Le Salon du Livre de Paris promet 4700 séances de dédicaces. Mais derrière les centaines d'auteurs présents, travaillent 1200 éditeurs.

Maud Simonnot
Maud Simonnot © Christine Siméone

Avec plus ou moins de difficulté à maintenir une présence coûte que coûte dans cette salon-vitrine-obligée. (Cette année certaines maisons du groupe Hachette, comme Grasset ou Stock ont préféré laisser la place libre). Portrait d'une jeune attachée littéraire, tête chercheuse pour la maison Gallimard .

Maud Simonnot , vient d'entrer dans l'écurie Gallimard, vieille institution, où les vieux messieurs, honorables auteurs, sont majoritaires. Au Salon du Livre, elle fera le plein d'ouvrages d'autres éditeurs, pour découvrir des auteurs étrangers, et des maisons d'édition en région, la Bourgogne notamment, puisqu'elle en est originaire. Car Maud Simonnot a le goût de la découverte.

À la recherche de pépites littéraires

Pour Gallimard, elle est attachée littéraire, et lit les manuscrits. Normalement les lecteurs sont des auteurs, mais Antoine Gallimard a souhaité faire rentrer dans le jeu une éditrice, plus jeune. Après avoir fait ses premières armes chez POL et Flammarion, elle est une véritable tête chercheuse de la maison. Elle n'est pas auteure elle-même, elle juge donc sans a priori ou jalousie, et elle confie ses trouvailles, parmi les manuscrits qui arrivent chaque jour, aux membres du comité de lecture, avec une fiche en bonne et due forme.

Son regard est sévère, depuis décembre 2012 elle n'a mis que dix bonnes notes, alors qu'elle lit six textes par semaine. La deuxième partie de son travail, c’est de lire des auteurs déjà confirmés, et de les noter aussi.

Elle se félicite de la sortie en mars du livre d'une Iranienne, Les jardins de consolation , de Parisa Reza.

Rajeunir une politique éditoriale

Elle accompagne aussi certains auteurs. La rentrée de septembre est déjà prête. Maud Simmonot a permis à un livre de Fabrice Loi d'émerger, et d'être édité par un éditeur Gallimard, Ludovic Escande. Pirates raconte la lutte des classes et la pègre à Marseille. Ce que cherche Gallimard, c'est faire entrer de nouveaux auteurs dans son giron et de nouveaux genres. Ainsi la romancière Karin Tuil est désormais lectrice de manuscrits, et Maylis de Kerangal, en tant qu'auteure, fait désormais partie du prestigieux comité de lecture, qui décide in fine si les manuscrits seront édités par Gallimard ou non.

Feuilletez Les jardins de consolation , de Parisa Reza

Double cliquez sur le livre pour agrandir

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.