La sortie d’une nouvelle revue BD est toujours une bonne nouvelle. L’éditeur Casterman publie le premier numéro de Pandora.

Extrait de la couverture de Pandora
Extrait de la couverture de Pandora © Radio France / Casterman

La sortie d’une nouvelle revue BD est toujours une bonne nouvelle. L’éditeur Casterman publie le premier numéro de Pandora, épais mook (contraction anglophone de magazine et de book) biannuel de 264 pages de nouvelles dessinées. Évaluation.

Placée à la fois sous le patronage de Pandora, l’amour de jeunesse de Corto Maltese, de la déesse Pandora dotée d’une multitude de dons et de la boîte de Pandore, la revue créée par Benoît Mouchart, directeur éditorial de Casterman, se veut ambitieuse.

L’étonnante couverture, un baiser entre un singe et un robot, signée Bastien Vivès, donne le ton et annonce la variété à venir. De format roman graphique, et peu cher (18€), le quasi-livre présente une trentaine d’histoires courtes en BD.

On y trouve pêle-mêle un récit post-apocalyptique de robots par le mangaka japonais Otomo, une histoire poétique de Jean Harambat, un premier emoi sexuel de Jean-Louis Tripp, un texte illustré de Brigitte Fontaine, un résumé de l'histoire de l'humanité de Johan De Moor et Gilles Dal, des variations autour de classiques de la BD de Blutch, une nouvelle dessinée sans parole et burlesque de Viscogliosi... Des histoires très variées, de haute volée et imaginatives à l’opposé de la tendance forte de la BD du réel. Le format court oblige à une écriture nerveuse très agréable à lire. Le casting est impressionnant : plus d'une trentaine d’auteurs, que des grand noms ou presque de la BD d’Art Spiegelman à Otomo, en passant par Jean-Claude Götting, et Jean-Louis Tripp (Magasin général ), Blutch, mais aussi Alfred, Florence Dupré la Tour, Jean-Christophe Menu…

Et c’est là peut-être que le bât blesse un peu. Alors que son ancêtre la Revue À suivre… arrêté en 1997, et dont se réclame l’éditeur, mettait des inconnus en avant, ici presque que des artistes confirmés, même s'ils sont mélangés à d'autres signatures moins célèbres. Autre légère déception : l’accumulation d’histoires sans parti-pris éditorial rappelle un peu un catalogue de prépublications. Deux défauts cependant pas assez perturbants pour se priver de la lecture de Pandora.

Pandora , numéro 1, Casterman, sortie le 13 avril. Le numéro suivant en septembre.

Découvrez l'une des histoires courtes publiées dans Pandora, Le bec dans l'eau de François Ravard :

la liste des contributeurs :

Alfred, Denis Bajram, Blutch, Eleanor Davis, Johan De Moor, Florence Dupré la Tour, Jean-Claude Götting, Jean Harambat, Patrice Killoffer, Jacques de Loustal, Valérie Mangin, Ronan Toulhoat, Lorenzo Mattotti, Jean-Christophe Menu, Katsuhiro Otomo, Anthony Pastor, Michel Pirus, Ville Ranta, Aapo Rapi, François Ravard, Christian Rossi, Géraldine Bindi, Art Spiegelman, Terreur Graphique, Jean-Louis Tripp, Fabio Viscigliosi, Bastien Vivès, Matthias Lehmann.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.