Une sélection de lectures pour vous accompagner cet été, d'après les coups de cœur littéraires des critiques du "Masque & la Plume" cette saison. Au programme : Amélie Nothomb, Constance Debré, Daniel Pennac, Ian McEwan, Jean Echenoz, Nina Bouraoui, Patrick Modiano, Pierre Lemaitre, Régis Jauffret, Vanessa Springora.

Une bibliothèque estivale d'après les coups de cœur du Masque & la Plume cette saison
Une bibliothèque estivale d'après les coups de cœur du Masque & la Plume cette saison © Getty / Viktorcvetkovic

Voici les conseils des critiques du Masque & la Plume pour votre bibliothèque estivale : 

  1. "Encre sympathique" de Patrick Modiano 

  2. "La Loi du rêveur" de Daniel Pennac 

  3. "Le consentement" de Vanessa Springora 

  4. "Love Me Tender" de Constance Debré 

  5. "Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre

  6. "Otages", le dernier roman de Nina Bouraoui 

  7. "Papa" de Régis Jauffret 

  8. "Soif" d'Amélie Nothomb

  9. "Une machine comme moi" de Ian McEwan

  10. "Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz

1 - "Encre sympathique" de Patrick Modiano 

Le narrateur, Jean Eyben, a 20 ans quand il est engagé dans une agence parisienne de détectives privés. On est alors au milieu des années 1960. Première mission pour Jean : retrouver, dans le 15e arrondissement de Paris, une certaine Noëlle Lefebvre, qui a disparu d’un jour à l’autre. L’enquête de Jean va traverser le temps et se terminer à Rome. 

6 min

"Encre sympathique", de Patrick Modiano : les critiques du Masque et la Plume

Patricia Martin : "C'est un livre absolument fabuleux, dans lequel on a un jeu littéraire extraordinaire. C'est un livre très gai

Olivia de Lamberterie : "Il y a un roman dans le roman, qui donne beaucoup de clés sur l'auteur Modiano [...] Il y a une sorte d'énigme résolue sur Modiano lui-même qui est très bouleversante"

Nelly Kapriélan : "Peu à peu, je me suis perdue dans les dédales du temps"... 

C'est un véritable labyrinthe temporel ce livre

📖 LIRE - "Encre sympathique", de Patrick Modiano (Gallimard)

2 - "La Loi du rêveur" de Daniel Pennac 

Le livre s’ouvre par la nuit de sa "révélation". C’était dans le chalet familial du Vercors, il avait dix ans, et il a transformé les rêves qu’il venait de faire en récits, qu’il racontait ensuite à son copain Louis. Il était déjà écrivain. Entre le réel et le fabulé, Daniel Pennac salue le maître des rêves, Fellini.

7 min

"La Loi du rêveur" de Daniel Pennac : les critiques du Masque & la Plume

Arnaud Viviant : "C'est un livre extrêmement touchant [...] C'est comme un rêve mais avec des ponctuations de réel soudaines. 

Olivia de Lamberterie : "Un livre très personnel [...] Je suis tombée absolument dans tous les pièges

Il y a une vraie réflexion sur ce qu'est 'être un écrivain'

Jean-Claude Raspiengeas : 

C'est un livre aussi insaisissable qu'un rêve [...] C'est cultiver le souvenir de la sensation. Que Pennac continue à rêver et de nous entretenir de ses rêves !

📖 LIRE - Daniel Pennac, "La Loi du rêveur", Gallimard

3 - "Le consentement" de Vanessa Springora 

Un père aux abonnés absents et une mère qui travaillait dans l'édition expliquent selon elle comment elle a cédé au "charisme de cet homme aux faux airs de bonze" et comment elle est tombée amoureuse de lui. Dans la première scène du livre, la mère et sa fille se rendent à un dîner très intello, très parisien, où se trouve Matzneff. Après, la mère propose de raccompagne l'écrivain en voiture, qui s'assied à côté de Vanessa. Après cette première rencontre, il lui écrit des lettres, l'attend chaque jour à la sortie du collège... Elle écrit qu'elle s'est donnée à lui par "consentement".

10 min

"Le consentement", de Vanessa Springora : les critiques du Masque et la Plume

Olivia de Lamberterie : "Un livre admirable, très intelligent, avec beaucoup de distance, très honnête et très déchirant [...] l'histoire d'une proie, d'une petite fille qui avait alors 13 ans et son rapport avec un homme qui en avait 50. 

