L'écrivain Maurice G Dantec, star de la littérature de genre dans les années 90 est mort.

Maurice G. Dantec
Maurice G. Dantec © Maxppp / PHOTOPQR/LE PARISIEN

Maurice G Dantec était né à Grenoble en 1959 et vivait au Canada depuis 1998. Il a complètement revisité la littérature de genre dans les années 90, recueilli un succès important grâce à ces romans de science fiction.

En 1995, avec Les Racines du mal, il  remporte le grand prix de l'Imaginaire du roman francophone et le prix Rosny aîné dans la catégorie « roman ».  En 2000, il publie Le théâtre des opérations, qu'il qualifie lui-même en ces termes :

"Ni journal intime, ni critique de l'actualité, ni essai critique, ni pamphlet philosophique, ni acte de sabotage moral, ni acte de foi, et pourtant un peu de tout ça en même temps."

Son parcours est aussi marqué par des relations difficiles avec ses éditeurs,  Gallimard, Albin Michel, Rivages puis Ring ces dernières années.

En 2014 il a trouvé accueil aux Éditions Inculte.

Il s'est rendu impopulaire également en faisant des déclarations critiques contre l'islam, en prenant contact avec le Bloc identitaire (mouvement d'extrême droite français) ou en défendant des positions royalistes.

Sa personnalité particulière, son usage des psychotropes, le choix de son agent, ont fait de lui une star déchue de la littérature, fascinée par l'argent et la provocation. De fait les tirages de ses romans ont fini par faiblir sous l'effet des coups de gueules, des polémiques, et de l'obsession conspirationniste du romancier.  50.000 exemplaires vendus pour Babylon Babies , mais seulement 5000 pour Métacortex, dix ans plus tard.

Au sujet de  Les Résidents ,  son dernier roman, voilà ce qu'il déclarait :

Ma propre théorie de la conspiration  c'est que pour la cacher il faut inventer de multiples théorie de la conspiration. C'est ce que la CIA a développé dans les années 50 ou 60. Cela fait partie des éléments de mon roman.

Pour qualifier sa littérature, il  a parlé d'ultra réalisme. Finalement le grand retour que ses fans ont pu attendre n'a jamais eu lieu.

Les principales œuvres de Maurice G. Dantec

  • La Sirène rouge  1993
  • Les Racines du mal 1996
  • Babylon Babies 1999
  • Villa Vortex : Liber mundi tome 1 - 2003
  • Métacortex : Liber mundi tome 2, 2010
  • Cosmos Incorporated 2005
  • Grande Jonction 2006
  • Artefact : Machines à écrire 1.0, 2007
  • Comme le fantôme d'un jazzman dans la station Mir en déroute, 2009
  • Satellite Sisters, 2012
  • Les Résidents, 2014
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.