Laissez de la place dans vos bagages pour les livres qui ont conquis les critiques du Masque & la Plume cette saison ! "À l’absente", "East Village Blues", "La vie lente", "Dites-lui que je l'aime", "Edmonde", "L’Evangile selon Y.Sheng", "Frantumaglia", "Sérotonine", "Le dernier roi soleil" et "Munkey Diaries".

En pleine lecture estivale au bord de la mer
En pleine lecture estivale au bord de la mer © Getty / AleksandarGeorgiev

Vos fidèles critiques Olivia de Lamberterie, Frédéric Beigbeder, Nelly Kapriélian, Arnaud Viviant, Patricia Martin, Jean-Claude Raspiengeas et Michel Crépu vous expliquent pourquoi ces dix livres méritent de figurer parmi vos intentions de lectures cet été : 

  1. "À l’absente"de Martine de Rabaudy

  2. "East Village Blues"de Chantal Thomas

  3. "La vie lente" d’Abdellah Taïa

  4. "Dites-lui que je l'aime" de Clémentine Autain

  5. "Edmonde" de Dominique Sant-Pern

  6. "L’Evangile selon Yong Sheng" de Dai Sijie

  7. "Frantumaglia" d'Elena Ferrante

  8. "Sérotonine" de Michel Houellebecq

  9. "Le dernier roi soleil" de Sophie des Déserts

  10. "Munkey Diaries" de Jane Birkin

"À l’absente" - Martine de Rabaudy

5 min

"À l’absente" de Martine de Rabaudy : les critiques du Masque et la Plume

► Chez Gallimard

Florence, c'était la fille unique de Clara et d’André Malraux. Elle est morte le 31 octobre 2018, à 85 ans. À Martine de Rabaudy, elle raconte le poids de l’héritage paternel, son amitié avec Françoise Sagan, sa collaboration avec les cinéastes Resnais, Losey, Truffaut, Cavalier. Dans les mails qu’elle adressait à Martine de Rabaudy, Florence Malraux signait « la mouette muette ». 

Arnaud Viviant 

C'est un portrait magnifique. C'est une très grande littéraire

"C'est une femme d'une élégance, d'un humour si délicat et formidable".

Nelly Kapriélian

"J'ai adoré, elle charme les gens. Ce livre est très juste car elle n'essaie pas d'en faire une biographie. Il y a quelque chose de Françoise Sagan dans son humour". 

Frédéric Beigbeder

J'ai beaucoup aimé, ça a beaucoup de charme

"Ça ressemble à Florence Malraux et à Martine de Rabaudy. Elles se ressemblent toutes les deux avec cette pudeur élégante. Une sorte de livre intime avec des détails très saisissants". 

Olivia de Lamberterie

"C'est un récit riche d’anecdotes, on voit qu'elle a toujours été fidèle à la petite fille qu'elle était, joyeuse, intrépide et très courageuse quand elle tombe". 

"East Village Blues "- Chantal Thomas

9 min

"East Village Blues" de Chantal Thomas : les critiques du Masque et la Plume

► Au Seuil

Chantal Thomas avait découvert l’East Village au milieu des années 1970. Introduite au Bonnie and Clyde’s, elle se mêle aux « parties » qui se succèdent dans les chambres du Chelsea Hotel, écoute Joan Baez et Bob Dylan, croise dans la rue quelques mythologies en chair et en os, Andy Warhol, Allen Ginsberg et William Burroughs... Quand elle y revient en 2017, tout a changé.

Patricia Martin

"D'abord, c'est une styliste, dès le départ nous sommes embarqués. C'est une rencontre entre un lieu, une personne et un moment, elle découvre une forme de liberté. Un jeu très subtil, élégant et très vrai". 

Jean-Claude Raspiengeas

"C'est une merveille d'écriture, de grâce, un voyage léger et doux, saisi de plaisirs et de bonheur". 

C'est une série de petits moments saisissants

Olivia de Lamberterie

"C'est un livre euphorisant : elle a une telle joie de vivre !"

