Sortie attendue du deuxième tome de "L’Arabe du futur" de Riad Sattouf chez Allary. Le dessinateur poursuit dans cette bande dessinée le récit de son enfance.

Couverture de L'Arabe du futur 2
Couverture de L'Arabe du futur 2 © Allary Éditions / Riad Sattouf

Entre Syrie et Bretagne, il s’arrête sur son année scolaire éprouvante dans un village près de Homs.

Après la Libye, la Syrie. Dans le premier tome de _L’Arabe du futur,_ **vendu à 250000 exemplaires, couronné par un Fauve d’or à Angoulême et traduit en 14 langues, Riad Sattouf avait planté en BD le décor de ses premières années** : la Libye de Kadhafi, où ce fils d’un Syrien et d’une Bretonne avait vécu à l'âge de 5 ans pour y suivre son père, universitaire et fervent militant du panarabisme. Dans ce nouvel opus, le créateur de Pascal Brutal poursuit le récit de**son enfance entre Syrie et Bretagne et s’arrête sur son année scolaire à Ter Maaleh** , un village près de Homs.

  • On assiste à sa première (et très angoissante) rentrée. Avant de le suivre dans sa classe avec l’enseignante qui ne plaisante pas : à chaque bavardage, un sévère coup de bâton s’abat sur les mains des petits. Le dessinateur dresse aussi le portrait de la Syrie rurale des années 80, entre religion, superstition, propagande et antisémitisme. En mettant en perspective son expérience orientale avec ses vacances à la montagne ou en Bretagne. Cette chronique du quotidien est, dans le même temps, une histoire de famille où, en particulier, Riad Sattouf raconte ses relations avec sa cousine. C’est elle qui l’initie à la perspective dans le dessin, et le renforce dans le talent narratif qui est aujourd’hui le sien. On lit également la stratégie de son père pour obtenir un poste d’universitaire avec, toujours en arrière-plan, le gouffre culturel entre ses deux parents. Tandis que le petit Riad dresse une ode à la langue arabe. On retrouve dans ce nouvel épisode (qui devrait être suivi d'au moins deux autres) la justesse de la restitution d’un regard étonné, candide, sur le monde dans lequel il grandit, avec beaucoup d’humour et une forte attention portée aux petits détails.

  • ►►ِ► Écouter Riad Sattouf invité du 7/9 de Patrick Cohen
  • ►►► Jeudi 18 juin, Riad Sattouf a répondu à vos questions sur Twitter
  • ►►► Reecouter Riad Sattouf invité de Pascale Clark dans _A'live
  • ►►► L'auteur de _L'Arabe du futur_ invité de Nagui pour La _Bande originale_ le 18 juin

Dans ce tome 2, le petit Riad découvre l’école à la mode syrienne : embrigadement, propagande, antisémitisme, et les particularités de sa famille paternelle, crime d’honneur, patriarcat, palabres. Le tout raconté avec la candeur implacable de l’enfance. Riad Sattouf dynamite les tabous sans avoir l’air d’y toucher. L’Arabe du futur est bien plus qu’une BD. C’est l’œuvre d’une vie. A l’égal du Mauss de Spiegelman.

L’Arabe du futur, tome 2 , Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985) de Riad Sattouf est paru chez Allary Éditions

Riad Sattouf commente pour Franceinter.fr trois pages tirées du deuxième tome de L’Arabe du futur :

L’école syrienne des années 80 autorise les châtiments corporels, comme celle des années 50 en France

Le bourrage de crâne de la dictature syrienne était très doux : pas de portraits d’Hafez el Assad, ni de policiers partout, pas de menace d’exécution. Ça jouait sur autre chose >

Dans la campagne Syrienne des années 80, l’antisémitisme était très répandu. Comme j’étais un enfant blond, mes camarades mettaient en doute ma « syrianitude »

Réecouter Riad Sattouf

Sur le premier tome de L'Arabe du futur

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.