Sous son petit volume presque carré, cet ouvrage qui vient de paraître aux éditions Gallimard recèle nombre de trésors cinématographiques. Sous le titre « Musée Gaumont morceaux choisis » ,il est en effet le reflet éditorial du musée que la société Gaumont a constitué depuis des années sous la houlette de Nicolas Seydoux. Costumes, affiches, maquettes, photos, appareils : autant d’éléments visuels et concrets qui font revivre des films et des histoires. Comme dans tout musée, il faut privilégier la flânerie puisqu’aussi bien le classement non dessalles mais des pages se fonde sur un alphabet thématique en forme de prétexte qui va de A comme Accessoires à Z comme « Zéro de conduite » évidemment en passant par M comme Maquettes d’ affiches. Parce que Gaumont est un véritable producteur, on peut trouver sur la même page et rassemblés sous le mot-valise « Underground » des souvenirs relatifs à un film de Luc Besson qui côtoient celui d’un film de … Guy Debord. Un producteur qui se respecte a le goût des contraires, des excès, des risques. Mais à ces entrés classiques, on pourra préférer par exemple la double page consacrée aux lettres de spectateurs ou à l’évolution graphique du logo de Gaumont ou bien encore à cette réjouissante thématique réservée à « Bout de Zan », ce véritable enfant-star des années 10 qui porte le nom chéri d’un réglisse succulent.Parce qu’il est sans prétention, ce livre procure un véritable plaisir de cinéphile : le cinéma en images arrêtées sur des souvenirs et des objets dont la plupart font écho et souvenir.Ah ça ira !La phrase de la nuit ?« Demain est un autre jour qui nous appartient. »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.