Elle raconte très bien comment cet homme utilise cette petite fille pour satisfaire ses pulsions sexuelles et littéraires

Jean-Claude Raspiengeas : 

On a la description des méthodes de l'ogre par la proie elle-même

"Ce qui est très intéressant par rapport à l'époque, c'est qu'on va retrouver les mêmes observations, cette sorte d'aveuglement perpétuel". 

Nelly Kapriélan : "Ce n'est pas très littéraire mais c'est ce qui fait la force de ce récit. C''est un vrai livre, construit, réfléchi, joliment écrit et très intelligemment pensé"

📖 LIRE - "Le consentement", de Vanessa Springora (éditions Grasset)

4 - "Love Me Tender" de Constance Debré 

Après avoir fait exploser la dynastie médicale et politique des Debré, quitté son mari et dit adieu à sa carrière d’avocate, Constance Debré exalte sa passion des femmes. Et réplique à son ex-mari, qui a demandé la garde exclusive de leur fils, Paul, et la déchéance de son autorité parentale.

10 min

"Love Me Tender" de Constance Debré : les critiques du Masque & la Plume

Nelly Kapriélan : "C'est un des livres les plus forts de l'année, voire de la décennie. Il y a une forme de détachement philosophique, de sagesse par rapport à ce qu'elle affronte

C'est d'une telle liberté, c'est presque son existence en littérature, c'est un acte de contestation

Olivia de Lamberterie : Elle s'entraîne à devenir indestructible ! C'est l'histoire d'une métamorphose ! 

Arnaud Viviant : 

C'est Christine Angot qui aurait écouté ACDC ou Motorhead

"C'est du heavy métal ! Elle est contre toutes les institutions [...] contre la société dans ses rapports sociaux. En même temps, derrière tout ça, il y a un mur de larmes qu'elle retient"

📖 LIRE - "Constance Debré, Love Me Tender", Flammarion

5 - "Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre

La fillette Louise Belmont, dont la mère louait un local à Edouard Péricourt et Albert Maillard, est devenue une jeune serveuse de 30 ans dans un bar de Montmartre où le docteur Thirion, un vieil habitué des lieux, va lui proposer dix mille francs pour la voir nue. Louise accepte et Thirion se tire une balle dans la tête. 

8 min

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : les critiques du Masque & la Plume

Arnaud Viviant : "C'est le meilleur de la trilogie. C'est du Simenon. C'est le plus 'polar' des trois. Il ressuscite le style du roman-feuilleton !

Jean-Claude Raspiengeas : C'est un vrai roman populaire de qualité et ambitieux. 

Quel bonheur ! C'est épique, il a du style, il y a du souffle ! C'est crépitant, émouvant, amusant, romanesque : Pierre Lemaitre a réussi une très belle œuvre ! 

Olivia de Lamberterie : "Je le trouve un cran un peu en-dessous des deux autres mais je l'ai quand même dévoré avec beaucoup de plaisir !"

📖 LIRE - Pierre Lemaitre, "Miroir de nos peines" (Albin Michel)

6 - "Otages", le dernier roman de Nina Bouraoui 

Sylvie Meyer, 53 ans, mère de deux jeunes fils, séparée de son mari depuis un an, qui travaille dans une entreprise de caoutchouc, où le patron lui demande de faire des heures supplémentaires et de surveiller les autres salariés, ce qu’elle accepte. Jusqu’à ce jour où, après que son patron l’a engueulée et humiliée, elle se révolte.  

6 min

"Otages", de Nina Bouraoui : les critiques du Masque et la Plume

Arnaud Viviant : "Une intelligence de ce que peut être une vie, un destin exprimé avec une simplicité, une pauvreté de langage mais avec toujours, en même temps, une beauté qui toujours arrive à surgir".

Olivia de Lamberterie : "C'est un grand roman social : une femme maltraitée dans son travail qui va finir par péter les plombs. Le portrait d'une femme très réussi, mais aussi très universel sur les femmes aujourd'hui". 

Jean-Claude Raspiengeas : "Un livre sur l'éternelle condition des femmes. J'y ai vu l'histoire d'une révolte sourde, d'une accumulation. Sa condition rejoint celle de tous les otages en général". 

📖 LIRE - "Otages", de Nina Bouraoui (éditions Lattès)

7 - "Papa" de Régis Jauffret 

Le livre s’ouvre par des images d’archives saisissantes que Régis Jauffret aperçoit, le 19 septembre 2018, en visionnant un documentaire sur la police de Vichy. Que voit-il ? Son père Alfred qui sort, terrorisé, menotté entre deux gestapistes, de l'immeuble marseillais où il a passé toute son enfance. Des images tournées en 1943. 

