Couverture Murs...murs La vie plus forte que les barreaux
Couverture Murs...murs La vie plus forte que les barreaux © Glénat / Tignous
**Sortie cette semaine de l'album posthume sur le monde carcéral du dessinateur assassiné le 7 janvier dans l'attaque de Charlie Hebdo.** _Murs...murs_ est un livre posthume vif, instructif et très émouvant sur un sujet à priori peu attrayant : les prisons. Émouvant parce que son auteur,**Tignous est mort le 7 janvier dans l’attaque de Charlie Hebdo alors qu’il travaillait à ce reportage sur le monde carcéral** . A travers son livre, paru grâce à l’énergie de sa compagne Chloé Verhlac, le dessinateur continue de vivre. Une sorte de revanche pour cet homme engagé. Instructif, ensuite, parce que Tignous n’était pas un novice. Il s’intéressait depuis longtemps à la justice. Il avait suivi pendant cinq semaines le procès d**’Yvan Colonna** en 2007, et en avait livré un compte rendu ultra complet. Il avait même adhéré à l’association de la presse judiciaire. Pour le projet Murs... murs, il a arpenté pendant deux ans les prisons françaises, pour réaliser un reportage très humain. Il a écouté toutes les personnes concernées : les prisonniers, les surveillants, mais aussi les familles, les médecins, les enseignants, les directeurs… et même des religieuses. Tous témoignent d’un quotidien ultra rude, dans lequel la misère n’est jamais loin. La vivacité de ce reportage incarné et puissant, on la retrouve dans des phrases qui claquent :**"Les femmes elles ne s’évadent pas, sinon, on sait où les retrouver: à la sortie de l’école" (une surveillante du centre pénitentiaire de Rennes réservé aux femmes) ou encore "Les mineurs, c’est plus chiants que les majeurs" entendu dans les pages consacrées à l’établissement pour mineurs de Porcheville.** La volonté de savoir et de témoigner transparaît à chaque page. Le livre bénéficie également d'un avant-propos très tendre de Christiane Taubira. La garde des Sceaux a en effet été associée dès l'origine à ce beau projet. _Murs murs, la vie plus forte que les barreaux_ de Tignous est paru aux éditions Glénat ### [►►► Et aussi : Tignous, ce grand chroniqueur judiciaire](http://www.franceinter.fr/emission-dans-le-pretoire-tignous-ce-grand-chroniqueur-judiciaire) ### **Chloé Verlhac :** **"Dans tout ce qui touche à la Justice, il y a des histoires de vies derrière, et ça, ça intéressait Tignous"** > Il fallait que _Murs...Murs_ sorte à tout prix parce que Tignous disait toujours : "il faut que je termine les prisons", donc il fallait que je le finisse pour lui. Il avait découvert l’univers carcéral à l’occasion d’un procès que lui intentait le FN. Il a ensuite couvert le procès Colonna. Il y avait donc une logique à aller ensuite en prison. **Il avait une fascination pour les avocats et pour les plaidoiries** . Et dans tout ce qui touche à la Justice, il y a des histoires de vies derrière, et ça, ça intéressait Tignous.
> Pour moi, c’était presque de l’ordre de la survie. Je pouvais faire ça pour lui, je savais qu’il y tenait. Il fallait continuer son travail. Je crois que tout artiste travaille pour laisser une trace. Il y avait la possibilité de donner à voir son travail de presse judiciaire. Je savais où étaient les pages à la maison, puisque que Tignous les promenait de pièce en pièce. Il lui fallait beaucoup de place parce que c’était des grands formats, il recopiait ses carnets, il photocopiait, découpait, recollait, puis agrandissait. C’était un travail d’orfèvre avec une maquette qu’il faisait à la main.Il lui fallait du temps pour se replonger dans ses reportages. À chaque fois, il fallait qu’il range pour que l’on puisse se réinstaller. **Et c’est comme ça qu’une fois, il a brûlé par erreur des papiers : il était à deux doigts de pleurer, il a dû recommencer.** Quand je les ai trouvées, elles étaient quasi finies. Elles étaient encore au crayon à papier, et il restait les fautes d’orthographe à corriger. Donc les pages sont passées à la gravure, les passages au crayon à papier ont été réencrés, noircis, les fautes ont été corrigées avec sa police de caractères à lui. Et j’ai demandé à Pascal Gros de Marianne de s’occuper des couleurs parce que je savais qu’il serait respectueux du travail de Tignous.
### ### Feuilletez premières pages : ### Et aussi : - [Chloé Verlhac dans le Nouveau rendez-vous](http://www.franceinter.fr/emission-le-nouveau-rendez-vous-intellos-faut-quon-parle-tignous-william-boyd-du-vin-et-des-live) de Laurent Goumarre, [chez Pascale Clark](http://www.franceinter.fr/emission-making-of-chloe-verlhac-veuve-de-tignous), et dans le [billet de Francois Morel du 4 décembre](http://www.franceinter.fr/emission-le-billet-de-francois-morel-chloe-verlhac-veuve-de-tignous-nira-pas-a-sancerre) - [La "Catharsis" de Luz contre la folie](http://www.franceinter.fr/depeche-la-catharsis-de-luz-contre-la-folie) - [Charlie Hebdo victime de la folie meurtrière](http://www.franceinter.fr/depeche-charlie-hebdo-victime-de-la-folie-meurtriere) - [Charlie Hebdo : un suspect entendu](http://www.franceinter.fr/depeche-charlie-hebdo-un-suspect-entendu-appel-a-temoins-de-la-police)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.