Que lire en bande dessinée en ce début d’année 2018 ? Un road trip psychanalytique d’outre-tombe ? Un thriller historico-fantastique au féminin ? Un faux polar américain ? Un coming-out culinaire d’un intellectuel de la BD ? L’adaptation d’un grand roman sur fond de révolte irlandaise ? Une ressortie pertinente ?

Couverture de Comme un chef, Essence, Notes pour une histoire de la guerre, L'Homme gribouillé, Du sang sur les mains, Les Arts dessinés, Fluide glacial
Couverture de Comme un chef, Essence, Notes pour une histoire de la guerre, L'Homme gribouillé, Du sang sur les mains, Les Arts dessinés, Fluide glacial © Futuropolis, Delcourt, Casterman, Monsieur Toussaint Louverture, Fluide Glacial,

Faites votre choix.

Un polar fantastique au féminin : L’Homme gribouillé

Un étrange cambriolage par un homme à plumes, avec un masque, un grand nez, un chapeau. Il est venu récupérer de l’argent qui lui est destiné alors que Maud, la propriétaire est à l’hôpital, il tombe sur sa petite-fille, Clara. Betty, la mère est victime de crise d’aphasie qu’elle guérit en allant voir un magicien… Tout est étrange dans cette histoire magnifiquement dessinée par Frédérik Peeters en noir, blanc et dégradés de gris… On suit l’enquête menée tambour battant par des personnages féminins qui quittent Paris pour  le Jura, et l’histoire récente. On hésite entre une explication rationnelle et une autre... qui l'est beaucoup moins ! C’est prenant, vivant, beau. A lire absolument.

L’Homme gribrouillé de Serge Lehman et Frédérik Peeters est paru chez Delcourt

Le road trip post mortem de Flao et Fred Bernard : Essence

Ça démarre comme une banale virée automobile… Mais très vite, on comprend que quelque chose cloche. L’accompagnatrice du fondu de vitesse qui tient le volant est son ange gardien. Achille, le conducteur est donc mort, et la passagère le fait accoucher de son inconscient… 

On se perd dans cette chevauchée autant intérieure qu’extérieure, avant de comprendre le parcours du héros qui l’a mené dans l’au-delà. Inspiré par des images des films Bagdad café ou Bullitt, le dessin un peu vintage de Flao contribue à l’état un peu flottant de cette très agréable balade intérieure motorisée.

Il est au purgatoire des pilotes… 

Ecoutez Fred Bernard : 

Dessiner des voitures demande une grande maîtrise du dessin. 

Ecoutez Fred Bernard : 

En 2018, le délire autour de la voiture est magnifique et pathétique : les voitures propres ne sont pas accessibles.

Ecoutez Fred Bernard : 

Essence de Benjamin Flao et Fred Bernard chez Futuropolis

Le coming out culinaire d’un grand nom de la BD : Comme un chef

S’il n’avait pas été scénariste et historien de la BD, Benoît Peeters aurait été... cuisinier. Il l’a d’ailleurs été un temps à Bruxelles pendant sa jeunesse. On ne s’attend pas forcément à ce qu’un intellectuel (élève de Barthes, spécialiste de Derrida…) verse dans l’art sensuel de la cuisine. 

Sous le dessin joyeux et réaliste d’Aurelia Aurita, se dessine une véritable autobiographie gourmande de Benoit Peeters qui explique sa gourmandise par sa déception devant les plats proposés par sa mère. Une passion qui le conduira à deux doigts de la ruine. Son parcours gourmet est celui d’un curieux, avide de modernité - il a eu la chance de vivre l’émergence de la nouvelle cuisine. C’est documenté, futé, et incarné. Une bande dessinée à déguster.

Comme un chef de Benoît Peeters et Aurelia Aurita est paru chez Casterman

Une ressortie pertinente : Notes pour une histoire de la guerre 

Une bande de jeunes malfrats erre dans un pays en guerre. On pense un peu à Orange Mécanique à la lecture du Prix du meilleur album à Angoulême en 2006. Ce livre est le premier roman graphique de Gipi qui doutait énormément. Il pose les bases de son œuvre avec ses thèmes de prédilection - la violence des rapports humains, la jeunesse, la survie, l’argent, le désœuvrement… Le dessin au lavis dans les teintes de gris souligne l’atmosphère pesante, à vif.

ECOUTER | La chronique Bulles de BD de Laetitia Gayet

Notes pour une histoire de la guerre de Gipi reparait chez Futuropolis

Et aussi, la leçon de dessin de Gipi, pour La Terre des fils paru chez Futuropolis pour lequel il a reçu le Grand Prix de la critique ACBD 2018 :

Un vrai faux polar : Du sang sur les mains, de l’art subtil des crimes étranges

Un inspecteur expérimenté confronté à une série de crimes étranges raconté avec un jeu narratif très varié et un dessin aux références très années 1950... 

Du sang sur les mains de l’art subtil des crimes étranges de Matt Kindt est publié chez Monsieur Toussaint Louverture

Deux revues

  • Dans un tout autre genre : on se rue sur le 500e numéro de Fluide Glacial journal d’Umour et de bandes dessinées depuis 1975...

ECOUTER | Yan Lindingre : "Dans l'ère post-Charlie, on peut rire de tout, mais aujourd'hui tout est commenté" et Fluide... toujours à l'ère glaciaire ?

Lorenzo Mattotti, Benjamin Lacombe, mais aussi Romain Duris ou Jamie Hewlett, ils sont dans cette revue consacrée au dessin avec un regard très ouvert.

ECOUTER | Frédéric Bosser, son rédacteur en chef, dans Popopop présenter Les Arts dessinés 

Et aussi 

  • L’adaptation en BD de Mon traitre de Sorj Chalandon, pour qui n’aurait pas lu le roman engagé de l’ancien journaliste de Libération, lire la version de Pierre Alary chez Rue de Sèvres est une très bonne entrée en matière.
  • Cinq branches de coton noir de Cuzor et Y.Sente paru chez Dupuis raconte l’incroyable poursuite du premier drapeau américain tombé dans les mains des nazis.

On se prépare pour le Festival d'Angoulême 2018

En lisant des titres fabuleux de la short list de la sélection pour le Fauve d'or : 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.