Lenny Bruce (1925-1966) : légende du stand-up américain, maintes fois arrêté pour obscénité, contempteur des institutions et du puritanisme, sans cesse surveillé par le FBI… À la veille de sa mort, il avait publié ses mémoires ; 50 ans après (!), le voici traduit en France… Qu'en pensent les critiques du "Masque" ?

La biographie de Lenny Bruce, un personnage hors norme, sort enfin en France aux éditions Tristram
La biographie de Lenny Bruce, un personnage hors norme, sort enfin en France aux éditions Tristram © Getty / Mirrorpix

Arnaud Viviant : "le livre reste important"

Il faut être honnête : quand on a vu le film [Lenny, de Bob Fosse avec Dustin Hoffman dans le rôle titre], on a quasiment lu le livre. Le film s'est beaucoup inspiré du livre. Le film est d'une beauté extraordinaire et n'a pas vieilli... contrairement au livre (paru en 1965).

Je comprends pourquoi les éditions Tristram ont voulu le rééditer : le problème de la liberté d'expression est là, notamment au niveau de l'humour… On en voit tous les jours des exemples en France. Cette question-là est toujours d'actualité, c'est ce qui fait que le livre reste important. Après, il y a des choses humoristiques qui ont vieilli, mais c'est normal : c'était l'humour de 1965…

Michel Crépu : "pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour le lire ?"

Quand j'étais lycéen, je lisais la revue Actuel, il y était constamment question de Lenny Bruce. Je me demande pourquoi il a fallu attendre aussi longtemps pour le lire ? 

Ce que je trouve tout à fait extraordinaire et réjouissant, c'est que dans tout ce qui est raconté là, la ligne de confrontation entre l'obscénité et la bienséance est encore lisible. On peut la suivre de façon très limpide. Aujourd'hui, on n'est plus du tout dans ce contexte-là.

Nelly Kapriélan : "Il aurait inspiré à Philip Roth l'écriture de Portnoy et son complexe"

Lenny Bruce a quand même un style. Il y a des vannes un peu datées : son humour joue sur des formes d'interdit qui avaient lieu dans les années 1960 et qui n'ont plus lieu aujourd'hui - n'empêche qu'il y a une forme de rime, il y a des anecdotes assez drôles, c'est complètement absurde parfois.

Et le début qui, paraît-il, aurait inspiré à Philip Roth l'écriture de _Portnoy et son complexe_ Tous les trucs avec la famille et la sexualité de la famille, je trouve ça, littérairement, extrêmement réussi !

Olivia de Lamberterie : "Il y a une jubilation à lire des trucs qu'à mon avis, on ne pourrait plus écrire aujourd'hui."

Comme Nelly, je connaissais son nom, je connaissais la chanson, je n'ai jamais vu le film, je savais à peu près qui c'était mais je ne peux pas dire que j'étais spécialiste mondiale de Lenny Bruce… J'ai adoré. 

Le premier chapitre, j'ai trouvé que c'était du Philip Roth. Ce petit garçon à qui on interdit tout, même de lire le matin au petit déjeuner les paquets de céréales (mais qui n'a jamais fait ça ?) et qui dit "Quand je serai grand je lirai tout, je lirai debout dans le métro, et quand on me dira "Qu'êtes-vous en train de lire", je répondrai : je lis les paquets de céréales". 

Après, il y a des scènes extraordinaires (et tout cela est vrai !). À un moment, il se fait passer pour un prêtre d'une association qui ramasse de l'argent pour les lépreux de Guyane britannique. Il va voir uniquement les vieilles dames de 80 ans, qui le draguent, qui lui racontent comme leur mari est insensible et cruel et qui à la fin lui font des énormes chèques. Il dit "je vais en donner une partie pour les lépreux mais le reste, c'est pour les frais de fonctionnement". Il va finir par être arrêté par la police. Il y a 50 flics qui sont face à lui… et il y a 50 ladies de 80 ans qui le soutiennent - dont une qui arrive avec un fusil à chasse pour les éléphants ! La scène est inouïe !!

J'ai trouvé que c'était d'une absurdité, d'une drôlerie, qu'en même temps c'était quand même un tableau de l'Amérique puritaine des années 1960 et aussi de l'Amérique contemporaine.

Il y a une jubilation à lire des trucs qu'à mon avis, on ne pourrait plus écrire aujourd'hui.

Écoutez

Écoutez l'ensemble des échanges entre les critiques sur le plateau du Masque et la Plume

8 min

"Irrécupérable" de Lenny Bruce : les critiques du Masque et la Plume

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.