Couverture de "I like Europe" de Caroline Gillet et Amélie Fontaine
Couverture de "I like Europe" de Caroline Gillet et Amélie Fontaine © Actes Sud

Caroline Gillet est allée à la rencontre de jeunes Européens pour savoir "comment on devient adulte dans une Europe en crise". Pendant trois ans, les réponses ont été diffusées sur France Inter, dans la chronique "I like Europe". Puis Amélie Fontaine a rejoint l'aventure, et les chroniques radios sont devenus vidéos... et aujourd'hui un livre, qui paraît chez Actes Sud.

Caroline Gillet raconte la génèse du projet :

"On était en 2012, on avait bientôt trente ans. Chaque jour dans les médias, il était question de crise. Et, si l’Union européenne avait été créée pour, entre autres, prévenir les conflits et apaiser nos peurs des différences, le continent semblait gagné par un profond sentiment de repli. L’Europe, c’était devenu des bureaucrates en costumes et des institutions opaques montrées du doigt. La monnaie unique et les frontières sans visa étaient menacées et l’on commençait à parler de “génération perdue”. Avec la reporter Aurélie Charon, nous nous demandions comment on devenait adulte sur un continent morose . On se disait que l’on aurait aimé, aux mots graves répétés en boucle, répondre par des visages et des histoires de jeunes Européens . Et redonner la parole à cette génération .Depuis, il y a eu quarante-trois rendez-vous, dans quinze pays. Les témoignages de jeunes sont devenus des chroniques radiophoniques diffusées sur France Inter. Amélie Fontaine a rejoint le projet et, pendant que Caroline Gillet faisait les interviews radio, elle dessinait. On avait ensuite vingt-quatre heures dans les capitales européennes pour fabriquer, à partir de ces rencontres, des vidéos en son et dessin. Nous avons pris des bus, des métros, des trams, des taxis fous et on a voyagé dans un coffre de “Smart”, serrées. On a vu la mer à Nicosie et la neige à Riga. On a perdu une écharpe par ville, et à chaque fois qu’on s’est installées, on s’est bien sûr dit : “Je viendrais bien vivre ici.” On a mangé des sushis au fromage fondu à Athènes et des pierogis à Cracovie, on a appris des mots qu’on a ensuite oubliés, on a été emmenées dans des endroits géniaux et improbables, on s’est assises devant des cafés, des thés, des rakias, par terre ou sur un lit pour écouter. C’étaient des propos intelligents, touchants, drôles, parfois durs, mais jamais découragés. Si être adulte, c’est avoir la liberté de ses choix, les dix personnes qui s’expriment ici sont à la lisière de cela. Ils ont tous des histoires personnelles liées à celle de leur pays et, face aux récits des grands-parents, aux idées des parents et aux interrogations d’aujourd’hui, ils se sont engagés : ils ont questionné leur héritage et pris leurs distances .

C’est difficile, mais c’est à chaque génération d’oser. Et s’ils ont grandi à l’est, à l’ouest, au nord ou au sud du Vieux Continent, on sent dans leurs envies, leurs angoisses communes et dans les promesses qu’ils se font, se dessiner leur nouveau siècle. Leurs idées neuves, celles des enfants du millénaire."

Extraits de chroniques

La nouvelle génération de Chypriotes vit séparée : au nord il y a les Turcs, au sud les Grecs et, entre les deux, une frontière, des check-points et des préjugés. Yiannis a vingt-trois ans, il n’avait jamais vu que le sud de son île. Caroline et Amélie l'ont emmené dans le nord, rencontrer Ceren. L’un et l’autre sont des enfants ou des petits-enfants de personnes déplacées pendant le conflit gréco-turc. Extrait :

I like Europe - extrait 2
I like Europe - extrait 2 © Actes Sud

Andrezj est polonais, Gal est israélienne. Avec Caroline, ils s'arrêtent devant une ancienne maison de l'ancien quartier juif de Cracovie. Extrait :

Notre génération a grandi avec les conséquences du 11 septembre 2001 ; l’impression de vivre dans un monde divisé en deux blocs irréconciliables. C’est suite aux attentats que Joe s’est engagé dans l’armée pour participer à la “guerre contre la terreur” en Afghanistan. Une fois là-bas, il s’est rendu compte qu’il avait été trompé. Extrait :

Et aussi, voici ci-dessous la collection de superhéros réalisée par Caroline Gillet et Amélie Fontaine :

Pour en savoir plus

(Ré)écoutez I like Europe, la chronique présentée chaque semaine par Caroline Gillet dans le 5/7 (Ré)écoutez I like Europe, l'émission d'une heure présentée pendant l'été 2012 par Aurélie Charon et Caroline Gillet I Like Europe est aussi sur Facebook (rejoignez-le) et sur Twitter (@likeeurop) Le travail réalisé par Caroline Gillet et Amélie Fontaine auprès de la jeunesse européenne avait été relié au projet de France Inter de suivre les élections européennes. Dossier complet ici >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.