Après avoir suivi la campagne présidentielle du candidat François Hollande, l’auteur de bandes dessinées Mathieu Sapin s’est incrusté à l'Élysée. Il nous livre un reportage de l'intérieur, sur le fonctionnement de la Présidence de la République et la vie du plus haut personnage de l’État.

Couverture du château
Couverture du château © Dargaud / Mathieu Sapin

Vous avez rêvé d’être une petite souris dans les couloirs de L’Élysée ? D’entendre ce qui se trame sous les ors les plus prestigieux de la République ? Mathieu Sapin l’a fait. Après avoir suivi François Hollande pendant sa campagne, il a obtenu de suivre le candidat devenu Président au Palais de l’Élysée. Entre juillet 2013 et le 15 juin 2014, il s’est rendu régulièrement au « Château », comme l’appellent les collaborateurs de la Présidence, pour livrer un véritable reportage embedded.

On apprend beaucoup sur l’envers du décor de cette présidence qui se dit différente de la précédente, mais qui emprunte les mêmes chemins. En particulier dans sa communication. La place incroyable donnée aux journalistes politiques étonne. Surtout que le dessinateur rapporte une conversation avec certains d'entre eux, qui reprochent au Président de ne pas... les mépriser assez !

Au sein de cette fourmilière, Mathieu Sapin s’attache à décrire le personnel de l’Elysée. Véritable visite guidée du bâtiment avec ses cuisines, son bureau dit « des sièges » (le GSPR, la sécurité rapprochée du Président), son salon Cléopâtre, son salon doré, le bureau des secrétaires, ses salles de réception... Le livre nous apprend l’existence d’une salle de sport, d'une salle de cinéma mais aussi d'un dojo dans le palais présidentiel ( une salle d'entraînement pour les agents de sécurité du Président, qui y pratiquent le Krav maga, un art martial).

Cuisines - extrait du Chateau de Mathieu Sapin
Cuisines - extrait du Chateau de Mathieu Sapin © Dargaud / Mathieu Sapin

Comme toute société, le bâtiment a ses codes. Il existe une sorte de frontière invisible et infranchissable entre la cour d’honneur « accessible au menu fretin et l’intérieur du Palais, réservé à quelques élus ». Le dessinateur assiste à quelques événements dont la réception de l’équipe de France de basket, ou la venue de la Reine d’Angleterre, et il a accompagné une visite en Azerbaïdjian.

Ce n’est pas la première fois que Mathieu Sapin (Akissi) se livre à l’exercice. Auparavant, il a croqué le tournage de Gainsbourg (vie héroïque), le film de Joann Sfar, dans Feuille de Chou . En 2011, c’est aux coulisses de la rédaction du quotidien Libération , qu’il s’était attaqué avecJournal d'un journal, avant la campagne Présidentielle, en 2012 sur les pas de François Hollande. Le procédé est toujours le même : il se met en scène en train de découvrir un lieu. Avec une curiosité contagieuse.

Le Château, un an dans les coulisses de l’Elysée à paraître en mai chez Dargaud.

Mathieu Sapin : « La bande dessinée a l’avantage de paraître assez inoffensive »

Cave - extrait du Chateau, un an dans les coulisses de l'Elysée
Cave - extrait du Chateau, un an dans les coulisses de l'Elysée © Dargaud / Mathieu Sapin

Quand Mathieu Sapin a demandé à écrire un livre sur l'Élysée, on lui a d'abord objecté que la bande dessinée, ce n'est pas sérieux. Puis, sans savoir pourquoi, la situation s'est débloquée :

Les journalistes politiques font partie du décor

Mathieu Sapin remarque l'omniprésence des journalistes au sein de l'Elysée. Il a donc décidé de ne pas les enlever de la photo.

Le dessinateur a apprécié d'avoir auprès de lui ces commentateurs pour lui sous-titrer la vie politique française :

Journalistes politiques - Le Chateau de Mathieu Sapin
Journalistes politiques - Le Chateau de Mathieu Sapin © Dargaud / Mathieu Sapin

L’ Élysée, c’est vraiment un théâtre

C'est un lieu qui est pensé pour l'image. Des équipes sont chargées de veiller à leur perfection. Mathieu Sapin commente la planche ci-dessous :

Cache
Cache © Dargaud / Mathieu Sapin

Quelques pages en avant-première :

►►► Retrouvez Mathieu Sapin invité de Si tu écoutes j'annule tout avec l'équipe de Charline Vanhoenacker, et dans l'émission de Pascale Clark, A'live__

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.