Le Piano oriental de Zeina Abirached
Le Piano oriental de Zeina Abirached © Casterman / Zeina Abirached

Creuser et interroger le sillon de la double culture jusqu’au bout.

Dans Le Piano Oriental , Zeina Abirached dessine une autobiographie à partir du récit de son grand-père libanais inventeur, dans les années 1950, d’un piano capable de jouer de la musique à l’occidentale (demi-ton par demi-ton) et à l’orientale (quart de ton par quart de ton).

Un piano bilingue en somme qui relierait ces deux cultures, ces deux langues.

Le projet de cet élégant aïeul, rejoint ainsi la quête de l'auteure, qui cherche à définir sa propre identité.

En noir et blanc, dans un style plein d'inventivité, qui rappelle parfois celui de Marjane Satrapi, la dessinatrice évoque avec délicatesse ce grand-père beyrouthin, toujours coiffé d’un tarbouche.

Et comme dans son précédent livre Mourir, partir, revenir, le jeu des hirondelles , elle continue d’évoquer le Liban, pays dans lequel cette Parisienne d'adoption retourne très souvent.

Le Piano oriental - Zeina Abirached - Casterman

Écoutez le piano d'Abdallah Chahine, le grand-père de Zeina Abirached :

Zeina Abirached :

Dans ce livre, j'explore mon rapport avec mes langues maternelles

Tout est son dans cette histoire :

Aller + loin

Feuilletez quelques pages :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.