Après Lewis Trondheim et Kéramidas, le père de la série "Jonathan" redonne vie à son tour au personnage le plus célèbre de Walt Disney

Une mystérieuse mélodie, ou comment Micky rencontra Minnie
Une mystérieuse mélodie, ou comment Micky rencontra Minnie © Disney - Éditions Glénat / Cosey

Après Lewis Trondheim et Kéramidas, le père de la série "Jonathan" redonne vie à son tour au personnage le plus célèbre de Walt Disney. Une relecture fidèle pour tous publics. Une nuit, dans l’obscurité d’un train, Mickey a croisé Minnie. Et on connait la suite ! Cosey fait renaitre à son tour la souris la plus célèbre du monde à l'invitation de Jacques Glénat dans Une mystérieuse mélodie . Alors que le Mickey recréé par Lewis Trondheim et Kéramidas affiche plusieurs niveaux de lecture, et plait aux adultes, celui de Cosey s’adresse aux petits, le lectorat traditionnel de Disney. Non sans finesse. Dans cet opus, Mickey est scénariste de cinéma. Dans un train, pendant son sommeil, il se fait dérober son nouveau projet. Il soupçonne sa mystérieuse voisine de banquette. Seul indice pour la retrouver : une mélodie entendue pendant le voyage. Cosey reprend les principaux traits de caractère des héros de Disney : Dingo, est philosophe, Clarabelle, joyeuse, Mickey pensif et tenace etc. Et c’est efficace : l’entrée dans l’histoire est facilitée. Une fidélité respectueuse que l’on retrouve dans le dessin. Normal, le créateur de la série Jonathan a une longue histoire avec ces personnages. En 1978, fasciné par l’univers de Mickey, dont il connaissait des albums par cœur, il était allé proposer ses services de dessinateur à Disney. La porte s’était entrouverte. Mais la perspective de devoir dessiner pendant une année deux roues de la voiture de Mickey avant de pouvoir espérer davantage l’avait fait renoncer. A l'époque, il avait déjà l'opportunité de signer un premier album dans lequel il pouvait laisser aller sa créativité… Autre qualité de cette relecture «mickeyenne" : les références littéraires sont multiples de Shakespeare à Dante, en passant par le métier de la souris. « Une envie de réparer l'injustice faite à la BD », raconte Cosey. Et d’ancrer son Mickey dans une tradition faite de plaisir. Une mystérieuse mélodie, ou comment Mickey rencontra Minnie par Cosey d’après Walt Disney chez Glénat ### Cosey : "Le lecteur n'a pas besoin d'être rassuré : il est intelligent " > Mickey, c'est mythique. Il n'y a pas d'endroit dans le monde où on le connaît pas. Quand on pense que Walt Disney dessinait dans le garage de son oncle et qu'il a vu une souris passer... C'est impressionnant. On m'a d'ailleurs déconseillé d'affronter ce personnage énorme. J'ai contourné l'obstacle en l'attaquant comme un dessin d'observation. Si je veux dessiner un arbre dans la rue, je l'observe. Je peux faire la même chose avec Mickey ! J'ai trouvé très vite un grand plaisir. Il y a un aspect regressif dans toute création à partir de quelque chose que l'on a en soi. Le plaisir de dessiner Mickey est surtout jubilatoire. C'est le même bonheur qu'à la lecture multiplié par dix. À la fin de l'écriture, j'étais triste que cela s'arrête.

Mon intention est toujours de réaliser le dessin qui raconte le mieux l'histoire. Bien avant l'idée de beau dessin ou de dessin réussi qui sont secondaires. Là, il s'agit de raconter au lecteur que cette mystérieuse passagère qui s'est assise à côté de Mickey est Minnie. Le lecteur peut le savoir, mais pas Mickey. Il ne la connait pas du tout. Je me suis placé une année avant la première aventure de Mickey, et il est déjà avec elle. Je me place avant pour pouvoir raconter leur rencontre. De Minnie, on ne voit que ses jambes toutes fines, ses escarpins à talons, sa jupette à fleurs. Beaucoup de dessinateurs, quand ils font des scènes de nuit, quand une partie est dans l'ombre, ils ne peuvent pas s'empêcher une petite tache de lumière comme pour rassurer le lecteur, en lui disant, je n'ai pas oublié de dessiner l'épaule. Moi, non, je pense que le lecteur n'a pas besoin de ça : il est intelligent. Et même si tout est dans le noir au-dessus de la ceinture, comme ici, il n'est pas question de rassurer qui que ce soit. Ce que je dis là est valable autant graphiquement que du point de vue du scénario : je laisse la plus grande part possible au lecteur. Le lecteur participe à la création d'une certaine manière : il reconstitue au moment de la lecture d'une BD, il fait une synthèse entre le texte et le dessin. Là, il va aussi compléter dans le noir ce qui n'est pas dessiné.

Cosey commente la page 19

Cosey commente la page 19
Cosey commente la page 19 © Disney - Éditions Glénat / Cosey

Feuilletez quelques pages :

Une mystérieuse mélodie, ou comment Mickey rencontra Minnie par Cosey d’après Walt Disney chez Glénat

►►►Retrouvez la sélection BD de l'été 2016 de France Inter avec Séquencity

ET AUSSI

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.