"Ariol", "Le photographe", "Les Sardines de l’espace", "Alan"… C’est un grand auteur français qui figure dans la short list (issue d’un vote d’un collège de plus de 1200 auteurs) pour le Grand Prix d’Angoulême. Portrait.

Emmanuel Guibert en 2017, lors de la remise du prix Goscinny au Festival de la bande dessinée d'Angoulême
Emmanuel Guibert en 2017, lors de la remise du prix Goscinny au Festival de la bande dessinée d'Angoulême © Radio France / Anne Douhaire/France Inter

Régulièrement cité pour le Grand Prix du festival international de la bande dessinée d'Angoulême (FIDB), Emmanuel Guibert est, cette année, finaliste face à deux autres auteurs : l’Américain Chris Ware et la Japonaise Rumiko Takahashi

Scénariste fin et pertinent, Emmanuel Guibert est aussi un dessinateur très exigeant qui se renouvelle régulièrement. Agé de 55 ans, il débute comme auteur avec Brune publié en 1992. Les Sardines de l’espace (co-écrit avec Mathieu Sapin et Joann Sfar), et Ariol (les aventures d'un petit âne bleu, espiègle et philosophe) signé avec Marc Boutavent l’installent durablement dans le paysage de la BD jeunesse. 

Dans les années 2000, il fait partie de l’atelier des Vosges où se côtoient Emile Bravo, Christophe Blain, Frédéric Boilet, ou encore Joann Sfar. Avec ce dernier, il a écrit Les olives noires en 2001.

En 2003, il signe Le Photographe, un livre magnifique qui mêle dessin et photos en noir et blanc de Didier Lefèvre, dont il raconte les missions humanitaires pour Médecins sans frontière. Un ouvrage couronné en 2004 du Prix des libraires de BD, et en 2005, du Prix France info de la BD reportage. 

►►► Lire : Emmanuel Guibert : "On ne fait pas de la bande dessinée pour se changer les idées"

Son œuvre la plus personnelle est son entreprise de rédaction de la vie de son grand ami Alan Cope (La Guerre d’Alan, L’Enfance d’Alan et Martha et Alan), un ancien GI installé en France, rencontré à l’Île de Ré... 

En 2017, Emmanuel Guibert est auréolé du Prix Goscinny à Angoulême, et à cette occasion rend hommage au père d’Astérix en chantant. Une exposition a présenté en 2018 son travail splendide et intelligent. Le successeur de Corben, Grand Prix 2018, sera connu le mercredi 23 janvier, à l’ouverture de la 46e édition du FIBD, qui se déroule du 24 au 27 janvier 2019. 

🎧 Ecouter : Emmanuel Guibert, invité de L'Humeur vagabonde

📖 Lire : Emmanuel Guibert : "Rien n'est plus important que le premier amour" et  "Pour dessiner la vie d'Alan, je pioche aussi dans mes souvenirs".

Aller plus loin

►►► BD : "Moi ce que j’aime c’est les monstres" d'Emil Ferris reçoit le Fauve d'or d'Angoulême

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.