Dans son livre baptisé « Ateliers », l’écrivain, Jean-Claude Carrière, nous emporte sans préambule, et sous la forme d’une succession de courts chapitres, dans le vif de sa passionnante et longue vie de scénariste pour le cinéma et de dramaturge pour le théâtre. Il était l'invité d'Augustin Trapenard dans "Boomerang".

Jean-Claude Carrière à sa table de travail
Jean-Claude Carrière à sa table de travail © AFP / Jean-Pierre Muller

De plus, pour son précédent ouvrage, Jean-Claude Carrière était également l'invité d'Ali Rebeihi dans son émission Grand Bien vous fasse et il était dans Le Grand Atelier de Vincent Josse, en mars 2019.

Autant de belles occasions de passer de savoureux moments empreints d’intelligence avec cet homme extrêmement vivant, toujours en mouvement, curieux de science ou de poésie, intimement attaché à l'histoire du cinéma et du théâtre de par son métier de scénariste.

Pourquoi ce titre, "Ateliers" ?

Le terme d’atelier désignant le lieu où l’ouvrier et l’artisan travaillent, Jean-Claude Carrière associe son activité à celle de ces métiers, qui sentent « le rabot et la sciure », rejetant ainsi toute forme d’intellectualisme dans sa démarche.

Pour cet écrivain, tout est atelier. Qu’il s’agisse d’un scénario, d’une pièce de théâtre, ou même d’un roman, tout est d’abord un essai, une tentative…

Une exploration, comme si tout ce qui nous entoure nous restait sourdement inconnu. Aucun auteur ne sait très bien où il va.

Surmontés ou pas, ces essais sont de l’or pour Jean-Claude Carrière qui nous livre ici, le témoignage d’une vie entière consacrée à cette inlassable quête de tous les langages.

Même si l’écrivain considère que la mémoire est un exercice du temps présent, ce livre regorge de souvenirs qui enrichissent notre propre mémoire, en un désordre qui n’est qu'apparent, sur plus de soixante-cinq années de son extraordinaire travail.

L'auteur ne manque pas de ressources, que ce soit en détails pertinents ou en anecdotes savoureuses, et il nous guide sans faillir, restant toujours passionnant, passant du cinéma au théâtre, de la traduction à l'écriture, avec des moments de grâce indicible. Il sait si bien raconter… 

Les images suscitées par ce livre sont aussi des portraits ; celui de Luis Buñuel, par exemple, avec lequel Jean-Claude Carrière partagea de longues périodes créatives, en un temps qui découvrait aussi le langage cinématographique. 

Il signe les scénarios de la plupart des films de la période française du réalisateur : Le Journal d'une Femme de Chambre (1964), Belle de jour (1967), La Voie Lactée (1969), Le Charme Discret de la Bourgeoisie (1972), Le Fantôme de la Liberté (1974).

Évoquant leur complicité, l'auteur parle ainsi :

Il ne s'agit pas d'un accord intellectuel, réfléchi, élaboré, mais d'une harmonie souterraine, qui frôle l'inconscient, et que nous ne pouvons pas maîtriser, sauf en trichant.

La vie, plus que jamais !

Ateliers, paru aux éditions Odile Jacob, début octobre 2019, possède la qualité profonde d'être écrit depuis l'instant vécu, puis remémoré, puis livré au papier, sans ambages.

Jean-Claude Carrière

Tout d'abord, l'œil sur la vie… C'est large, toujours nouveau, inattendu, sans fin, cocasse, pathétique, c'est tout ce qu'on voudra.

Son compagnonnage avec le metteur en scène Peter Brook, rencontré dès 1963, lui permet aussi d'observer sans relâche le théâtre qui s'élabore et qui se cherche.

Plusieurs chapitres racontent efficacement ce que Brook appelle "exploration" ; ainsi cette pièce d'Anton Tchekov, La Cerisaie, pour laquelle Jean-Claude Carrière décrit, réplique après réplique, une non-scène, et selon lui, un des plus  beaux moments du théâtre de tous les temps.

Son travail de scénariste auprès de nombreux réalisateur de films, français ou étrangers, a contribué à sa renommée internationale. 

Mais, justement, dans son livre, qui peut nous apparaître comme un gigantesque cahier de notes, le travail sur ces scénarios (que nous connaissons aboutis puisque nous avons vu les films) se trouve constamment à l'œuvre et toujours perfectible. 

Jean-Claude Carrière nous révèle des évidences, éclipse quelques préjugés et nous encourage à penser en terme d'écologie du cinéma ou du théâtre, allant à l'essentiel de la communication et de la gestion du travail lui-même, en artisan prolifique.

Le beau mystère des langages

Jean-Claude Carrière :

Très vite, j’ai été conscient d’être né dans un siècle, le premier à avoir inventé de nouveaux langages.

Pour avoir fréquenté dès 1957, Jacques Tati et Pierre Étaix, gagmen chevronnés, Jean-Claude Carrière va également se voir révélées très tôt les arcanes de la création de gags, et ainsi aborder les rivages du langage de l’esprit, avec le rire

Pour mémoire, il vivra soixante années d'une amitié sans nuage avec le cinéaste et clown, Pierre Étaix, jusqu'à la mort de celui-ci en octobre 2016.

Nous vous proposons de visionner ce document sur la chaîne Viméo, avec Pierre Étaix et Jean-Claude Carrière, lors d'une rencontre à la Cinémathèque française, animée par Serge Toubiana et Olivier Père, le 7 novembre 2015, juste un an avant la mort du clown génial.

( en fin d'émission, à 47'50'', ne manquez pas un extrait de Tant qu'on a la santé, réalisé par Pierre Étaix en 1966, sur un scénario co-écrit avec Jean-Claude Carrière)

Pierre Étaix :

L'expression la plus claire est toujours dans l'économie de moyens.

Au fil des pages

Au fil des pages du livre de Jean-Claude Carrière, nous apprenons, non seulement à regarder mais à entendre, à écouter, et à comprendre que notre monde est tissé de langages multiples, que le cinéma, s'il n'est pas l'art de l'image, est bien plus encore !

Et tout cela, avec mille détails que nous ne soupçonnions même pas, à propos du cinéma, des acteurs, des réalisateurs, mais aussi du théâtre, des comédiens et des metteurs en scène.

Soixante-cinq années d'une participation active à la vie culturelle internationale, et tout récemment, la co-écriture avec Louis Garrel, du scénario de son film, L'Homme fidèle

Jean-Claude Carrière se trouve plus que jamais présent dans la modernité, comme un témoin, comme un passeur.

La structure même de ce long récit de vie et d'aventure que constitue l'ouvrage de Jean-Claude Carrière, complexe, foisonnant, découpé en petits chapitres percutants, en font un livre jubilatoire, un véritable viatique pour nos propres démarches créatrices ou simplement, nos pensées qui influent notre vision du monde.

Pour retrouver Jean-Claude Carrière sur France Inter

- L'Art de Jean-Claude Carrière, dans l'émission Boomerang, d'Augustin Trapenard.

- Je préfère vivre ma vie que la raconter, dans l'émission Le Grand Atelier de Vincent Josse.

- Le sens de la vie de Jean-Claude Carrière, dans l'émission Grand Bien vous fasse d'Ali Rebeihi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.