Modiano s'exprime rarement. Il a gentiment accepté de parler dans "Esprit critique", lundi à 9h11, chez lui. Entretien enregistré la semaine dernière dans son bureau, rue Bonaparte à Paris, à quelques mètres de la Place St-Sulpice. Une pièce de 3 mètres 50 de haut, encadrée par des livres, dont des dictionnaires de Paris et des bottins des années 50, à l'époque où les numéros de téléphone étaient précédés du lieu, Odéon 24-36 etc. Modiano consulte toujours ces ouvrages pour trouver l'inspiration romanesque, il a besoin de se mettre, explique-t-il, "dans un état proche de l'ivresse ou de la drogue", une frénésie née de son imaginaire, en devinant ses vies anonymes et situées précisément dans la topographie parisienne. L'héroïne de son nouveau roman s'appelle Louki, c'est le surnom que les clients du café "Le Condé", à Odéon, lui ont donné le jour où elle est entrée dans ce café, haut lieu de la bohème étudiante et artistique, dans les années 60. Et Modiano brosse le portrait de cette belle jeune femme mystérieuse à travers le regard de celles et ceux qui l'ont approchée. Retrouvez le romancier dans cet "Esprit critique spécial Modiano" de 20 minutes, lundi 1er octobre, ou réécoutez l'émission si vous l'avez ratée, et que vous appréciez le romancier, bien sûr! "Le café de la jeunesse perdue" sort le 4 oct chez Gallimard.

Modiano
Modiano © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.