Arnaud Viviant

"C'est très poétique : elle arrive à exprimer des choses sans le dire elle-même". 

"La vie lente" - Abdellah Taïa

7 min

"La vie lente" d'Abdellah Taïa : les critiques du "Masque & la Plume"

► Au Seuil

Mounir, un Marocain parisien, homosexuel et quadragénaire dans la France traumatisée d'après les attentats de 2015, habite un appartement de la rue de Turenne. Au-dessus de lui, une vieille dame de 80 ans, Mme Marty. D’abord cordiales, les relations vont être de plus en plus tendues entre les deux voisins. Jusqu'au jour où tout bascule : Mme Marty appelle la police pour qu’elle vienne arrêter Mounir. Le commissaire soupçonne ce dernier d’être en lien avec les djihadistes... 

Jean-Claude Raspiengeas

"J'ai trouvé cela très intéressant, il a été chercher une source de conflit contemporaine peu commune : le bruit que font les autres. C'est un style haché, lapidaire et de solitude renforcée". 

C'est le roman de l'humiliation contemporaine, du déracinement, du ressentiment

Patricia Martin

"C'est servi par une langue indirecte, progressive, très belle et réussie avec des glissements d'un personnage à l'autre très habile".

Olivia de Lamberterie

"Un rythme incroyable, j'ai trouvé que la relation entre ce jeune homme et cette vieille dame sonnait toujours juste. Un livre très gonflé et très réussi". 

Arnaud Viviant

"Un livre poétique sur le vivre-ensemble, après les attentats qui jongle avec des échappées belles remarquables". 

"Dites-lui que je l'aime" - Clémentine Autain

8 min

"Dites-lui que je l'aime" de Clémentine Autain : les critiques du "Masque & la Pume"

Grasset 

La députée insoumise Clémentine Autain, présente un livre consacré à la vie de sa mère, la comédienne Dominique Laffin, morte en 1985, à 33 ans. Elle avait joué avec Gérard Depardieu, Miou-Miou et Yves Montand, elle a aussi tourné pour Claude Miller, Catherine Breillat, Marco Ferreri, Jacques Doillon ou encore Claude Sautet. Elle était féministe, et avait épousé le chanteur Yvan Autain. Chez la petite Clémentine, « la honte se disputait souterrainement avec l’angoisse ». Le livre est un véritable chant d’amour différé.

Frédéric Beigbeder

"Je suis subjugué par cette sobriété, cette sincérité incroyable. C'est un livre absolument bouleversant, je suis absolument admiratif".

Il y a tout le temps de l'amour, un amour qui n'a pas pu être vécu et exprimé.

Nelly Kapriélian

"Rien n'est jamais didactique et lourd". 

Michel Crépu

"Un livre très juste qui m'a beaucoup touché". 

Arnaud Viviant

"Ce livre est beau car il porte en lui-même sa nécessité d'exister. Elle ouvre une fois pour toutes, et elle le fait impeccablement bien, le dossier de sa mère". 

"Edmonde" - Dominique de Saint-Pern 

5 min

"Edmonde" de Dominique de Saint-Pern : les critiques du "Masque & la Pume"

Stock 

Bien sûr, le premier volume de la biographie romancée que consacre Dominique de Saint Pern à Edmonde Charles-Roux, disparue en janvier 2016, à l’âge de 95 ans. Un livre qui ne couvre que les années 1938-1944.

Arnaud Viviant

J'ai adoré, je ne m'y attendais, pas, c'est un genre hybride entre le journalisme et le roman 

"C'est très cinématographique, romanesque, historique". 

Michel Crépu

"Un livre splendide qui montre que lorsqu'une biographie est réussie, elle marche comme un roman". 

Nelly Kapriélian

J'adore ! Ce qui m'a touchée, c'est qu'elle consacre un volume entier sur la guerre, riche d'archives, grâce auxquelles elle dévoile beaucoup de choses. 

