Valérie Zenatti
Valérie Zenatti © Radio France / Editions du Moteur
Chaque année, à la rentrée, **Valérie Zénatti** est invitée dans des classes pour parler de son roman _Une bouteille dans la mer de Gaza_ . Parue en 2005 aux éditions de L’Ecole des loisirs, cette correspondance (fictive) entre un adolescent palestinien et une jeune fille israélienne, est plus que jamais d’actualité. Mais cette année, c’est pour son dernier roman, **_Jacob, Jacob_** que Valérie Zénatti va sillonner la France. C'est l’histoire d'un jeune juif de Constantine, chassé de l’école au début de la guerre pour cause de lois antijuives mais jugé assez français en juin 1944 pour participer à la libération de la France. ### Un tabou familial C’est par des confidences murmurées que Valérie Zénatti a découvert l’existence de ce grand oncle fauché à l’âge de 19 ans, sept mois et dix jours. Sujet trop douloureux, presque tabou, que ce mort pour la France comme tant d’autres Algériens ou Marocains. Valérie Zenatti fait revivre cette Algérie gorgée de soleil où l’on aspergeait ceux qui partent d’eau de fleur d’oranger afin qu’ils reviennent sains et saufs. Jacob et ses camarades Bonnin et Ouabedssalam n’en reviennent pas de découvrir la France, la vraie. D’abord la Provence, puis la vallée du Rhône, puis les Vosges. Pendant ce temps, sa mère suit à la radio la progression de l’armée française, jusqu’au matin où : > _« un officier de la caserne Welvert était venu frapper à la porte, accompagné d’une secrétaire qui avait posé sa main sur l’épaule de Rachel. L’officier avait grommelé quelques mots insaisissables, il n’était pas sûr que la femme qui lui faisait face comprenait le français et d’un geste qui avait évoqué un bourgeois faisant l’aumône, il avait tendu l’acte de décès de Jacob sur lequel était écrit « Mort pour la France »_ .
jacob jacob
jacob jacob © Editions de l'Olivier
**Note sur l'auteur par l'éditeur :** Valérie Zenatti est née à Nice en 1970. En 1983 elle part vivre avec sa famille en Israël. De retour en France en 1990, elle étudie la langue et littérature hébraïque, exerce différentes activités, dont le journalisme et l'enseignement. Elle publie des livres pour la jeunesse à l'École des loisirs (dont Quand j'étais soldate et Une bouteille dans la mer de Gaza, prix Tam-Tam 2005), traduit les oeuvres d'Aharon Appelfeld, et a publié trois ouvrages aux éditions de l'Olivier : En retard pour la guerre (2006), Les Âmes soeurs (2010) et Mensonges (2011). __
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.