9 min

"Papa", de Régis Jauffret : les critiques du Masque et la Plume

Jean-Claude Raspiengeas : 

Ce livre, c'est comme si le fils enfantait le père. C'est très, très émouvant, très beau

Nelly Kapriélan : "Un livre autant sentimental que littéraire. On sent ce dialogue constant entre l'écrivain qui écrit sur son père et sur sa famille et le fils qui se souvient. C'est un cri d'amour".

Olivia de Lamberterie : "C'est sublime parce que le romancier peut, un peu, réparer l'absence d'un père"

Arnaud Viviant : "C'est un grand hommage à la littérature".

📖 LIRE - "Papa", de Régis Jauffret (éditions du Seuil)

8 - "Soif" d'Amélie Nothomb

Plus christique que jamais, la romancière raconte donc son calvaire, sa crucifixion... Et ce dont Jésus souffre peut-être le plus : la soif. 

10 min

"Soif", d'Amélie Nothomb : les critiques du Masque et la Plume

Frédéric Beigbeder : "Il y a une vraie alternance de potacherie et de sacré".

Jésus est tendance, Jésus-Christ est superstar, c'est un mélange complètement hallucinant !

Patricia Martin :

C'est incroyablement romanesque : c'est le monologue intérieur de Jésus

Michel Crépu : "Pourquoi on ne lui a pas donné le Goncourt ? C'est très bon ces deux récifs totalement oxymoriques et contradictoires : la potacherie et la fantaisie !"

📖 LIRE - "Soif", d'Amélie Nothomb chez Albin Michel

9 - "Une machine comme moi" de Ian McEwan

Londres, 1982. Charlie, 32 ans, fait l’acquisition d’un androïde, mis au point par Alan Turing et baptisé Adam. Adam lit Shakespeare, écrit des poèmes et tombe fou amoureux de Miranda, la compagne de Charlie, et couche même avec elle. Mais Adam ne supporte pas le mensonge...

10 min

"Une machine comme moi" de Ian McEwan : les critiques du Masque & la Plume

Jean-Claude Raspiengeas : "Une uchronie d'anticipation et un roman extrêmemet audacieux"

C'est le roman post-moderne par excellence, du fantasme des objets intelligents

Olivia de Lamberterie : "C'est très amusant à lire et c'est en même temps très déstabilisant puisqu'il réécrit le passé".Arnaud Viviant : "C'est un chef-d'œuvre absolu : c'est le Brexit réussi à la littérature anglaise. Ian McEwan est au sommet ! 

On est dans les grands chefs d'œuvre de la science fiction anglaise sensible : mettre la science fiction enlacée dans le passé

📖 LIRE - "Une machine comme moi" de Ian McEwan (Gallimard)

10 - "Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz

Voici un polar dont l’anti-héros et narrateur, Gérard Fulmard, est un ancien steward, qui a été licencié pour faute. Il décide d’ouvrir, à son domicile de la rue Erlanger, Paris 16e, un Cabinet Fulmard Assistance dont la compétence englobe tout, de la plomberie à la comptabilité. Faute de clients, il devient l’homme de main d’un parti politique, la FPI (Fédération populaire indépendante) qui ressemble à un petit parti extrémiste plutôt à droite. Pour sa première mission, on lui donne une enveloppe de 3000 euros et un pistolet d'alarme à gaz modifié. 

C'est remarquablement écrit. Chaque mouvement est un bijou ! 

9 min

"Vie de Gérard Fulmard", de Jean Echenoz : les critiques du Masque et la Plume

Nelly Kapriélan : "Là, c'est la déconnade absolue, c'est très très rigolo, très kitsch. Il devient totalement punk. 

Il dynamite absolument tout et, à 70 ans, c'est un vrai punk !

Arnaud Viviant : "C'est d'une technique romanesque absolue. Le lecteur est totalement désorienté dans cette histoire jusqu'à la fin ! 

Olivia de Lamberterie "C'est la langue qui est géniale avec des phrases très poétiques". 

Jean-Claude Raspiengeas : "Il y a du François Truffaut, du Quentin Tarantino, du Jean-Claude Dusse, du OSS 117, un côté SAS. 

Tout est comme ça, plein de références et c'est un bonheur à chaque phrase.

📖 LIRE - "Vie de Gérard Fulmard", de Jean Echenoz (Éditions de Minuit) 

Aller plus loin

📖 LIVRE CRITIQUES | Toutes les différentes œuvres livresques passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, littérature ou théâtrefrance inter

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.