"L’Evangile selon Yong Sheng" - Dai Sijie

9 min

"L’Evangile selon Yong Sheng" de Dai Sijie : les critiques du "Masque & la Plume"

► Chez Gallimard

En Chine méridionale, Yong Sheng, né en 1911 avec un seul testicule, est le fils d’un artisan qui fabrique des sifflets pour colombes, qui sont attachés à leurs pattes et qui font des musiques magnifiques. Marié de force à 14 ans, Yong Sheng, sous l’influence de son institutrice, la fille d’un pasteur américain, décide de devenir le premier pasteur chinois de la ville. Il fait des études de théologie à Nankin et revient dans sa ville natale de Putian jusqu’à l’avènement, en 1949, de la République populaire de Mao, qui annonce la Révolution culturelle. Et qui fait de Yong Sheng, « un agent secret de l’impérialisme ».

Jean-Claude Raspiengeas

Chapeau l'artiste, il y a une vraie ambition, du vrai romanesque, un type qui s'affronte à quelque chose d'incroyable. 

"Il a connu son grand-père et vécu avec lui la révolution culturelle ; il brasse un siècle de l'histoire de Chine qu'il fait admirablement bien. C'est très très beau et très sensuel".

Patricia Martin

Un conteur exceptionnel, un roman lumineux

"C'est doux comme le toucher d'une plume d’oiseau, ça va d’étonnement en étonnement, avec une crédulité d'enfant dans le regard de ce qui advient". 

Olivia de Lamberterie

"Il y a une telle fantaisie. Le récit d'une histoire tragique effectué de manière lumineuse, en plus d'être drôle". 

Arnaud Viviant

La manière dont il raconte est d'un tel génie, avec un sens de la scène qui en fait un roman d'aventure de l'ordre des très grands romans". 

"Frantumaglia, l’écriture et ma vie" - Elena Ferrante

4 min

"Frantumaglia" d'Elena Ferrante : les critiques du Masque et la Plume

► Chez Gallimard

La très mystérieuse Elena Ferrante rassemble, ici, toute l’histoire de sa tétralogie : ses correspondances diverses, ses lettres à son éditeur, ses entretiens par mails... Voici comment elle explique le titre du volume : « Ma mère m’a légué un mot de son dialecte qu’elle employait pour décrire son état d’esprit lorsqu’elle éprouvait des impressions contradictoires qui la tiraillaient et la déchiraient. Elle se disait en proie à la frantumaglia ». 

Jean-Claude Raspiengeas

C'est une contribution passionnante et riche sur l'expérience de la création littéraire et de l'art du roman. 

"Je trouve que c'est un livre passionnant, dans sa diversité d'approches et de réponses. Elle sous-tend tant de questions : Qu'est-ce que c'est écrire un roman ? Qu'est-ce que ça prend de soi ?.. ". 

Patricia Martin 

Ce livre est absolument extraordinaire !

"Elle porte l'écriture à un niveau d'incandescence absolument inouï".

Arnaud Viviant

On voit véritablement que c'est un grand écrivain ! 

"Sérotonine" - Michel Houellebecq

11 min

"Sérotonine" de Michel Houellebecq : les critiques du Masque et la Plume

► Chez Flammarion

Le héros, Florent-Claude Labrouste, est un ingénieur agronome de 46 ans, employé au ministère de l’Agriculture en couple avec une Japonaise de 26 ans, qui se meurt « de chagrin ». Il doit sa survie à un médicament, le Captorix, qui stimule la production de sérotonine, une « hormone liée à l’estime de soi ». Et il décide de disparaître. Il est question du déclin de l’Occident, de l’Union européenne, de la France.

Ici, une vidéo pour mieux comprendre l'oeuvre de Michel Houellebecq : 

Jean-Claude Raspiengeas 

C'est toujours aussi ironique, mordant, marrant, hilarant dans la provocation

"Il y a toujours les mêmes effets, les mêmes fantasmes, les mêmes cibles, les mêmes fulgurances sur l'air du temps. Il est vraiment l'écrivain de la solitude de l'homme contemporain". 

Patricia Martin 

"Michel Houellebecq sait tout de tout, il a un don d'observation inimaginable. Il regarde tout et pointe ce qu'il faut dire de notre époque".

