Anne-Céline Pandolfo et Terkel Risbjerg adaptent un roman de Ron Rash, paru en 2011 en France. Dans les années 1930 aux Etats-Unis, la prise de pouvoir sanglante d’une femme au sein d’une entreprise devient le symbole du capitalisme sauvage.

Détail de la couverture de "Serena" de Pandolfo et Risbjerg
Détail de la couverture de "Serena" de Pandolfo et Risbjerg © Sarbacane

Alors que le contremaitre de l’exploitation forestière Pemberton Lumber Company attend son directeur à la descente du train, il accueille la nouvelle épouse de George Pemberton par ces mots : « Tiens, voilà le patron ». Ce qui ne va pas tarder à se révéler exact. 

Très vite, cette rousse flamboyante va prendre les rênes de l’entreprise semant sang et terreur sur son passage et menant son nouvel époux par le bout du nez. Après avoir dressé un aigle, elle tue ou fait tuer des hommes, en blesse d’autres pour les rendre obéissant, puis finit par s’attaquer au fils né d’une précédente liaison adultérine de son mari… Le tout sans aucun remord. Lui ne pipe mot, impressionné et amoureux.

Quand Anne-Céline Pandolfo (scénario), et Terkel Risbjerg (dessin) ont lu le livre de Ron Rash (2011 pour la parution française), c’est le rythme de l’histoire qui les a attirés. Mais très vite, les deux auteurs ont vu le potentiel symbolique de l’histoire : pendant la crise des années 1930, cette histoire d’entreprise de bûcherons réduits en esclavage est représentative d'un capitalisme qui écrase tout sur son passage.

Cette tragédie américaine est menée tambour battant

On apprécie la galerie de  personnages secondaires, tous impressionnants dans leur tentative de résistance et les décors de forêts, elles aussi, réduites à néant. Le dessin à l’acrylique rehaussé au stylo, a un rendu charbonneux, sombre, qui laisse toute la place à la chevelure orange de la patronne impitoyable que l’on suit comme une tache de feu de page en page. Splendide !

Serena n'a aucun remord, elle porte très bien son nom, et rien ne l’atteint. Mais le vrai sujet, c'est le capitalisme, c'est pour cela que j'ai mis en avant le chœur des bûcherons.

Écouter Anne-Céline Pandolfo  :

On l'a faite rousse pour quelle soit remarquable au milieu de tous les hommes.

Écouter Anne-Céline Pandolfo et Terkel Risbjerg :

La leçon de dessin de Terkel Risbjerg 

Comment j'ai dessiné Serena : 

page de "Serena" de Pandolfo et Risbjerg
page de "Serena" de Pandolfo et Risbjerg / Sarbacane
page de Serena de Pandolfo et Risbjerg
page de Serena de Pandolfo et Risbjerg / Sarbacane

Serena a été adapté au cinéma par Susanne Bier avec Bradley Cooper en 2014 :

Serena de d'Anne-Céline Pandolfo et Terkel Risbjerg d’après Ron Rash Sarbacane

ET AUSSI  : parmi les adaptations littéraires en BD du moment, lire aussi Profession du père de Sébastien Gnaedig d'après le roman de Sorj Chalandon

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.