Cette BD hors norme, premier livre de la graphiste américaine Emil Ferris, a été désigné album de l'année par le jury du 46e festival international de la bande dessinée. Retrouvez tout le palmarès.

Détail de la couverture de "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres d'Emil Ferris, Fauve d'or d'Angoulême 2019
Détail de la couverture de "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres d'Emil Ferris, Fauve d'or d'Angoulême 2019 © Monsieur Toussaint Louverture

Comment décrire Moi ce que j’aime c’est les monstres ? Cet ovni de plus de 400 pages, premier livre d’une graphiste américaine née en 1962, a été propulsé directement parmi les meilleures BD de l’année 2018. Pourtant cette histoire d'adolescente, qui préfère les monstres à la Saint Valentin et se représente en loup garou à la Sendak, avait à priori peu d'atouts pour séduire. 

Fin des années 1960, à Chicago. Une retraitée, Anka, est retrouvée morte avec une balle dans le cœur. Sa jeune voisine, Karen, mène l’enquête à partir des cassettes qu'Anka a laissées… Le récit plonge dans la vie de souffrance de la vieille dame qui avait connu les bordels à l’époque de la République de Weimar en Allemagne, puis les camps de la mort. Le dessin au stylo bille, incroyablement inventif, de corps grimaçants et tatoués achève de donner la tonalité du livre : une ode à l’épouvante, avec des personnages incroyables - Karen, son frère, un coureur de jupons tatoué et nymphomane, sa mère, superstitieuse et malade… 

Emil Ferris, l'auteure de 'Moi ce que j'aime, c'est les monstres' Fauve d'or 2019 d'Angoulême
Emil Ferris, l'auteure de 'Moi ce que j'aime, c'est les monstres' Fauve d'or 2019 d'Angoulême © Radio France / Anne Douhaire/France Inter

Ce livre noir ultra-dense qui brasse "grande" Histoire, famille, fascination gore et histoire de l’art, est l’œuvre d’une ressuscitée. La graphiste Emil Ferris avait contracté la maladie de Lyme qui l’a, un temps, paralysée. Elle a réappris à dessiner au cours de sa rééducation. Moi ce que j’aime, c’est les monstres, a d’abord été refusé par une tripotée d’éditeurs, avant de s'écouler à plus de 50000 exemplaires en France, d'obtenir le Grand Prix de l'ACBD (association des critiques de bandes dessinées) et, samedi 26 janvier 2019, le Fauve d'or du 46e Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Une double distinction méritée. 

Après la Japonaise Rumiko Takahashi, couronnée par le Grand Prix, l'Américaine Jan Wang, qui a remporté le Fauve jeunesse, les Françaises Bernadette Desprès et Emilie Gleason auréolées d'un fauve d'honneur et d'un fauve révélation, Emil Ferris est la cinquième auteure primée cette année à Angoulême. Ce qui fait de 2019, l'année des femmes à Angoulême.

Comment dessiner "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres" ? 

La leçon de dessin d'Emil Ferris (anglais sous-titré) :

Moi, ce que j’aime c’est les monstres, d’Emil Ferris est paru chez Monsieur Toussaint Louverture

►►► ECOUTER :  Emil Ferris invitée de Popopop d'Antoine de Caunes et Charline Roux 

Ecoutez également la réponse d'Emil Ferris jeudi 24 janvier à la question : 

"Et si vous aviez un Prix à Angoulême, quelle serait votre réaction ?"

Emil Ferris : "Je pourrais dire "Sacrebleu" ! J'ai ce rêve en tête qu'on dit ces choses ici. Je sais que vous n'employez pas ce mot, mais je pourrais dire ça. C'est quelque chose de bizarre, vous savez. J'étais couchée dans mon lit ce matin, en pensant que je devais réfléchir à ce que je pourrais dire. "Tu ne sais pas, tu auras peut-être à dire quelque chose". C'est très étrange, c'est comme écrire de la musique que personne n'écouterait. La récompense que tu as déjà eu, c'est que tu as autorisé la magnifique imagination des lecteurs de vivre dans le monde que j'ai créé. Quel plus beau prix pour un auteur ? Il n'y a rien de mieux. Vous savez, vous m'avez donc déjà récompensée. La petite bête sera heureuse. Et si je n'ai pas de prix, vous m'avez déjà donné le meilleur des prix que je pouvais obtenir de vous."

1 min

La réaction d'Emil Ferris à l'éventualité d'un Fauve à Angoulême

Par France Inter

Feuilletez quelques pages : 

Pages de "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres" d'Emil Ferris
Pages de "Moi, ce que j'aime, c'est les monstres" d'Emil Ferris / Monsieur Toussaint Louverture

Les autres Fauves remis à Angoulême 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.