Michel Crépu 

"C'est lui qui dit l'esprit du temps. On a l'impression d'être assis à l'arrière d'une Rolls qui vous conduit sur la route du réalisme social métaphysique. Je suis très bluffé". 

Arnaud Viviant

"Personne n'a été aussi loin dans la représentation du réel. C'est un grand livre contre la mondialisation heureuse". 

Le dernier roi soleil - Sophie des Déserts

14 min

La biographie de Jean d'Ormesson, “Le dernier roi soleil” de Sophie des Déserts : les critiques du Masque et la Plume

► Chez Grasset / Fayard

Un an après la mort de Jean d'Ormesson, voici une biographie signée Sophie des Déserts, qui déplaît à la famille, mais qui reste épatante : tout en étant attendrie par Jean d’Ormesson, qui l’a reçue pendant les dernières années de sa vie à Neuilly comme en Corse, Sophie des Déserts ne cache rien de sa vie sentimentale pour le moins compliquée et de sa vanité d’auteur.

Olivia de Lamberterie

J'ai trouvé le livre épatant. Une biographie très intime faite avec beaucoup d'élégance

"Un des nœuds du livre, c'est la vie sentimentale de Jean d'Ormesson dans la manière dont elle est racontée, de manière très élégante. Ça se lit comme un roman de François Sagan car c'est l'histoire d'un homme qui n'aime que le soleil, le luxe et qui va s'inventer grâce à quatre femmes".

Arnaud Viviant 

"C'est un livre tout à fait agréable à lire. Sophie des Déserts a un vrai savoir-faire. Le livre est d'une dignité absolue le concernant".

Ce livre est remarquable pour comprendre la France. En tant que tel, tout le monde devrait le lire

Nelly Kapriélian

"À la fois, Sophie des Déserts est pleine de tendresse pour Jean d'Ormesson, et en même temps elle balance quand même certaines choses : elle présente une certaine droite et une certaine France qui suintent le despotisme". 

Jean-Claude Raspiengeas

"C'est un livre tendre, caustique. La biographe est intriguée par le personnage. On découvre que c'est un spécimen d'autrefois". 

On sort des portraits habituels de Jean d'Ormesson et on accède un peu à la vérité du personnage

“Munkey Diaries” - Jane Birkin

8 min

"Munkey Diaries" de Jane Birkin - la critique du Masque et la Plume

► Chez Fayard

C'est le premier volume du journal intime de Jane Birkin. Cela fait soixante ans qu'elle parle à son petit singe en peluche qui ne l’a jamais quittée jusqu’au jour de mars 1991 où Jane l’a confié au grand amour de sa vie, Serge Gainsbourg. Dans ce Journal, elle raconte son enfance, ses années d’internat, son mariage en 1965 avec le compositeur de musique John Barry, et sa rencontre, en 1968, sur le tournage d’un film de Pierre Grimblat, avec Serge Gainsbourg. 

Frédéric Beigbeder

"Je trouve que la partie écrite aujourd'hui est plus intéressante que les carnets de jeunesse, il y a plus d’émotion. C'est un document passionnant, une histoire incroyable. 

On apprend énormément de choses !

Olivia de Lamberterie

"J'ai adoré. C'est un livre empreint d’un très grand désespoir, car elle n'a aucune estime pour elle-même. Tout ce qu’elle fait de scandaleux c’est pour épater les hommes qu'elle aime. J'ai rarement lu une pareille mise à nue d’une personnalité publique. 

C'est splendide et passionnant !

Arnaud Viviant 

"On connaît tous la voix de Jane Birkin, quand on la lit, on l'entend parler. Il y a des histoires absolument merveilleuses. C'est fabuleux. La page qu'elle écrit sur Gainsbourg, c'est grandiose".

Patricia Martin

"Ce journal est absolument bouleversant". 

Aller plus loin

📖 LIVRE CRITIQUES | Toutes les différentes œuvres livresques passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, littérature ou théâtre 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.