L'intellectuel spécialiste de la démocratie, Pierre Rosanvallon lance une initiative sur le web en permettant à tout un chacun de "raconter la vie" en ligne. C'est autant une expérience d'édition (avec Le Seuil) qu'une communauté en ligne.

Sur[ raconterlavie.fr]( http://www.raconterlavie.fr), ces récits seront l'écho de la société française.

L'époque est ainsi. Crispations de la société sur ses extrêmes, désespoir pour certains, et recherche d'autres façons de s'engager, hors du champ politique traditionnel, pour d'autres. Aujourd'hui se pose la question de maintenir une démocratie équitable et solidaire, et Pierre Rosanvallon donne la parole à ceux qu'il appelle les "invisibles". Il lance donc un projet politique avec cette collection abritée par Le Seuil, Raconter la vie, en ouvrant la possibilité à chacun d'écrire et d'être lu, en ligne ou en librairie .

Cette manière de "Raconter la vie", sous-entend, de la part de son initiateur comme pour ceux qui y participeront, un désir de changement en profondeur, un besoin de réinventer l'être ensemble, et l'individu parmi ses pairs.

L'engagement de Pierre Rosanvallon

Pierre Rosanvallon
Pierre Rosanvallon © raconterlavie /

raconter la vie - parlement des invisibles
raconter la vie - parlement des invisibles © raconterlavie /
Occupant la chaire d'histoire moderne et contemporaine du politique au Collège de France et dirigeant l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Pierre Rosanvallon a fondé la République des Idées, atelier de réflexion, et le site La vie des Idées qui publie les travaux de chercheurs dans tous les domaines.

" De nombreux Français se trouvent aujourd’hui oubliés, incompris, pas écoutés. Ils se sentent exclus du monde des gouvernants, des institutions et des médias. Le pays, en un mot, ne se sent pas représenté, comme si ce qu’il vivait ne comptait pas.

Raconter la vie veut rompre avec cette situation, qui mine la démocratie et décourage les individus. Ce projet a l’ambition de répondre au besoin de voir les vies ordinaires racontées, les voix de faible ampleur écoutées, la réalité quotidienne mieux prise en compte.

Donner la parole, rendre visible, c’est aider les personnes à retrouver leur dignité, à résister. C’est leur permettre de rassembler leur vie dans un récit qui fait sens, de l’insérer dans une histoire collective. Donner la parole contribue aussi à encourager l’intérêt pour autrui, nécessaire pour mieux faire société, combattre les préjugés et les stéréotypes, construire un monde vraiment commun.

Pour cela, Raconter la vie se propose d’écrire le roman vrai de la société et invite tous ceux qui le souhaitent à en être les personnages et les auteurs.

Par le livre et internet, Raconter la vie a ainsi l’ambition de créer l’équivalent d’un parlement des invisibles. Sur son site, il invite chacun à raconter son récit de vie et à former des communautés d’expérience avec ceux et celles dont il se sentira proche."

Pierre Rosanvallon

Raconter la vie sur France Inter - les émissions

Le 8 janvier dans [ Comme on nous parle]( http://www.franceinter.fr/emission-comme-on-nous-parle-les-chromeds-19) à 9h10 : interview de Michel Tomeno (chauffeur interviewé par Eve Charrin dans La course ou la ville) )

Le 9 janvier à 8h20 : Pierre Rosanvallon invité de Patrick Cohen dans le 7/9, avec interviews-reportages : Mohamed Zghonda chauffeur et Diouma Magassa contributrice sur raconterlavie.fr avec le texte J’étais un obstacle à ma réussite .

Le 9 janvier à 10h : Service public avec Pierre Rosanvallon , sur la représentation politique et publique du monde du travail et Nicolas Duvoux qui parlera de deux des titres de la collection.

Un exemple : le physicien Sébastien Balibar dans la nouvelle collection « Raconter la vie »

« Chercheur au quotidien » , est écrit par Sébastien Balibar, et paraît dans cette nouvelle collection. Sébastien Balibar est directeur de recherche au CNRS au laboratoire de physique statistique de l’École normale supérieure. Son témoignage se lit comme un roman, plein d'humour, et d'espoir, de ténacité, et d'émerveillement. Le livre aurait pu s'appeler "Ma vie avec un frigo" . Sébastien Balibar raconte ce qui se passe dans la cave de son école, avec l'installation d'un réfrigérateur très spécial dans lequel il espérait montrer la supersolidité des métaux. Son frigo, construit comme une fusée à trois étages, doit atteindre -273 °C pour qu'il puisse mener à bien ses expériences.

Balibar est un grand physicien mais aussi un très bon conteur d'histoires. Dans son récit, il évoque la question de la beauté et de la création. Pour lui, le chercheur est un créateur de connaissances.

Le chercheur Sébastien Balibar a écrit dans le cadre de cette collection "Chercheur au quotidien " : réécouter son témoignage dans l'émission La tête au carré. Dans les parutions à venir, Annie Ernaux publiera Regarde les lumières mon amour (Le grand spectacle d’un hypermarché). Raconter la vie est également allé chercher un auteur comme Richard Santaki, spécialiste du polar en banlieue parisienne.

Raconter la vie : rejoignez la communauté sur internet

Raconter la vie fonctionne sur le mode collaboratif, c'est le site de ceux qui s'intéressent à la vie des autres. Pauline Miel, coordinatrice éditoriale, choisira parmi toutes les contributions postées et visibles sur le site, les textes publiables sous forme de petits livres, comme celui de Sébastien Balibar. Depuis cette page vous pouvez directement participer. (Lire au préalable la charte éditoriale de Raconter la vie)

raconter la vie
raconter la vie © Radio France /

HTML Forms powered by Wufoo

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.