La romancière de "Les Adieux à la reine", de "L'échange des princesses" vient d'être élue à l'Académie française au fauteuil de Jean d'Ormesson. Dans son dernier livre, elle partage ses précieux souvenirs qui l’ont édifiée, du cap Ferret aux chemins de Kyoto au Japon. Les critiques du Masque ont été très émus.

L'écrivaine Chantal Thomas, 2007
L'écrivaine Chantal Thomas, 2007 © AFP / ULF ANDERSEN / AURIMAGES

Le livre présenté par Jérôme Garcin

Un livre qui appartient à son registre intime, comme des Cafés de la mémoire (2008) ou Les souvenirs de la marée basse (2017). Dans le sable d'Arcachon et la neige des Pyrénées, Chantal Thomas parle de son père, un taiseux dont elle écrit "qu'il est mort de silence". Il avait 43 ans et elle, 17. Un père qui aimait pêcher en mer parce qu'il n'y avait personne, il était tout seul avec ses poissons, il allait faire du ski à la montagne, mais aussi du ski "sur les pistes tapissées d'aiguilles de pins d'Arcachon". Il était dessinateur industriel à La Cellulose du Pin, une usine fabriquant du papier kraft. Le livre commence sur le sable radieux du Cap Ferret et se termine au Japon, "pays des belles endormies et des vieux fous" avec, en prime, de jolies photos en noir et blanc, puisque le livre paraît dans cette collection illustrée où ont paru beaucoup de textes". 

Lisez tous les livres de Chantal Thomas et vive l'académie française qui l'a élue !

Pour Frédéric Beigbeder c'est "une vraie merveille"

"La seule chose qu'on peut dire quand on referme un livre comme cela, c'est merci. J'ai eu la chance de le lire au Cap-Ferret, sur place, c'était extraordinaire parce qu'elle décrit tellement bien le contraste entre la pointe du Cap-Ferret, entre le bassin d'Arcachon, calme avec le bruit des oiseaux, et puis le côté océan Atlantique où, là, c'est sauvage, c'est violent, on n'entend plus les oiseaux. 

C'est exceptionnellement bien décrit. C'est un livre espiègle, merveilleux

L'espièglerie est entrée à l'Académie, ça fait très plaisir. Christine de Rivoyre n'a jamais été à l'Académie, mais, avec Chantal Thomas, c'est comme si elle y entrait un petit peu elle aussi. 

C'est un livre très nostalgique, mais pas frivole. C'est très émouvant notamment cette phrase qui qui m'a ému aux larmes : 

Il n'y avait pas de limites à la grande dune et pas davantage à l'été

Pour Jean-Claude Raspiengeas, c'est "la grâce à l'état pur"

"C'est une styliste merveilleuse. L'élégance de chaque phrase vous emporte tout le temps. C'est vrai qu'on éprouve une infinie gratitude pour elle, on lui est redevable. 

C'est un livre d'une très grande sensualité, avec notamment la sensation de l'eau ; le jeu périlleux avec les vagues quand on est de l'autre côté du Cap ; l'inquiétude face à l'océan ; le ski qui peut être aussi une morale de l'existence ; la figure du père est absolument magnifique etc

Il y a une politique, de l'espace, des paysages, une intelligence du voyage qui est absolument magnifique. Quand elle dit notamment "Le voyage, ça ressemble à une double vie" ("double vue"). Quand elle voyage, elle transforme son regard et essaie de retrouver très vite des rites de sédentaires. Il y a une vraie part d'exorcisme dans son retour à Arcachon. 

Elle a bâti son existence sur l'insaisissable. Ce désir d'avoir été tout le temps dans les vagues, dans l'eau, dans le sable, dans la neige fait que, toute sa vie, elle s'est plutôt accrochée à l'insaisissable, à l'évanescent. Le chapitre sur la mort du père est absolument bouleversant de retenue. La façon dont elle choisit la vie est fabuleuse. En particulier quand elle dit "Je fuis comme la peste et les sentiments de conventions". De même que le final sur le Japon m'a totalement enthousiasmé, bouleversé, tellement cette apothéose est éblouissante". 

C'est l'auteur.e préféré.e d'Olivia de Lamberterie tellement elle la trouve "magnifique"

"C'est magnifique, je crois que c'est mon auteur.e préféré.e. 

À la fin du livre, au Japon, elle parle de l'auteur de Notes de chevet, ce livre sublime en expliquant que Shonagon Sei est à la fois une dame de cour sophistiquée et une petite fille capable de s'émerveiller de la moindre sensation. Il me semble que c'est exactement la définition de Chantal Thomas, qui est cette historienne extrêmement subtile, mais qui, depuis qu'elle a fendu l'armure et qu'elle s'est lancée dans cette entreprise autobiographique et personnelle, a une dimension vraiment nouvelle. 

Ça balance toujours entre la joie et la mélancolie. Il y a vraiment, d'un côté, les vacances au Cap-Ferret, et de l'autre, l'école. Elle dit notamment qu'elle n'aimait que dessiner parce que écrire, c'était entrer dans le rang. Elle raconte toutes les punitions qu'elle a eues, la vie dans la cour de récréation des petites filles de son époque. 

À la mort du père, au-delà de l'émotion que ça procure, elle explique l'impossibilité qu'elle a, à 17 ans, de trouver l'attitude ou les mots qui correspondent à son chagrin. J'en pleure de gratitude". 

Arnaud Viviant, à son tour, salue le goût du bonheur propre à Chantal Thomas

"En lisant ce livre, je me suis même dit que Chantal Thomas n'aurait aucun problème pour rendre hommage, dans son discours de réception à l'Académie française, à Jean d'Ormesson puisque nager et skier étaient aussi deux de ses occupations préférées ! 

Il y a le même goût du bonheur que chez Jean d'Ormesson

Il y a toujours une perception sémiologique des événements chez Chantal Thomas qui fait qu'elle n'est pas dans la description mais aussi dans l'analyse. Elle écrit sur un pays dont elle a la connaissance intime".

Le livre

Écoutez l'intégralité des critiques échangées sur le livre :

8 min

"De sable et de neige" de Chantal Thomas

Par Jérôme Garcin

📖  LIRE - "De sable et de neige" de Chantal Thomas (Mercure de France)

► LIVRE OUVERT | Toutes les autres œuvres passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

🎧  Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, littérature ou théâtre

Aller plus loin 

🎧  RÉÉCOUTER - Chantal Thomas dans L'humeur vagabonde

Thèmes associés