Edouard Limonov
Edouard Limonov © Corbis

Alors que la Russie est en crise, interview avec Edouard Limonov, écrivain et opposant à Vladimir Poutine. Il a publié en France avec Le livre de l'eau (Bartillat) un des plus vifs récits du moment.

On connaît mieux Limonov depuis qu’Emmanuel Carrère lui a consacrré un brillant roman, qui ravit les lecteurs américains en ce moment. Carrère nous avait dépeint un personnage à multiples facettes, caméléon des temps moderne, voyou alcoolique en Ukraine, poète à Paris, serviteur à New York, combattant pro-serbe en ex-Yougoslavie, opposant politique à Poutine, arrêté en 2001 pour complot contre l'état et emprisonné.

Il y a trois ans, Edouard Limonov, fondateur du Parti National Bolchévik, déclarait « c’est le début de la fin de l’homme fort Poutine ». Trois ans plus tard, de l’eau a coulé sous les ponts, l’Ukraine se déchire, le rouble s’effrite, la Russie s’affole. Et Limonov a rejoint Poutine sur la question ukrainienne, car selon lui la Russie doit "pousser jusqu'à Kiev".

Le livre de l'eau - Edouard Limonov
Le livre de l'eau - Edouard Limonov © Bartillat

On a eu en cette fin 2014 confirmation de ses talents d’écrivain en lisant Le Livre de l’eau (Editions Bartillat). Sa vie même est une mine d’or au creux de la page et de l’encre. Sa plume, il l’a trempée dit-il dans "une solution de perpétuité ", et il déroule ses souvenirs dans des lacs, mers, océans, lagunes et rivières.

Le style est vif, sa vie saigne comme la guerre est folle . Son vocabulaire est trempé dans la boue autant que dans les livres.

Les sièges du jardin du Luxembourg à Paris lui rappellent les grabats de sa prison de Lefortovo.

J'ai passé des heures au jardin du Luxembour. Peut-être des milliers. J'y ai bronzé, corrigé les épreuves de mes livres dans toutes les langues, fait n'importe quoi avec des filles, parfois ivre, parfois mélancolique. J'ai tellement imprégné les arbres, les chaises, les statues et le bassin que si vous y allez et que vous cherchez mon reflet dans l'eau, je suis sûr que vous le trouverez.

On ne conseille à personne d'offrir Limonov comme cadeau de fin d'année, on conseille de lire tout court, comme témoignage fou du siècle.

Trois questions à Edouard Limonov :

Vous avez écrit Le livre de l'eau en 2002, il y a plus de 10 ans. Justement, de quelle eau fut faite votre vie ces 10 dernières années ?

En 2005, le Parti National Bolchévik (NBP ) comptait 59 militants en prison. Deux ans plus tard, il était interdit par un jugement de la Cour Suprême. Parallèlement j'ai créé la coalition "L'autre Russie" avec Kasparov et Kasianov. Nous avons organisé plusieurs marches à Moscou ou Saint Pétersbourg, mais le mouvement s'est dissout en raison d'un désaccord entre Kasparov et Kasianov.

En 2009, j'ai commencé les actions de "Stratejie -31" sur Triumfalnaya à Moscou.

En décembre 2011, je me suis séparé des libéraux, car je considère qu'ils ont trahi le mouvement de protestation, notamment en éloignant les manifestations du centre de Moscou, vers un lieu isolé. C'était idiot, et c'était une trahison vis-à-vis des militants contre le pouvoir.

La guerre et les femmes sont les principaux objets de votre existence dites-vous. Est-ce toujours le cas ?

Aujourd'hui c'est la guerre en Ukraine qui m'intéresse : mes camarades militants natzbols combattent en Ukraine dans la région du Donbas, bien sûr à côté des séparatistes. Il y a deux détachements de natzbols - auprès des armées des républiques populaires de Lugansk et de Donetsk. (NDLR : sur son site, Edouard Limonov publie des photos de sa visite sur le terrain auprès de ces combatttants qui agissent sous le nom de "La brigade". Voir ici > )

La France refuse de livrer à la Russie les navires de combat Mistral que la Russie lui a commandés. Elle attend le règlement de la crise ukrainienne. Le «Vladivostok» n'est pas près de quitter les chantiers navals de Saint-Nazaire . Qu’en pensez-vous ?

Francois Hollande est un drôle de Président. Sa position n'est pas socialiste, mais plutôt réactionnaire et pro-américaine, à l'image d'un Mc Cain (qui a perdu les élections face à Obama).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.