Marie Darrieussecq
Marie Darrieussecq © Radio France

Dans "Il faut beaucoup aimer les hommes ", (POL)Marie Darrieussecq joue avec les nerfs du lecteur en suivant les méandres d'une passion amoureuse. On retrouve avec bonheur Solange, l'adolescente de "Clèves" que l'on avait laissée après son premier amour. Quelques années plus tard, elle est mère d'un enfant qu'elle a laissé en France aux bons soins de sa mère, et elle est actrice installée à Hollywood. Pas une star, non, pas une femme fatale non plus.

Cette fois, Solange s'éprend d'un acteur-cinéaste, Kouhouesso, un noir qui ne rêve que d'une chose : faire un film dans la forêt camerounaise pour adapter le livre de Joseph Conrad "Au coeur des ténèbres ".

C'est donc un amour entre une blanche et un noir, écrit en écho à Jean Genet et Marguerite Duras. Entre une femme éprise et un homme qui ne l'est pas. Raison pour laquelle, il faut effectivement beaucoup aimer les hommes, pour, comme Solange, réussir sans dire un mot à se faire admettre dans le casting du film de son amant insupportable, et le suivre dans les tréfonds de la forêt vierge. Jusqu'à s'y perdre?

On enrage pour Solange, tout au long du livre, on voudrait qu'elle jette son téléphone portable et cesse d'attendre des messages laconiques ; on lui conseillerait mille fois d'aller voir ailleurs et de profiter de la vie. On arrive à la fin de l'histoire essoré par tant de souffrances inutiles, devant le médiocrité de la vie de Solange (au fait, princesse, qu'as-tu-fait de ton fils?). On enrage donc, mais il est vrai que les histoires d'amour en littérature ne sont supportables qu'à ce prix.

L'interview de Marie Darrieussecq

L'histoire d'une passion amoureuse

Noir et blanche, ça change quoi pour l'amour? Darrieussecq traque les clichés.

Marie Darrieussecq, Il faut beaucoup aimer les hommes, POL, sortie le 22 août.

Retrouvez Marie Darrieussecq et le masque punu qui l'inspire quand elle écrit : Traits pour Traits >

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.