Comme un mousquetaire saluant avec panache, Teresa Cremisi quitte son poste de PDG des éditions Flammarion, et publie ce qu'elle appelle un autoportrait: La Triomphante (Equateurs)

Teresa Cremisi
Teresa Cremisi © MaxPPP

C'est l'éditeur Olivier Frébourg, des Equateurs, qui l'a convaincue d'écrire ce roman inspiré de sa vie, après avoir passé des dizaines d'années à accompagner écrivains et intellectuels, en France et en Italie.

Ce roman est un autoportrait plus qu'une autobiographie

La Triomphante c'est presque Teresa Cremisi. Une enfance égyptienne puis en Italie. Une passionnée de batailles navales, chassée de sa terre pour un exil sans fin. Le mot n'est jamais prononcé. Teresa Cremisi a pourtant, comme sa narratrice vécu entre Italie et France, et elle a donné à son personnage ses goûts et ses dégoûts. En un livre elle retrace une vie, dans les grandes largeurs et en détails . En revanche elle ne lui donne pas un destin aussi glorieux que le sien à la tête de maisons d'édition, comme Gallimard ou Flammarion.

Mais on sent entre ses lignes écrites au galop le goût pour la vie et l'envie d'en découdre jusqu'au bout, pour se faire une place dans un monde incertain . Teresa Cremisi signe ici un élégant premier roman, et il est presque certain qu'elle écrira encore.

Son départ de Flammarion n'est pas une retraite. Tel un général d'armée, elle recule pour aller investir d'autres territoires en Italie, incapable pour l'instant de s'offrir comme l'héroïne de son roman une oisiveté baignée de soleil.

2 min

Teresa Cremisi - un autoportrait

Teresa Cremisi décrit un monde au bord du goufre

Le départ des occidentaux d'Egypte en 1956, et la recomposition de la région jusqu'à sa décomposition aujourd'hui, annonçait le chaos actuel. Concernant Palmyre et sa région, ( sa narratrice y passe une nuit à la belle étoile, insouciante et magique) Teresa Cremisi dit ceci :

1 min

Teresa Cremisi - Au revoir à Palmyre

Je pense que l'on va vers le pire et l'on devait s'y attendre. Les civilisations sont mortelles, on le sait. L'occident s'est beaucoup rétréci et mon livre transmet ce désarroi.

Angot et Houellebecq toujours sous sa protection

Flammarion ayant été racheté récemment par Madrigall, le groupe prendra désormais en charge la partie commerciale de Flammarion qui sera désormais piloté par Gilles Haéri. Il sera épaulé par Anna Pavlowitch, venue des éditions J'ai lu, pour assurer le développement éditorial de la maison. Teresa Cremisi continuera aussi de s'occuper de ses auteurs fétiches comme Christine Angot, Yasmina Reza, Michel Houellebecq ou Franz Olivier Giesbert. Elle compte bien aussi découvrir de nouveaux talents.

Flammarion a cent quarante ans cette année. L’Institut mémoire de l’Édition Contemporaine de Caen lui consacre une exposition. Elle retrace les grandes heures de la maison de Zola et Maupassant jusqu'à aujourd'hui.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.