Partez à la rencontre du fabuleux destin de Jack London, romancier aux 1001 vies et redécouvrez un de ses plus illustres récits : "Call of the wild" lu par Guillaume Gallienne dans une nouvelle traduction.

Jack london
Jack london © Getty / APIC

Jack London (1876-1916) Vivre vite et fort...

Les 1001 vies de Jack London par Daniel Fiévet

« Vivre vite et fort », telle semblait être la devise de Jack London mort à 40 ans au terme d’une vie « aventureuse et incandescente ». Partez sur les traces de cet aventurier tour à tour : ouvrier, pilleur d’huîtres dans la baie de San Francisco, garde-côtes, chasseur de phoques, marin, vagabond sillonnant clandestinement le pays en train de marchandise, chercheur d’or, reporter de guerre et romancier… 

Le biographe Olivier Weber, écrivain voyageur passionné par la vie et l’œuvre de J. London, nous raconte avec un engouement communicatif cet « écrivain du grand ailleurs », mû par une curiosité inaltérable…

Issu d’un milieu très simple Jack London a connu le froid, la faim et le manque… cela  a laissé des empreintes profondes en lui. D'où son désir de revanche sociale.

Jack London
Jack London © Getty / Photo by Hulton

Jack London vit une enfance difficile, à 13 ans il gagne un dollar par jour comme ouvrier et dévore tous les livres qu’il trouve, raconte Olivier Weber.  "_C’est sans doute par la lecture qu’il attrape le virus de l’aventure et celui de l’écriture_, car un roman vous prend par la main et vous donne des valeurs, il vous tend un miroirÉpris de philosophie, Jack London était mû par un désir de transmettre» poursuit le journaliste Olivier Weber, parti lui même étudier à San Francisco sur les traces de Jack London.

Pour Sylvain Tesson, un autre écrivain voyageur : 

Jack London a été pris pour un auteur pour enfants sous prétexte qu’il mettait en scène des chiens, des traîneaux et des peaux-rouges, mais cela va bien au delà… c’est un univers magnifique, un vraie univers de vie violente et tempétueuse.

Guillaume Gallienne vous lit Call of the wild  (L'appel de la forêt)

Voyagez avec Jack London, et laissez-vous embarquer dans les forêts du grand nord, guidés par la voix de Guillaume Gallienne. Véritable ode à la liberté L’Appel de la vie sauvage, vous est proposé dans une nouvelle traduction (et un nouveau titre) par Marc Amfreville et Antoine Cazé aux éditions de la Pléiade

A 21 ans, l’auteur part à la conquête de l’Alaska dans l’espoir de trouver de l’or, un an plus tard, atteint de scorbut et rongé par l’alcoolisme il revient tout aussi pauvre, mais il ramène avec lui la matière d’un récit d’aventure qui lui vaudra une renommée internationale, Call of the wild : L’appel de la forêt. Plus qu’un roman d’apprentissage ce puissant récit est un appel à redécouvrir la vie sauvage… Le récit épouse le point de vue du chien Buck dont le sort est une métaphore de la condition humaine. Arraché à la douceur de la vie californienne, vendu et transporté vers le nord ouest, l’animal est enfermé dans une cage avant d’être confronté à l’environnement hostile du grand nord …

Call of the wild, J. London :

Ils allaient voir ce qu’ils allaient voir,  jamais plus les hommes ne lui passeraient une corde au cou, sa résolution était inébranlable. 

A Gray wolf (Canis lupus)
A Gray wolf (Canis lupus) © Getty / Wolfgang Kaehler

Quand dans la nuit froide et immobile il pointait le nez vers la lune et poussait un long hurlement de loup, c’étaient ses ancêtres morts et enterrés qui  hurlaient à travers les siècles et à travers lui.

Confronté à la primitive loi du plus fort, Buck abandonne ses anciennes valeurs de chien domestique pour s’acclimater au Nord… Il se dé-civilise pour sauver sa peau et réveille l’animal sauvage qui sommeillait en lui.

Michel Lebris :

London voit la nature comme une puissance brute, quelque chose qui vous traverse et vous broie… The call of the wild, c’est une puissance obscure, de création et de destruction indifférenciée… 

Call of the wild a fait l'objet de nombreuses adaptations cinématographiques. La plus ancienne date de 1923, la plus récente a été produite en 2020 par les studios Disney et réalisée par Chris Sanders avec Harrison Ford et Omar Sy au casting.

Disponibles à la réécoute :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.