La très célèbre écrivaine de romance érotique E.L. James, connue pour "Cinquante nuances de Grey" s'est attirée les foudres des critiques du "Masque & la Plume" qui sont très loin d'avoir été séduits par son dernier roman qu'ils jugent "prostitutionnel", "porno", "répugnant", "con"...

Vue générale de plusieurs livres "Monsieur" de E.L.James exposés
Vue générale de plusieurs livres "Monsieur" de E.L.James exposés © Getty / Johnny Louis / Contributeur

Le livre présenté par Jérôme Garcin

On lui doit "50 nuances de Grey". Maxim Trevelyan, un héritier richissime qui fait aussi office de mannequin-DJ-photographe-compositeur et surtout dragueur, possède un titre de noblesse, un domaine dans les Cornouailles, une Jaguar, une bague Cartier… "La course, la baise et l'escrime : tout cela m'aide à garder la forme". Il a une femme de ménage albanaise, Alessia, une Cendrillon moderne qui est une virtuose du piano. Ils se plaisent et font dans la sexualité ménagère… L’éditeur appelle ça « un thriller érotique haletant ».

Chez J.C Lattès

Pour Olivia de Lamberterie, c'est "le livre le plus con de l'histoire du Masque & la Plume"

"On n'a jamais atteint ce niveau...

C'est à la fois extrêmement cul et extrêmement cul-cul...

C'est une sorte de mélange de vulgarités d'un mec en rut avec des femelles en chaleur, avec une histoire totalement improbable d'un mec qui voit une fille qui porte une blouse en nylon bleue immonde (dit-il) et qui se demande si c'est la Vierge Marie...

Je crois que c'est le livre le plus con de l'histoire du Masque & la Plume

J'ai éclaté de rire car j'ai trouvé à un moment du livre un truc impossible : le monsieur dit qu'elle mesure 1,50 m et qu'elle a de très longues jambes. C'est impossible...

La seule chose qui m'a amusée et qui a été intéressante dans ce livre grotesque, c'est que #MeToo est passé par là : avant d'avoir rencontré la femme de ménage, cette Cendrillon avec ses grandes jambes, il couche avec plein de filles et à un moment, il couche avec une fille qu'il veut attacher mais il la prévient de lui dire un mot d'alerte au cas où elle voudrait s'arrêter en plein milieu de l'action... 

Dans 50 nuances de Grey, au moins, il y avait des trouvailles - je pense notamment au fameux "brushing post-coïtal" ; là, il n y a plus rien de tout cela. Je doit reconnaître que j'ai été jusqu'à la page 225 où c'est le passage "je jouis avec une puissance inouïe" et là, je me suis arrêtée !"

Frédéric Beigbeder : "c'est prostitutionnel"

"Il faut quand même exprimer notre gratitude à E.L James pour avoir pris la défense de la soumission féminine après #MeToo

C'est prévisible car c'est un remake de Cendrillon avec le prince charmant et la dame de chambre. Avec, quand même, à la place du carrosse qui se transforme en citrouille, ce piano Steinway qui est l'équivalent aujourd'hui de la Lamborghini dans les années 1980 : c'est "l'aspirateur à gonzesse". D'autant plus qu'il y avait déjà un piano dans 50 nuances de Grey qui excite les femmes (selon E.L James...). 

La réalité, c'est que quand on prend 50 nuances de Grey et qu'on enlève les martinets, il ne reste littéralement rien… C'est un Harlequin, c'est insipide du début à la fin et c'est même insultant pour les femmes. C'est prostitutionnel." 

Nelly Kapriélian : "c'est un porno en fait"

"Le titre est quand même extraordinaire, c'est quand même très mystérieux. Je n'ai, pour ma part, jamais lu 50 nuances de Grey, je n'ai pas vu les films non plus, je devais d'ailleurs être en train de lire Shakespeare ! 

C'est un porno en fait... On nous fait passer des livres pour des romans alors que tout est cul. On en perd l'intrigue même au bout d'un moment tellement il n'y a que cela. On va, par professionnalisme pour Le Masque, jusqu'à la page où enfin ils vont faire l'amour (si on peut appeler cela faire l'amour) et là, moi, je me suis arrêtée au mot "j'ai la queue en feu"…"

Jean-Claude Raspiengeas : "absolument répugnant, il a filé directement à la poubelle"

"C'est le livre de l'homo-erectus parce qu'il y a trois personnages : il y a Monsieur, il y a la future Madame et puis il y a l'organe du monsieur - en feu à certains moments, qui vit sa vie de manière autonome, qui occupe beaucoup de place

Le seul mot qui me venait à l'esprit sans cesse : "mais que c'est con..." 

S'il y avait un maître-étalon (!) de la connerie, il faudrait l'exposer au musée de Sèvres, c'est ce livre-là.

C'est inepte, c'est vulgaire, c'est con… C'est répugnant sur le fond avec cette vision-là des hommes, des femmes, la vision de l'étranger : ce livre est absolument répugnant. Il n y a pas un seul moment d'éclair d'intelligence, c'est l'authentique connerie, la vraie. Il a filé directement à la poubelle. Franchement, il n'y a pas d'autre endroit où mettre ce livre.

Si ce livre marche à ce point-là, c'est très inquiétant sur l'état de l'imaginaire de nos contemporains..."

Aller plus loin

Ecoutez l'intégralité des critiques échangées sur le livre :

11 min

"Monsieur", de E.L. James : les critiques du Masque et la Plume

📖 LIRE - "Monsieur" de E.L James est à retrouver chez Lattès

► LIVRE OUVERT | Toutes les autres œuvres passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, littérature ou théâtre.  

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.