Hervé Bourhis publie un huis-clos dans lequel les conseillers du pouvoir tentent d’imposer une dictature verte. Cette BD à suspense est l’occasion de dérouler une critique de notre société de consommation, et de souligner la cruelle faiblesse de l’écologie politique.

Détail de la couverture de "Et nos lendemains seront radieux" par Hervé Bourhis
Détail de la couverture de "Et nos lendemains seront radieux" par Hervé Bourhis © Gallimard BD

Et si la France instaurait une green-up nation ? Pour cela, il faudrait des bouleversements politiques et institutionnels tels que le passage par la force serait obligatoire. À commencer par une prise d’otage : celle de la Présidente de la République française, elle-même. Dans le futur proche imaginé par Hervé Bourhis (Le Petit livre French pop, Le Teckel, Prévert Inventeur…) une femme est à l'Elysée : Françoise Métivier.

Le temps d’une tempête, alors qu'elle est enfermée au Fort de Brégançon, ses deux jeunes conseillers essayent de la forcer à mettre en place un populisme vert. Leur programme : s’alimenter en circuit court, condamner les grand pollueurs, mettre fin à l’exil fiscal, fermer Internet, fonder une société eco-responsable…

Détail d'une planche de "Et nos lendemains seront radieux" par Hervé Bourhis
Détail d'une planche de "Et nos lendemains seront radieux" par Hervé Bourhis / Gallimard BD

L’idée de traiter d’écologie n’est pas neuve chez Hervé Bourhis

Il avait déjà évoqué le sujet dans La Main verte, qui décrivait une France sans essence. Désespéré par le traitement global de l’écologie alors qu’une catastrophe environnementale pointe, le dessinateur a placé son intrigue au cœur du pouvoir. 

Non militant de son propre aveu, il estime même que la mission de l’artiste est de ne pas s’acoquiner avec une organisation politique. Hervé Bourhis a néanmoins déjà réfléchi à ce qu’il faudrait changer pour ne plus abîmer notre planète. Cette Présidente ("c’est possible, ça a failli nous arriver deux fois avec Ségolène Royal et Marine Le Pen" rappelle-t-il) est le symbole d’une déconnexion des élites. Mais aussi d’une génération qui a abandonné ses idéaux de jeunesse une fois arrivée au pouvoir.

Les conseillers Sylvain et Marion représentent la société, celle qui a conscience qu’il faut changer nos modes de vie : surconsommation, utilisation massive de la voiture, de l'avion… Mais qui attend surtout de son voisin le sursaut. Eux non, ils passent à l'action de façon brutale.

Unité de lieu, de temps et de personnages, « Et nos lendemains seront radieux » fait penser à une pièce de théâtre - Hervé Bourhis y a pensé. On suit avec plaisir son polar, qu'il a pour la première fois dessiné à la plume, guidé par des couleurs dans les tons verts ou rouges suivant les passages de l’intrigue… 

Surtout, cette BD a le mérite de placer la cause environnementale, la préoccupation majeure d'aujourd'hui, au cœur de la politique. Ce que nous attendons tous. C’est rythmé, et lucide. On vote pour ! 

La leçon de dessin d'Hervé Bourhis

Comment j'ai dessiné "Et nos lendemains seront radieux" ? 

Et nos lendemains seront radieux par Hervé Bourhis chez Gallimard BD

Planche tirée de "Et nos lendemains seront radieux" par Hervé Bourhis
Planche tirée de "Et nos lendemains seront radieux" par Hervé Bourhis / Gallimard BD
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.