J'ai reçu ces jours derniers en service de presse le nouveau numéro d'une revue littéraire que je ne connaissais pas : "L'Atelier du roman". Soit le numéro 56 d'une publication trismestrielle éditée par Flammarion Boréal et dont les savoureuses illustrations sont signées, excusez du peu, par Sempé. Je l'avoue, j'ai mis un peu de temps à découvrir pourquoi un attaché de presse me l'avait judicieusement et malicieusement adressé. Qu'il soit au passage chaleureusement remercié de son initiative. Certes, Pierre Jean Jouve (l'objet du dossier principal de ce numéro) m'intéresse. Mais, non, il me fallait chercher ailleurs, en page 148 très précisément. Là m'attendait (!) l'article qu' Emmanuel Dubois de Prisque a consacré à "Entre les murs " de François Bégaudeau, sous le titre "Le réel et son serviteur". Même si l'auteur n'a pas vu le film et concentre donc son analyse sur le livre, j'avoue avoir pris beaucoup de plaisir à découvrir cette implacable mise en valeur du rideau de fumée déployé par Bégaudeau pour parler de l'école. Je vous en livre juste la conclusion, histoire de vous inciter à acheter "L'Atelier du roman" pour lire l'intégralité de cet article plus que pertinent : "Du narcissisme collégien au snobisme inversé du petit-bourgeois fasciné par ce qui lui est étranger, l'objet reste toujours le même, cete belle jeunesse "turbulente" dont la "réalité" n'est que la mise en scène d'une fascination de midinette de la communauté toute entière. De l'épate caïra à l'épate bourgeois, Bégaudeau rafle la mise à chaque fois." Il va de soi que dans mon esprit au moins ce qui se dit ici sur le livre pourrait s'écrire à propos d'un film qui en est le reflet fidèle, hélas.Sauf avis de tempête cinématographique, je ferme ce blog le temps de laisser passer les fêtes de Noël que je vous souhaite belles et douces si possible...La phrase du jour ? "Même pendant les fêtes, allez au cinéma voir les deux films Inter les plus réjouissants, stimulants, audacieux, novateurs, excitants et talentueux qui soient : "La Vie moderne" de Raymond Depardon et "Les Plages d'Agnès" d'Agnès Varda." Signé : Moi !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.