Histoire d'une séance photo

Marilyn s’est trouvée propulsée au rang de star à l’époque du magazine illustré, aidée en cela par des photographes. Si les articles contribuèrent à la promouvoir, c’est aux photos qu’elle dut son image. "La photographie était pour elle ce que l’eau est à un poisson : l’élément où elle exultait " disait Eve Arnold, qui l'a notamment photographiée sur le tournage de The Misfits.Au cours des dix-sept années de sa carrière, elle fut photographiée par des photographes de plateau, de presse ou de mode… tous ont été impressionnés par la capacité de Marilyn à se transformer sans cesse, à ne jamais se figer dans une pose, à offrir au photographe une infinie variation d’elle-même. «Marilyn avait le pouvoir » dira Bern Stern.En cette année anniversaire, l’actrice est célébrée de toutes parts. Le Festival de Cannes l’a choisie comme emblème, plusieurs magazines lui consacrent des hors-séries, de nombreux livres sont déjà disponibles et nombres d’autres paraîtront d’ici le 5 août.

Lawrence Schiller
Lawrence Schiller © David Margolick/Courtesy TASCHEN

Parmi les livres "remarquables", celui publié par Lawrence Schiller chez Taschen.Photojournaliste, Lawrence Schiller a débuté en travaillant pour Life, Playboy etParis Match . Il a photographié quelques-unes des icônes des années 1960, de Lee Harvey Oswald à Robert Kennedy, d’Ali et Foreman à Redford et Newman. Ses nombreuses collaborations à des livres incluent Le Chant Du Bourreau , récompensé par le Prix Pullitzer avec Norman Mailer. Il devient ensuite réalisateur et producteur de films et de miniséries télévisées.Dans Marilyn & Me , il raconte la rencontre entre une légende vivante au seuil du déclin et un jeune photographe en pleine ascension.En 1962, Lawrence Schiller a 25 ans. Il est en mission pour Paris Match . Il connaît déjà Marilyn. Ils ont tissé des liens deux ans auparavant sur le tournage deHow to marry a Millionaire .

"Vous êtes déjà célèbre, maintenant, vous allez me rendre célèbre ", telle est la phrase lancée par Lawrence Schiller à Marilyn au détour d’une discussion avant une séance photo. "Ne soyez pas si insolent, répliqua Marilyn,les photographes, ça se remplace facilement "

En mai 1962, Marilyn tourne ce qui sera son dernier film Something's Got to Give de George Cukor avec Dean Martin et Cyd Charisse.

Le tournage a démarré le 23 avril et ne se passe pas bien. Marilyn est en conflit avec la Fox et ne s'entend pas avec le réalisateur.

Lawrence Schiller suit donc le tournage de Something's Got to Give pour Paris Match . De son propre aveu, "Quand j’ai lu le scénario, il ne m’a pas fallu longtemps pour trouver la scène que j’étais sûr de vouloir photographier. "

Mais il n’avait cependant pas imaginé que ce 23 mai 1962 allait marquer à ce point sa carrière.

Marilyn Monroe
Marilyn Monroe © Lawrence Schiller/Courtesy TASCHEN and Steven Kasher Gallery

"Looking over her left shoulder, she flashed a coy smile that told me all I needed to know about Marilyn Monroe: she knew who she was, she knew who I was, she knew what to do... " — Lawrence Schiller

Cette photo a été prise sur le plateau de Let's make love de George Cukor avec Yves Montand. Lawrence Schiller dit à son propos: "Ce sourire m'a appris tout ce que je devais savoir sur Marilyn Monroe "__

Marilyn Monroe
Marilyn Monroe © Taschen

Lawrence Schiller - Marilyn & Me : A Memoir in Words & Photographs Édition Collector limitée à 1712 exemplaires numérotés et signés par le photographe

À ne pas manquer

Cet été sur franceinter.fr , nous vous proposerons un feuilleton consacré à Marilyn. Rendez-vous au mois d'août.

Deux hors-séries fort documentés

télérama
télérama © Radio France
Les Inrocks
Les Inrocks © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.