L'arrivée de smartphones double écran à encre numérique va-t-elle permettre à la lecture numérique de se développer ? Les dernières tendances avec Pierre Danet, directeur en charge de l’informatique chez Hachette.

Pour l'instant la lecture numérique représente peu de chose, se développe surtout chez les grands lecteurs, les étudiants ou les professionnels, et n'incitent à la lecture les non-lecteurs.

Les français et la lecture>

En 2014, l’e-book contribuait pour seulement 1,6% aux ventes de détail de livres mais pour 5 à 6% dans le chiffre d’affaires des éditeurs.

L’équipement des Français en tablettes et liseuses est croissant, atteignant 12 millions pour les tablettes, et 850 000 pour les liseuses. Le smartphone quant à lui concerne la moitié de la population.

Yotaphone
Yotaphone © Yotaphone

La tendance du moment c'est le développement des "fablettes" , hybrides entre l'écran de téléphone et tablettes, à l'image du téléphone commercialisé par les marques Yotaphone ou Oaxis, avec deux écrans, coté face pour le téléphone et coté pile, un écran à encre numérique pour la lecture.

Pour Pierre Danet, Directeur en charge de l’informatique chez Hachette, elle pourrait connaître un fort développement du fait de la multiplication des écrans et des types de lecteurs.

Faire du livre numérique un livre comme les autres

C'est dans ce contexte queFleur Pellerin a signé jeudi 19 mars une déclaration conjointe avec les ministres de la culture d’Allemagne, d’Italie et de Pologne pour obtenir de la Commission européenne qu’elle applique aux livres numériques le même taux de TVA réduite que les livres papiers.

Les ministres dénoncent "l’inégalité de traitement fiscal établie par le droit européen entre livres imprimés et livres numériques ", confirmée par la publication de l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne le 5 mars 2015 contre la France et le Luxembourg.

Pour les quatre ministres,"la nature du livre tient à l’œuvre qu’il contient et non à la manière d’accéder à celle-ci, et la fiscalité applicable doit respecter un principe de neutralité technologique" . Pour eux c’est aussi un enjeu culturel.

Actuellement, le Syndicat national de l’édition (SNE) française s'est lancé une campagne virale sur les réseaux sociaux, intitulée unlivreestunlivre.eu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.