioration technique.

Certes son dessein s’affine, se précise.

Mais il est frappé par l’aisance de sa protégée.

Elle détourne chaque exercice pour exercer sa voix.

Singulière étrange, fébrile aussi.

Son dessin dit ce qu’elle est..

Sa force ne se voit pas de prime abord.

Sa particularité se cache quelque part, à l’abri des couleurs.

Feuilletez le livre :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.